logo
140319JeuPaumeNika
ART PHOTO DESIGN DANSE
parisART recherche un-e COMMERCIAL-e MOTIVE-e connaissant le marché de l'art
RECHERCHER


INTERVIEWS

Olivier Mosset
Olivier Mosset
25 mai 2005
Olivier Mosset présente dans trois espaces à Rennes une série de monochromes ainsi que deux sculptures. Son œuvre, trop souvent résumée aux années critiques BMPT, s'interroge sans interruption depuis quarante ans sur le devenir de la peinture faisant de l'artiste suisse un véritable «historien des formes».
fleche suivante1/3
Par Paul Bernard

Par Paul Bernard

Paul Bernard : Vous êtes identifié comme un peintre radical. On connaît beaucoup moins votre oeuvre sculpturale. A Rennes, vous en présentez deux. Pouvez vous nous parler de votre rapport à la sculpture?
Olivier Mosset: Disons que j'ai fait des pas de côté dans la troisième dimension, mais je crois quand même les avoir faits avec une réflexion de peintre. J'ai fait des trucs, des décorations artistiques, et à partir de ça, j'ai été amené à travailler sur une sculpture qui est la même que celle que je présente ici dans le petit jardin à coté du Musée des beaux-arts. Mon idée au départ était de la faire à l'intérieur du musée, mais comme c'est des trucs lourds, des modules en béton, ready-made, j'avais laissé tomber. Et puis Christophe Viart [commissaire de l'exposition] a persisté, ça a donc donné cette pièce dans le jardin.
Dans le même temps comme on avait décidé de ne pas la faire, j'avais prévu autre chose, une autre sculpture, ici en glace, que j'avais déjà faite plusieurs fois : en carton une première fois et en bois peint deux ou trois fois. Je l'avais déjà faite une fois en glace pour une exposition à Saas Fe dans les montagnes en Suisse, où il y avait un glacier. On a pris un bloc du glacier puis on l'a taillé. Je l'avais refaite à Bâle, où elle s'était écroulée assez vite. Je l'ai refaite encore une fois dans la cour de la galerie "Les filles du calvaire" pour une exposition qui s'appelait Minimal Pop, en 2006. Là, comme c'était l'hiver, elle a tenu tout le temps de l'exposition et même au delà. Ce qui est drôle, c'est qu'elle se transforme. C'est toujours la même sculpture, mais enfin, elle fond. Ici, je trouvais intéressant de la faire à l'intérieur du musée, entourée de ces sculptures du dix-neuvième.

Le module de base, le « toblerone », est un bloc anti-char...
Le module de base, la première fois que je l'ai présenté, c'était à Sion dans un endroit qui s'appelait l'Arsenal. On en avait mis une quarantaine, c'était une vraie installation. En Suisse, on trouve ces barrages anti-chars un peu partout dans la campagne, encore maintenant. J'en ai d'ailleurs acheté à l'armée. C'est quelque chose entre le land art et la sculpture minimale dans le genre de ce qu'a pu faire Tony Smith. C'est ça qui m'intéresse: un regard un peu formel sur des formes qu'on ne comprend pas très bien, à moins d'être un spécialiste de barrages anti-chars. D'ailleurs, on ne comprend pas très bien pourquoi ils sont placés là où ils le sont. Quand j'ai pensé à en acheter, j'avais demandé une carte de leur emplacement à l'armée. Elle m'a été refusée...
Voilà, je ne sais plus très bien pourquoi, mais je sais que cette forme m'a intéressé, avec cette histoire de land art déjà tout fait. Le land art joue en général avec le paysage, que ce soit Michael Heizer qui occupe une tranchée ou des gens comme Nancy Holt. Ici, c'est une construction qui, au contraire, va à l'encontre.

Ca reste chargé de significations quand même
Si les gens le savent, oui peut-être, mais enfin c'est anti-char, disons que ça protège le musée.

Vous exposez ici à Rennes dans les mêmes endroits que John Armleder, que vous connaissez bien, il y a un peu moins d'un an. Je vous avais vu lors du vernissage. Quand on regarde votre stratégie d'exposition on a presque l'impression que vous le prenez à contre pied...
Ce sont les mêmes lieux, mais c'est pas tout à fait pareil. D'abord parce que John est plus post-moderne que moi. Il a un champ dans lequel il peut travailler qui est beaucoup plus vaste. Dans l'expo de John il y avait un côté installation, moi c'est moins ça, bien que je pense qu'un accrochage soit toujours une installation.

Mais contrairement à lui vous n'avez pas cherché à agir directement sur le lieu. Alors que vous l'aviez déjà fait dans le passé.
Pas souvent, mais effectivement je l'ai fait. Une fois j'ai peint un mur en jaune, je ne sais pas si les gens étaient tellement contents. Je suis intervenu plusieurs fois sur le lieu, notamment une fois au Musée Migros à Zurich. Bon, je crois que l'on ne peut pas échapper au rapport de ce qu'on met dans un espace avec l'espace qui le contient, mais il y a des gens qui se concentrent beaucoup plus là dessus. Pour ma part, je travaille dans mon atelier en Arizona et après je déplace les peintures. L'espace m'intéresse aussi, mais contrairement à Buren par exemple, ça n'est pas ce qui détermine mon produit. Le produit a pour moi une autonomie, une autonomie relative parce que toujours dépendante d'autre chose, mais quand même. Quelque part, je fais de la peinture de ...

fleche suivante1/3

ANNONCE
Votre corps aussi est une oeuvre dont il faut prendre soins ! ABC Coach Sportif Paris à votre service.

Vous recherchez un livre audio ? Profitez d´un large choix de titres au sein de la librairie en ligne Gibert Joseph

ÉDITORIAL fleche_rouge
Mapplethorpe et les nouveaux puritains
L'importante rétrospective que le Grand Palais consacre à Robert Mapplethorpe vingt cinq ans après sa mort a ceci de rassurant que cette œuvre aussi magistrale que sulfureuse n'a pas perdu de sa puissance provocatrice et dérangeante, ni de sa force à résister aux tentatives des puritains de toutes obédiences pour l'édulcorer, la vider de son énergie et… de son impact politique. Aujourd'hui encore, ici en France, on assiste à une série de tentatives pitoyables, plus ou moins conscientes, de...
fleche Lire la suite
140320PMU
140317Le104AMA


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
acting01 acting02
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Le Salon d'Automne: «son combat contre le totalitarisme de l'art contemporain»
puce rouge  Sam Stourdzé nommé directeur des Rencontres de la photographie
puce rouge  Appel de Chaillot: Pour une nouvelle Europe de la culture
puce rouge  Ministère de la culture: aide au développement des galeries d'art
puce rouge  Marc Partouche nommé directeur de l’Ecole supérieure des Arts décoratifs
puce rouge  Drawing Now Paris en danger: des intermittents et chômeurs occupent le Carreau du Temple
puce rouge  Cinq architectes en lice pour la nouvelle Ecole de la photo d’Arles
puce rouge  Art ou pub? Le Panthéon choisit JR
puce rouge  Le Cap Capitale Mondiale du Design 2014
puce rouge  La crise ne rend pas la culture moins nécessaire, elle la rend au contraire plus indispensable
puce rouge  Le Front national manifeste contre le chorégraphe Olivier Dubois
puce rouge  Cette année, la Fiac lance sa foire off à Paris et s’exporte à Los Angeles dès 2015
DIAPORAMA

Vincent Dupont, Incantus, 2011. Trio. Musique par Raphaëlle Latini, Thierry Balasse, Vincent Dupont.



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales