logo
141115CracSeteArchipel
ART PHOTO DESIGN DANSE
parisART recherche un-e COMMERCIAL-e MOTIVE-e connaissant le marché de l'art
RECHERCHER


INTERVIEWS

Taroop & Glabel, <em>Le Beuglephone électrique</em>. 2007<br><br>Courtesy Sémoise galerie-éditions. © Taroop & Glabel
Rebecca Bournigault
Rebecca Bournigault
00 00 0000
La dernière vidéo de Rebecca Bournigault, Vive (2003), explore la frontière entre la fiction et le réel, grâce à la poésie du montage et de la technique. L'artiste parle de son travail et définit son art du portrait.
fleche suivante1/2
Par Clément Dirié

Clément Dirié. Dans ta vidéo intitulée Vive, tu mets en œuvre ton art du portrait, à la frontière de la fiction et du réel.
Rebecca Bournigault. Vive est une installation vidéo d'une vingtaine de minutes composée d'éléments différents avec des liens plus ou moins évidents entre eux. Une scène avec un couple dont les rôles s'échangent au cours de la conversation; des portraits d'adolescents auquels j'ai demandé : « Quelle est ta raison de vivre ? » ou leur définition du désir; des choses plus énigmatiques dont je n'ai pas forcément envie de parler, avec des enfants; une scène d'enlacement, de bagarre. On ne sait pas trop. Une scène de sexe habillée.

Et au point de vue formel ?
La pièce est basée sur le principe de continuité. Chaque élément possède la même valeur et participe d'une logique interne qui brouille les limites du réel et du jeu. On le comprend à l'image. Par clins d'œil. Par détails.

On différencie le réel de la fiction ?
On est le plus souvent dans le réel. La fiction pure a peu de place dans cette pièce. Et cela devient intéressant quand on dépasse la fiction pour tomber dans le réel.

On peut parler d'autofiction ?
Oui. Pour moi, créer, c'est mettre des pensées en forme, des réflexions. Donc, cela parle de soi, fait référence au « Je » qui met les faits en forme.

Pourquoi utilises-tu plus la vidéo que d'autres médiums ?
Le dessin, les peintures et la photographie ne font pas partie du même travail. Mais il y a une production importante, en parallèle. J'y traite aussi le portrait. Je peins beaucoup de personnages, des éléments du réel avec des formes différentes.

Que fais-tu de la tension entre l'image et l'icône ? Dans ton œuvre, l'image réelle, c'est le portrait, et l'icône, ce que tu essaies d'atteindre par la fiction. Parfois, les deux se rejoignent. Dans Je t'aime par exemple — les personnes filmées, dont des acteurs, doivent prononcer un simple « Je t'aime » devant la caméra — il y a cette volonté de témoigner d'une situation topique du vécu humain.
Pièce après pièce, je travaille le portrait. Comment, par le portrait, le réel est magnifié pour devenir une icône.

Comment le rapport entre le spontané et la mise en scène se pose dans tes vidéos ? Tu dresses un cadre en posant une unique question, à partir de là, t'attends-tu aux réponses ? Existe-t-il une part d'étonnement ?
Il y a toujours de l'étonnement, bien que j'aie une idée des réponses possibles. En fait, je pose des questions qui ont justement autant de réponses possibles qu'il y aura de réponses. Forcément, je suis surprise.

Est-ce que tu procède à un casting avant de filmer les gens ?
Pas du tout. Mais leur présence n'est pas due au hasard non plus. J'opère un choix dans un périmètre relationnel. C'est affaire d'entourage et de rencontres. J'ai rarement filmé un inconnu dans la rue. De la même façon, je rencontre peu de gens dans la seule optique de les filmer. L'histoire, le contact, ontcommencé avant.

Il y avait une pièce, PORTRAITS Temps réel (1994), où le public de la galerie rentrait dans la vidéo.
C'est la seule vidéo de ce genre. L'installation fonctionnait d'elle-même avec une caméra, un écran et une chaise où le visiteur était amené à s'asseoir. Quand il s'asseyait, il se retrouvait face à sa propre image. Sans rapport avec moi. Seulement face à lui. Aucune question n'était posée et rien n'était enregistré. Ce n'était pas pour faire exister autre chose ailleurs. C'était le moment qui primait, devant le public.

Dans ton œuvre, le corps a un statut spécial. Ce n'est pas un corps qui subit, mais un corps que l'on décrit. En particulier dans les portraits où tu demandes aux gens de se décrire...
Il est aussi important de décrire le corps que de le montrer. Dans beaucoup de pièces, en effet, le corps n'est pas pris comme un matériau, comme un élément extérieur. Un passage relie ce que les gens ressentent et ce qu'ils ont à l'intérieur. La façon dont le corps se présente, dont il parle, dont il s'exprime, est aussi importante que l'image et témoigne de cette relation entre l'intérieur et l'extérieur.

La place de Rebecca Bournigault, artiste et vidéaste, dans tout cela ?
Il faut parler d'une relation tripolaire entre le public, la personne filmée et moi. Il y a confrontation avec la caméra et passage par l'introspection. De plus, les gens savent qu'ils sont filmés et qu'ils vont être vus. Cela introduit une dimension supplémentaire, ...

fleche suivante1/2

ANNONCES


141116Le104sciarroni
ÉDITORIAL fleche_rouge
Snapchat. Le présent absolu
Avant l'existence des réseaux sociaux, les petits riens de la vie quotidienne des gens ordinaires n'avaient aucune valeur. Seuls les faits exceptionnels suscitaient l'intérêt et les scoops des photographes. Mais une logistique informatique puissante et hautement sophistiquée a changé la situation en élevant les faits dérisoires et futiles au rang de matière première d'une économie nouvelle basée sur un nouveau type de valeur, caractéristique de la société de l'information numérique :...
fleche Lire la suite
141111macparis2000
141120Limoges
141104Le104OrtizSpricigo


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  La polémique «Exhibit B»: le théâtre Gérard Philippe et le CentQuatre face à la violence des protestations
puce rouge  Après le Forum, le CAC-Bretigny, La Panacée et Les Eglises menacés: l’hécatombe des lieux d’art.
puce rouge  Ce 22 novembre 2014, décès du photographe américain Lewis Baltz
puce rouge  La ville de Paris distingue les jeunes talents du design, de la mode et des métiers d’art
puce rouge  Until Then: trois anciens de la galerie Yvon Lambert prévoient d'ouvrir un nouvel espace à St-Ouen
puce rouge  Polémique autour de la pièce Exhibit B de Brett Baileys, la liberté de création (encore) mise à mal
puce rouge  Décès du photographe Lucien Clergue, cofondateur des Rencontres d'Arles
puce rouge  Jours sombres pour la culture au Blanc-Mesnil (93): l’UMP étrangle le Forum
puce rouge  L'édition américaine de la Fiac reportée à 2016
puce rouge  Prochainement au Centre Pompidou, une nouvelle galerie sur le Design et l'Architecture
puce rouge  L'ex-directrice contestée du Frac Nord-Pas-de-Calais nommée à la tête de l’ENSA de Bourges?
puce rouge  5e édition d’Art Protects à la galerie Yvon Lambert, une vente au profit de l’Association AIDES
DIAPORAMA

Philippe Chéhère, Persévération au dessus des nuages, 2007. Solo.



pub pub
Avec Ownsport, bénéficiez d´un coach sportif diplômé dès 19€/h pour des cours sur mesure à votre domicile !

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales