logo
141115CracSeteArchipel
ART PHOTO DESIGN DANSE
parisART recherche un-e COMMERCIAL-e MOTIVE-e connaissant le marché de l'art
RECHERCHER


INTERVIEWS


Olivier Mosset
Olivier Mosset
25 mai 2005
Olivier Mosset présente dans trois espaces à Rennes une série de monochromes ainsi que deux sculptures. Son œuvre, trop souvent résumée aux années critiques BMPT, s'interroge sans interruption depuis quarante ans sur le devenir de la peinture faisant de l'artiste suisse un véritable «historien des formes».
fleche suivante1/3
Par Paul Bernard

Par Paul Bernard

Paul Bernard : Vous êtes identifié comme un peintre radical. On connaît beaucoup moins votre oeuvre sculpturale. A Rennes, vous en présentez deux. Pouvez vous nous parler de votre rapport à la sculpture?
Olivier Mosset: Disons que j'ai fait des pas de côté dans la troisième dimension, mais je crois quand même les avoir faits avec une réflexion de peintre. J'ai fait des trucs, des décorations artistiques, et à partir de ça, j'ai été amené à travailler sur une sculpture qui est la même que celle que je présente ici dans le petit jardin à coté du Musée des beaux-arts. Mon idée au départ était de la faire à l'intérieur du musée, mais comme c'est des trucs lourds, des modules en béton, ready-made, j'avais laissé tomber. Et puis Christophe Viart [commissaire de l'exposition] a persisté, ça a donc donné cette pièce dans le jardin.
Dans le même temps comme on avait décidé de ne pas la faire, j'avais prévu autre chose, une autre sculpture, ici en glace, que j'avais déjà faite plusieurs fois : en carton une première fois et en bois peint deux ou trois fois. Je l'avais déjà faite une fois en glace pour une exposition à Saas Fe dans les montagnes en Suisse, où il y avait un glacier. On a pris un bloc du glacier puis on l'a taillé. Je l'avais refaite à Bâle, où elle s'était écroulée assez vite. Je l'ai refaite encore une fois dans la cour de la galerie "Les filles du calvaire" pour une exposition qui s'appelait Minimal Pop, en 2006. Là, comme c'était l'hiver, elle a tenu tout le temps de l'exposition et même au delà. Ce qui est drôle, c'est qu'elle se transforme. C'est toujours la même sculpture, mais enfin, elle fond. Ici, je trouvais intéressant de la faire à l'intérieur du musée, entourée de ces sculptures du dix-neuvième.

Le module de base, le « toblerone », est un bloc anti-char...
Le module de base, la première fois que je l'ai présenté, c'était à Sion dans un endroit qui s'appelait l'Arsenal. On en avait mis une quarantaine, c'était une vraie installation. En Suisse, on trouve ces barrages anti-chars un peu partout dans la campagne, encore maintenant. J'en ai d'ailleurs acheté à l'armée. C'est quelque chose entre le land art et la sculpture minimale dans le genre de ce qu'a pu faire Tony Smith. C'est ça qui m'intéresse: un regard un peu formel sur des formes qu'on ne comprend pas très bien, à moins d'être un spécialiste de barrages anti-chars. D'ailleurs, on ne comprend pas très bien pourquoi ils sont placés là où ils le sont. Quand j'ai pensé à en acheter, j'avais demandé une carte de leur emplacement à l'armée. Elle m'a été refusée...
Voilà, je ne sais plus très bien pourquoi, mais je sais que cette forme m'a intéressé, avec cette histoire de land art déjà tout fait. Le land art joue en général avec le paysage, que ce soit Michael Heizer qui occupe une tranchée ou des gens comme Nancy Holt. Ici, c'est une construction qui, au contraire, va à l'encontre.

Ca reste chargé de significations quand même
Si les gens le savent, oui peut-être, mais enfin c'est anti-char, disons que ça protège le musée.

Vous exposez ici à Rennes dans les mêmes endroits que John Armleder, que vous connaissez bien, il y a un peu moins d'un an. Je vous avais vu lors du vernissage. Quand on regarde votre stratégie d'exposition on a presque l'impression que vous le prenez à contre pied...
Ce sont les mêmes lieux, mais c'est pas tout à fait pareil. D'abord parce que John est plus post-moderne que moi. Il a un champ dans lequel il peut travailler qui est beaucoup plus vaste. Dans l'expo de John il y avait un côté installation, moi c'est moins ça, bien que je pense qu'un accrochage soit toujours une installation.

Mais contrairement à lui vous n'avez pas cherché à agir directement sur le lieu. Alors que vous l'aviez déjà fait dans le passé.
Pas souvent, mais effectivement je l'ai fait. Une fois j'ai peint un mur en jaune, je ne sais pas si les gens étaient tellement contents. Je suis intervenu plusieurs fois sur le lieu, notamment une fois au Musée Migros à Zurich. Bon, je crois que l'on ne peut pas échapper au rapport de ce qu'on met dans un espace avec l'espace qui le contient, mais il y a des gens qui se concentrent beaucoup plus là dessus. Pour ma part, je travaille dans mon atelier en Arizona et après je déplace les peintures. L'espace m'intéresse aussi, mais contrairement à Buren par exemple, ça n'est pas ce qui détermine mon produit. Le produit a pour moi une autonomie, une autonomie relative parce que toujours dépendante d'autre chose, mais quand même. Quelque part, je fais de la peinture de ...

fleche suivante1/3

ANNONCES


141116Le104sciarroni
ÉDITORIAL fleche_rouge
Snapchat. Le présent absolu
Avant l'existence des réseaux sociaux, les petits riens de la vie quotidienne des gens ordinaires n'avaient aucune valeur. Seuls les faits exceptionnels suscitaient l'intérêt et les scoops des photographes. Mais une logistique informatique puissante et hautement sophistiquée a changé la situation en élevant les faits dérisoires et futiles au rang de matière première d'une économie nouvelle basée sur un nouveau type de valeur, caractéristique de la société de l'information numérique :...
fleche Lire la suite
141111macparis2000


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Until Then: trois anciens de la galerie Yvon Lambert prévoient d'ouvrir un nouvel espace à St-Ouen
puce rouge  Polémique autour de la pièce Exhibit B de Brett Baileys, la liberté de création (encore) mise à mal
puce rouge  Décès du photographe Lucien Clergue, cofondateur des Rencontres d'Arles
puce rouge  Jours sombres pour la culture au Blanc-Mesnil (93): l’UMP étrangle le Forum
puce rouge  L'édition américaine de la Fiac reportée à 2016
puce rouge  Prochainement au Centre Pompidou, une nouvelle galerie sur le Design et l'Architecture
puce rouge  L'ex-directrice contestée du Frac Nord-Pas-de-Calais nommée à la tête de l’ENSA de Bourges?
puce rouge  5e édition d’Art Protects à la galerie Yvon Lambert, une vente au profit de l’Association AIDES
puce rouge  Inauguration du château de Rentilly, 2e lieu d’exposition du Frac Ile-de-France
puce rouge  SOON Paris: la nouvelle foire d’art contemporain consacrée à l’œuvre originale numérotée
puce rouge  Le Centre Pompidou inaugure une nouvelle galerie entièrement dédiée à la photographie
puce rouge  Esther Ferrer et Léa Barbazanges, lauréates du premier prix Marie-Claire, consacré aux artistes féminines
DIAPORAMA

Philippe Pétremant, Bon, Jam Bon, série «Les Contrées nulles», 2013.



pub pub
Avec Ownsport, bénéficiez d´un coach sportif diplômé dès 19€/h pour des cours sur mesure à votre domicile !

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales