logo
141115CracSeteArchipel
ART PHOTO DESIGN DANSE
parisART recherche un-e COMMERCIAL-e MOTIVE-e connaissant le marché de l'art
RECHERCHER


INTERVIEWS

Taroop & Glabel, <em>Le Beuglephone électrique</em>. 2007<br><br>Courtesy Sémoise galerie-éditions. © Taroop & Glabel
Yves Ballerie
Yves Ballerie
20 nov. 2008
Une installation intitulée Peintures S.V.T, est présentée dans un appartement particulier. Une étape dans le parcours artistique qui conduit Yves Ballerie à cet ensemble de peintures, d'images, d'objets, ainsi qu'à une vidéo, mis en scène dans cet espace atypique.
fleche suivante1/2
Par Hélène Sirven

Entretien
Avec Yves Ballerie
Par Hélène Sirven

Hélène Sirven. Tu présentes jusqu'à la fin du mois de juin (2007) une installation intitulée Peintures S.V.T, à Paris, dans un lieu particulier et sur rendez-vous. Peux-tu retracer le parcours artistique qui te conduit aujourd'hui à montrer cet ensemble de peintures, d'images, d'objets, ainsi qu'une vidéo, mis en scène dans ce lieu ? D'ailleurs «installation» est-il le mot juste?
Yves Ballerie. Tout a commencé au milieu des années 80. À cette époque, mes centres d'intérêt se portaient sur des artistes tels que Pierre Soulages ou Robert Ryman, sur des mouvements tels que l'Art minimal ou Supports/Surfaces. Ce dernier avait particulièrement attiré mon attention dans la mesure où je voyais là une approche de la peinture très radicale et très différente de celle que je connaissais. C'est à partir de ce moment-là que je me suis intéressé à la couche picturale, pour elle-même, décollée du subjectile.
Par ailleurs, j'ai toujours conservé depuis ma scolarité un goût certain pour la biologie, influencé peut-être par mon entourage familial et amical, qui n'est pas étranger à la nature du travail que je présente aujourd'hui.
C'est de ces interactions, de ces interférences entre ces deux univers que sont nées les Peintures S.V.T. (Sciences de la vie et de la toile).
L'ensemble des pièces que je présente a fait l'objet d'une mise en scène. J'ai voulu exposer les toiles opérées avec les radiographies et leurs rapports, le divan, la vidéo, ainsi que les boîtes d'embryons, de manière à recréer l'ambiance d'une salle d'examen d'hôpital: d'où la couleur vert pâle des murs, le lino vert foncé du sol et cette unique ampoule verte du plafond blanc qui renforce l'aspect impersonnel du lieu. Il s'agit moins d'une installation que d'un environnement où les éléments, bien qu'indépendants, se répondent pour finalement constituer un tout.

Comment as-tu monté ces pièces ? Quels liens établis-tu entre elles?
La conception de l'exposition s'est faite relativement facilement dans la mesure où je me suis inspiré de ce que j'avais observé dans les hôpitaux. Ainsi chaque élément a trouvé rapidement sa place, qu'il s'agisse du divan et de sa toile non-opérée, du négatoscope, des peintures «opérées», de la vidéo, des boîtes d'embryons et des divers autres meubles. Chaque pièce marque un stade du possible parcours d'un patient en milieu hospitalier: d'abord l'examen, puis les radiographies, puis l'opération (ici filmée), puis le retour à la normale, si l'on peut dire, lorsque les toiles sont de nouveau accrochées au mur, verticalement. Les boîtes, quant à elles, présentent la peinture à un stade embryonnaire ou immédiatement post-embryonnaire.

Quelle place, quel rôle donnes-tu à la vidéo?
La vidéo comme les peintures, les images et les autres objets fait partie de la mise en scène. Son rôle n'est ni déterminant, ni central, elle n'a ni plus ni moins d'importance que les autres pièces.
Le bruit de l'incision de la couche picturale, l'extraction d'une masse de peinture blanche (d'où le titre: Yvo-Balleriectomie), le rythme de l'opération, l'univers sonore qui l'accompagne et l'environne, ont motivé cette vidéo dont l'objet nous renvoie à notre rapport au corps et à la maladie.

En quoi ta présence dans le lieu et dans l' œuvre se justifie-t-elle?
Ma présence en blouse blanche se justifie par le fait que je me considère comme une pièce de plus au sein de cette exposition. Ma tenue me renvoie à un rôle de «praticien», de «biologiste», de «professeur de CHU» expliquant son travail. C'est une sorte de performance facultative à des fins didactiques.

Comment les visiteurs ont-ils réagi?
Dans l'ensemble les gens ont plutôt bien réagi. Chacun de par sa profession, sa sensibilité, a perçu l'exposition de façon très différente. L'ambiance a généralement été ressentie comme calme et apaisante, alors que pour une personne elle s'est avérée oppressante. Des médecins ont porté un regard technique sur la vidéo, les peintures ou les objets, tandis que d'autres avaient une vision plus poétique des pièces exposées.

Quelles relations y a-t-il entre S.V.T et son lieu d'accueil?
A priori aucune. Le lieu d'exposition est un studio au sein d'un immeuble d'habitations. Vu de l'intérieur, à travers les stores de la fenêtre, la transformation du studio en salle d'examen d'hôpital a eu une incidence certaine sur la perception de l'immeuble et de sa sobre ...

fleche suivante1/2

ANNONCES


141116Le104sciarroni
ÉDITORIAL fleche_rouge
Snapchat. Le présent absolu
Avant l'existence des réseaux sociaux, les petits riens de la vie quotidienne des gens ordinaires n'avaient aucune valeur. Seuls les faits exceptionnels suscitaient l'intérêt et les scoops des photographes. Mais une logistique informatique puissante et hautement sophistiquée a changé la situation en élevant les faits dérisoires et futiles au rang de matière première d'une économie nouvelle basée sur un nouveau type de valeur, caractéristique de la société de l'information numérique :...
fleche Lire la suite
141111macparis2000


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Until Then: trois anciens de la galerie Yvon Lambert prévoient d'ouvrir un nouvel espace à St-Ouen
puce rouge  Polémique autour de la pièce Exhibit B de Brett Baileys, la liberté de création (encore) mise à mal
puce rouge  Décès du photographe Lucien Clergue, cofondateur des Rencontres d'Arles
puce rouge  Jours sombres pour la culture au Blanc-Mesnil (93): l’UMP étrangle le Forum
puce rouge  L'édition américaine de la Fiac reportée à 2016
puce rouge  Prochainement au Centre Pompidou, une nouvelle galerie sur le Design et l'Architecture
puce rouge  L'ex-directrice contestée du Frac Nord-Pas-de-Calais nommée à la tête de l’ENSA de Bourges?
puce rouge  5e édition d’Art Protects à la galerie Yvon Lambert, une vente au profit de l’Association AIDES
puce rouge  Inauguration du château de Rentilly, 2e lieu d’exposition du Frac Ile-de-France
puce rouge  SOON Paris: la nouvelle foire d’art contemporain consacrée à l’œuvre originale numérotée
puce rouge  Le Centre Pompidou inaugure une nouvelle galerie entièrement dédiée à la photographie
puce rouge  Esther Ferrer et Léa Barbazanges, lauréates du premier prix Marie-Claire, consacré aux artistes féminines
DIAPORAMA

Exposition collective, I should learn to look... (vue d&rsquo;exposition), 2012.
Philippe Andrieu, extrait de l&rsquo;exposition, 2010. Photographie couleur
Jacques Rancière © DR



pub pub
Avec Ownsport, bénéficiez d´un coach sportif diplômé dès 19€/h pour des cours sur mesure à votre domicile !

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales