logo
140628SerignantRossonCrow
ART PHOTO DESIGN DANSE
parisART recherche un-e COMMERCIAL-e MOTIVE-e connaissant le marché de l'art
RECHERCHER


INTERVIEWS

Taroop & Glabel, <em>Le Beuglephone électrique</em>. 2007<br><br>Courtesy Sémoise galerie-éditions. © Taroop & Glabel Rebecca Bournigault
Rebecca Bournigault
00 00 0000
La dernière vidéo de Rebecca Bournigault, Vive (2003), explore la frontière entre la fiction et le réel, grâce à la poésie du montage et de la technique. L'artiste parle de son travail et définit son art du portrait.
fleche suivante1/2
Par Clément Dirié

Clément Dirié. Dans ta vidéo intitulée Vive, tu mets en œuvre ton art du portrait, à la frontière de la fiction et du réel.
Rebecca Bournigault. Vive est une installation vidéo d'une vingtaine de minutes composée d'éléments différents avec des liens plus ou moins évidents entre eux. Une scène avec un couple dont les rôles s'échangent au cours de la conversation; des portraits d'adolescents auquels j'ai demandé : « Quelle est ta raison de vivre ? » ou leur définition du désir; des choses plus énigmatiques dont je n'ai pas forcément envie de parler, avec des enfants; une scène d'enlacement, de bagarre. On ne sait pas trop. Une scène de sexe habillée.

Et au point de vue formel ?
La pièce est basée sur le principe de continuité. Chaque élément possède la même valeur et participe d'une logique interne qui brouille les limites du réel et du jeu. On le comprend à l'image. Par clins d'œil. Par détails.

On différencie le réel de la fiction ?
On est le plus souvent dans le réel. La fiction pure a peu de place dans cette pièce. Et cela devient intéressant quand on dépasse la fiction pour tomber dans le réel.

On peut parler d'autofiction ?
Oui. Pour moi, créer, c'est mettre des pensées en forme, des réflexions. Donc, cela parle de soi, fait référence au « Je » qui met les faits en forme.

Pourquoi utilises-tu plus la vidéo que d'autres médiums ?
Le dessin, les peintures et la photographie ne font pas partie du même travail. Mais il y a une production importante, en parallèle. J'y traite aussi le portrait. Je peins beaucoup de personnages, des éléments du réel avec des formes différentes.

Que fais-tu de la tension entre l'image et l'icône ? Dans ton œuvre, l'image réelle, c'est le portrait, et l'icône, ce que tu essaies d'atteindre par la fiction. Parfois, les deux se rejoignent. Dans Je t'aime par exemple — les personnes filmées, dont des acteurs, doivent prononcer un simple « Je t'aime » devant la caméra — il y a cette volonté de témoigner d'une situation topique du vécu humain.
Pièce après pièce, je travaille le portrait. Comment, par le portrait, le réel est magnifié pour devenir une icône.

Comment le rapport entre le spontané et la mise en scène se pose dans tes vidéos ? Tu dresses un cadre en posant une unique question, à partir de là, t'attends-tu aux réponses ? Existe-t-il une part d'étonnement ?
Il y a toujours de l'étonnement, bien que j'aie une idée des réponses possibles. En fait, je pose des questions qui ont justement autant de réponses possibles qu'il y aura de réponses. Forcément, je suis surprise.

Est-ce que tu procède à un casting avant de filmer les gens ?
Pas du tout. Mais leur présence n'est pas due au hasard non plus. J'opère un choix dans un périmètre relationnel. C'est affaire d'entourage et de rencontres. J'ai rarement filmé un inconnu dans la rue. De la même façon, je rencontre peu de gens dans la seule optique de les filmer. L'histoire, le contact, ontcommencé avant.

Il y avait une pièce, PORTRAITS Temps réel (1994), où le public de la galerie rentrait dans la vidéo.
C'est la seule vidéo de ce genre. L'installation fonctionnait d'elle-même avec une caméra, un écran et une chaise où le visiteur était amené à s'asseoir. Quand il s'asseyait, il se retrouvait face à sa propre image. Sans rapport avec moi. Seulement face à lui. Aucune question n'était posée et rien n'était enregistré. Ce n'était pas pour faire exister autre chose ailleurs. C'était le moment qui primait, devant le public.

Dans ton œuvre, le corps a un statut spécial. Ce n'est pas un corps qui subit, mais un corps que l'on décrit. En particulier dans les portraits où tu demandes aux gens de se décrire...
Il est aussi important de décrire le corps que de le montrer. Dans beaucoup de pièces, en effet, le corps n'est pas pris comme un matériau, comme un élément extérieur. Un passage relie ce que les gens ressentent et ce qu'ils ont à l'intérieur. La façon dont le corps se présente, dont il parle, dont il s'exprime, est aussi importante que l'image et témoigne de cette relation entre l'intérieur et l'extérieur.

La place de Rebecca Bournigault, artiste et vidéaste, dans tout cela ?
Il faut parler d'une relation tripolaire entre le public, la personne filmée et moi. Il y a confrontation avec la caméra et passage par l'introspection. De plus, les gens savent qu'ils sont filmés et qu'ils vont être vus. Cela introduit une dimension supplémentaire, ...

fleche suivante1/2

ANNONCES
Avec Ownsport, bénéficiez d´un coach sportif diplômé dès 19€/h pour des cours sur mesure à votre domicile !



140707LyonBiennaleDanse
ÉDITORIAL fleche_rouge
Esthétiques photographiques de l'attention
La frénésie de la vie et du monde d'aujourd'hui, les tensions et les bouleversements qui agitent tous les secteurs de la société, ainsi que les pressions permanentes exercées par l'hypertrophie des communications, suscitent le sentiment qu'est menacé un bien des plus précieux et des plus fragiles de l'homme: son attention. Tout allant trop vite, on ne peut plus accorder aux choses l'attention qu'elles méritent. Dans le flux incessant des marchandises et des informations, l'attention se fait...
fleche Lire la suite
140625VilletteOrta.gif


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Heineken fait sa pub sur la façade de la Monnaie de Paris. Quid de la loi Evin?
puce rouge  Votre nom sur la façade de la Monnaie de Paris, participez à l’œuvre de John Baldessari
puce rouge  Lauréats du 15e Prix Liliane Bettencourt pour l’intelligence de la main: Nathanaël Le Berre, Gérard Borde et Marc Aurel, Yann Grienenberger
puce rouge  Fin 2014, la galerie Yvon Lambert tire sa révérence
puce rouge  Le Festival d’Avignon aura bien lieu mais la CGT Spectacle appelle à une grève massive pour l’ouverture
puce rouge  L’artiste Huang Yong Ping prend les commandes de la Monumenta 2016
puce rouge  Un chemin de «Grande Randonnée Artistique» pour la Nuit blanche à Paris
puce rouge  Rapport sur le développement de l’entrepreneuriat dans le secteur culturel en France
puce rouge  Le 27 octobre 2014, ouverture de la Fondation Louis Vuitton
puce rouge  CoordinatiIntermittents et Précaires: «Ce que nous défendons nous le défendons pour tous!»
puce rouge  Nicolas Bourriaud entre confiance et vigilance du ministère de la Culture
puce rouge  Menace sur les festivals d’été, le conflit s’envenime entre les intermittents et le gouvernement
DIAPORAMA




pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales