logo
140227SerignanDowns
ART PHOTO DESIGN DANSE
RECHERCHER


INTERVIEWS

Jérôme Bel, Anne Teresa De Keersmaeker, 3Abschied, 2010. Solo. Musique de Gustav Mahler, transcrite par Arnold Schönberg.<br><br>Courtesy Opéra de Lille © photo DR Anne Teresa De Keersmaeker
Anne Teresa de Keersmaeker
12 oct. 2010
Anne Teresa de Keersmaeker fait appel à Jérôme Bel pour tenter d'apprivoiser L'Adieu de Gustav Mahler. Avec 3Abschied, ces deux complices d'un jour proposent trois versions successives du lied romantique, pour une évocation de la mort et de son acceptation. Une pièce qui s'annonce aussi mystérieuse que le sujet qu'elle a l'audace d'aborder...
fleche suivante1/2
Par Céline Piettre

Céline Piettre. Pourquoi cette collaboration avec Jérôme Bel, pour le moins surprenante? Vos univers respectifs, vos esthétiques semblent a priori très différents…
Anne Teresa de Keersmaeker. Dans 3Abschied, je reviens justement sur l'origine de cette collaboration avec Jérôme Bel. Je raconte, sur scène, la genèse de la pièce. Cela fait partie intégrante du spectacle…
Etrangement, les gens se focalisent davantage sur nos différences que sur nos similitudes. Or nous avons beaucoup de points communs! Je crois que cela tient à une mécompréhension de la pratique de Jérôme Bel. Il est perçu comme quelqu'un qui rejette la danse, alors qu'il la questionne. Nous partageons, tous deux, le même amour, la même fascination pour la danse.

Qu'est-ce qui vous plaît dans le regard spécifique que Jérôme Bel porte sur la discipline chorégraphique?

Anne Teresa de Keersmaeker. J'aime cette façon dont il parvient à me faire comprendre, en tant que spectatrice, l'origine et le pourquoi de mon ressenti. Le travail de Jérôme est une invitation à réfléchir ; un déploiement du sens ; une mise à nue ou une mise en crise ― ici, de l'oeuvre de Mahler et de notre pratique de chorégraphe.
Je suis sensible à son refus du spectaculaire et de la capitalisation de l'émotion comme marchandise. Dans mon travail, j'ai besoin de clarté, de transparence. Je recherche une économie de moyen. Je dirais même une forme d'écologie. Comme lui, j'évite la surcharge d'expression qui ferait dévier la danse de son essence.

Que serait-elle, cette essence de la danse?
Anne Teresa de Keersmaeker. Le corps, bien sûr, dans ce qu'il a de plus individuel, de plus humain. De plus commun et en même temps de plus exceptionnel. Le corps porte en lui toutes les expériences. Il reflète le monde actuel. Il est physique, social, émotionnel. A la fois simple et complexe. C'est en lui qu'on vit sa condition d'être humain, sa mortalité.

La pièce 3Abschied, par l'intermédiaire de la musique de Gustav Mahler, est justement une évocation de la mort. Pourquoi se confronter, et surtout aujourd'hui, à cette question délicate et universelle?
Anne Teresa de Keersmaeker. A l'origine de la pièce, il y a d'abord eu cet envoûtement pour la musique de Mahler, et plus particulièrement pour le dernier mouvement du Chant de la terre, Der Abschied, que le compositeur a écrit deux ans avant sa mort, alors qu'il venait de perdre sa fille aînée et son poste de directeur à l'Opéra de Vienne. A l'époque, il se savait atteint d'une maladie incurable, tout comme la contralto britannique Kathleen Ferrier qui interprètera magnifiquement Le Chant de la terre en 1952, un an avant de mourir, à quarante ans à peine. Pour les deux artistes, Der Abschied, ce lied qui parle de la mort et de son acceptation sur fond de philosophie orientale, est une sorte de testament, un intime adieu. 
Comme souvent dans la musique romantique, il y dans Der Abschied une réflexion sur la force de renouvellement de la nature, qui permet à l'homme d'accepter sa condition mortelle. Or, de nos jours, et pour la première fois dans l'histoire de l'humanité, cet aspect éternel de la nature est remis en question…

Vous avez choisi de danser vous-même ce solo au lieu de le confier à un interprète. Pourquoi?
Anne Teresa de Keersmaeker. Mon rapport à l'œuvre de Gustav Mahler est très personnel. C'est une musique que je porte depuis longtemps en moi et dont j'avais envie de me sentir très proche. Ce choix correspond aussi à mon vécu. A presque 50 ans, on se pose plus naturellement qu'à 20 ans la question du temps qui passe, de la mort. Je suis de plus en plus confrontée, concrètement, à la disparition, dans l'intimité et dans le milieu de la danse, avec les récents décès de Maurice Béjart, de Pina Bausch, de Mickael Jackson...

Vous explorez dans votre travail les liens entre la musique et la danse. Quelle est la relation particulière qui se noue ici?

Anne Teresa de Keersmaeker. C'est la première fois que je me confronte au répertoire du XIXe siècle. J'ai toujours dansé d'une façon romantique mais sur des musiques non romantiques… Ici, l'idée est d'essayer d'approcher au plus près le sens de l'œuvre de Mahler, d'incorporer littéralement cette musique romantique, composée au début du siècle, et qui porte en elle une foi dans le potentiel créatif et jubilatoire de la nature. Comment peut-on vivre cette musique aujourd'hui? Est-ce qu'on peut encore se reconnaitre dans la vision de la mort et de la transcendance qu'elle véhicule? Comment peut-elle nous aider à mieux comprendre notre réalité? Ce sont les questions que nous posons sur scène, Jérôme et moi, par ces trois tentatives successives d'interprétation ...

fleche suivante1/2

ANNONCE
Votre corps aussi est une oeuvre dont il faut prendre soins ! ABC Coach Sportif Paris à votre service.

Vous recherchez un livre audio ? Profitez d´un large choix de titres au sein de la librairie en ligne Gibert Joseph

140214MacLyon01Moto
ÉDITORIAL fleche_rouge
Mapplethorpe et les nouveaux puritains
L'importante rétrospective que le Grand Palais consacre à Robert Mapplethorpe vingt cinq ans après sa mort a ceci de rassurant que cette œuvre aussi magistrale que sulfureuse n'a pas perdu de sa puissance provocatrice et dérangeante, ni de sa force à résister aux tentatives des puritains de toutes obédiences pour l'édulcorer, la vider de son énergie et… de son impact politique. Aujourd'hui encore, ici en France, on assiste à une série de tentatives pitoyables, plus ou moins conscientes, de...
fleche Lire la suite
140331ArchiUrgence
140320PMU
140317Le104AMA


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
acting01 acting02
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Sam Stourdzé nommé directeur des Rencontres de la photographie
puce rouge  Appel de Chaillot: Pour une nouvelle Europe de la culture
puce rouge  Ministère de la culture: aide au développement des galeries d'art
puce rouge  Marc Partouche nommé directeur de l’Ecole supérieure des Arts décoratifs
puce rouge  Drawing Now Paris en danger: des intermittents et chômeurs occupent le Carreau du Temple
puce rouge  Cinq architectes en lice pour la nouvelle Ecole de la photo d’Arles
puce rouge  Art ou pub? Le Panthéon choisit JR
puce rouge  Le Cap Capitale Mondiale du Design 2014
puce rouge  La crise ne rend pas la culture moins nécessaire, elle la rend au contraire plus indispensable
puce rouge  Le Front national manifeste contre le chorégraphe Olivier Dubois
puce rouge  Cette année, la Fiac lance sa foire off à Paris et s’exporte à Los Angeles dès 2015
puce rouge  Avignon: fermée pour travaux, La Collection Lambert s’expose hors-les-murs
DIAPORAMA

Thomas Houseago, Cyclops N°1, 2009. Plâtre, Chanvre, Barre métallique, bois. 195,6 x 134,6 x 121,9 cm.
Simone Simon, Silence on se détruit, 2010. Photographie.
Paul Kos, Equilibre IV, 1992. Balai, cintre, bougie et clochette. 145 x 102 x 30 cm.



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales