logo
150623JeuPaumeKhvay
ART PHOTO DESIGN DANSE
<•<•<•<• parisART RECRUTE un-e COMMERCIAL-e MOTIVE-e
RECHERCHER


INTERVIEWS

Taroop & Glabel, <em>Le Beuglephone électrique</em>. 2007<br><br>Courtesy Sémoise galerie-éditions. © Taroop & Glabel
Elohim Feria
Vincent + Feria
10 janv. 2008
Suite à leur récent voyage en Antarctique et à leur exposition à la Galerie Eof, le couple d'artistes Vincent+Feria témoignent de leurs découvertes et de leurs expériences
fleche suivante1/2
Par


Hélène Sirven. Pouvez-vous rappeler ce qui a le plus marqué votre parcours artistique ces dernières années ?
Vincent + Feria. Le développement des structures autonomes d'artistes — fondations, associations, collectifs, en montant de workshops, symposiums, résidences, lectures — le travail sans argent et la gratuité, les rapports étroits avec des spécialistes d'autres disciplines, ont sans aucun doute apporté de nouvelles donnes dans le développement de notre travail, privilégiant d'avantage la recherche en arts plastiques.

Comment définissez-vous Perspective antarctique ?
Perspective Antarctique, expression d'intérêt est d'abord la mise en visibilité dans un espace artistique, d'une approche transdisciplinaire, menée avec des scientifiques d'un laboratoire océanographique de l'université de Jussieu, avec la volonté d'élargir et privilégier les rencontres, transmettre des connaissances, échanger des méthodes de travail et d'observation, confronter des points de vue. Un travail spécifique a été conduit dans l'océan austral — mer de Weddell — et en Antarctique. Ainsi cette année et depuis notre retour (mars 2004), nous avons pu organiser les idées circonscrites lors de cette expérience et poser les questions sur les enjeux du sixième continent. Perspective Antarctique est aussi un site web « Art, Espaces et Territoires » http://a.e.t.free.fr, plate-forme d'échange.

Quel « bilan » faites-vous de cette expérience ?
Aucun « bilan » n'est envisageable pour le moment car nous sommes dans un processus à long terme. Un travail avec des individus avec la volonté véritable de faire changer les perceptions et les approches vis-à-vis de notre environnement, semble aujourd'hui nécessaire et salutaire.
De l'expérience du voyage à proprement parler, emmener le brise-glace Almirante Irizar jusqu'au 78° Sud 34°Ouest, nécessite une addition de savoirs faire, que nous avons approchés : glaciologie, météorologie, informatique, électronique, mécanique, médecine, gastronomie, etc. Le respect, la concentration, l'attention sont de mise permanente.
Cette expérience nous a fait réfléchir à la nature vierge, au rapport de l'homme à son environnement, à l'image et à son statut. Lors de Perspective antarctique à éof, nous avons mis toutes nos images en copyleft et sous « licence art libre ». Ceci commence à porter ses fruits, nous avons déjà obtenu des créations, des réalisations diverses d'autres artistes et créatifs, elles-mêmes en copyleft. La gratuité a été présente en mettant à disposition du public les « belles images attendues » prises dans ce merveilleux continent, que nous avons tamponnées avec l'inscription « cadeau-regalo » ? Ceci est un moteur pour introduire ceux qui ont été « présents » à s'intéresser d'avantage à un environnement magnifique qui est dans le collimateur de nombreux pays avec des appétits territoriaux dangereux.
Un « trieur » orange avec de nombreux dossiers sur l'Antarctique mis à la disposition des visiteurs, donne l'origine à la conception d'une « banque de données » que nous mettrons sur le web.
Finalement un autre point, « l'invitation » a pris la tournure d'une « forme » artistique. Chaque soir pendant 10 jours, nous avons invité des performers, des conférenciers, un chef de cuisine, des musiciens, et avons introduit des questionnements sur les parcours des uns et des autres en le mettant en relation parfois avec des questions écosophiques — environnementales, sociales, psychiques. Ces rendez-vous journaliers ont développé une qualité esthétique sans mesure, avec une responsabilité et une éthique très particulières de la part des invités, même avec ceux avec lesquels nous avons communiqué par visioconférence et webcam depuis NewYork, Buenos Aires et Vienne. Poésie et sens festifs ont été au rendez-vous.

Pensez-vous que les pratiques collaboratives modifient les relations entre les institutions et l'art actuel ?
Nous pensons qu'il y a quelques institutions qui sont en train de mettre en place les systèmes nécessaires et appropriés qui vont à l'encontre de ce que les artistes de plus en plus développent, c'est à dire des pratiques furtives, collaboratives et des dispositifs de pensée allant parfois jusqu'à une invisibilité des formes. Ils comblent le retard vis-à-vis des structures informelles et autonomes, dont nous parlions tout au début de cette discussion, qui elles se sont constituées et organisées depuis un certain temps déjà, même en dehors des grands centres décideurs.

Est-il urgent que l'art d'aujourd'hui travaille plus étroitement avec la science ?
Urgence dans le sens d'aller de pair, avec les mêmes moyens, dans l'élaboration de « découvertes » plus humaines et plus accessibles au grand nombre. Nous devons tenir compte de ce que le développement et

















...

fleche suivante1/2

ANNONCES


15059CaenMorellet
ÉDITORIAL fleche_rouge
Snapchat. Le présent absolu
Avant l'existence des réseaux sociaux, les petits riens de la vie quotidienne des gens ordinaires n'avaient aucune valeur. Seuls les faits exceptionnels suscitaient l'intérêt et les scoops des photographes. Mais une logistique informatique puissante et hautement sophistiquée a changé la situation en élevant les faits dérisoires et futiles au rang de matière première d'une économie nouvelle basée sur un nouveau type de valeur, caractéristique de la société de l'information numérique :...
fleche Lire la suite


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Nomination de Jean-Marc Bustamante à la direction de l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris
puce rouge  Le Centre Pompidou reçoit une nouvelle donation de Daniel Cordier
puce rouge  Georges Didi-Huberman reçoit le prix Theodor-W.-Adorno
puce rouge  Prix Voies Off: le palmarès 2015
puce rouge  Nomination d’Ambra Senatore à la direction du Centre chorégraphique national (CCN) de Nantes
puce rouge  Le Prix Levallois 2015 a été attribué au photographe belge Tom Callemin
puce rouge  Ministère : recrutement d’un nouveau directeur à l’ENSBA
puce rouge  Destitution de Nicolas Bourriaud de l'Ecole des beaux-arts. L'ANdEA
puce rouge  La DRAC (Direction régionale des affaires culturelles) Ile-de-France accorde au Générateur une subvention de... 0 €
puce rouge  Destitution de Nicolas Bourriaud de l'ENSBA. Ministère de la Culture
puce rouge  Destitution de Nicolas Bourriaud de l'Ecole des beaux-arts. Rumeur
puce rouge  Le Théâtre de la Cité internationale menacé de fermeture en 2016 ? Signons la pétition en ligne.
DIAPORAMA

Vue de l&rsquo;exposition «Yves Klein, Claude Parent. Le mémorial, Projet d&rsquo;architecture», Espace de l&rsquo;art concret, Mouans Sartoux, 2013.



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales