logo
140227SerignanDowns
ART PHOTO DESIGN DANSE
RECHERCHER


INTERVIEWS

<br><br> Nicolas Ledoux
Nicolas Ledoux
09 juil. 2004
Nicolas Ledoux fait des peintures qu'il ne peint pas, qu'il donne à peindre à des amis. Parce qu'il pense ne pas maîtriser suffisamment la technique, et parce que le regard contemporain sur la peinture, son statut de mort-vivant, la rendraient invisible.
fleche suivante1/3
Par Anne Lille

«La tâche qui s'impose, aujourd'hui, est de recycler tout cet art mort. Ce que l'on appelle encore “art”, c'est cette vaste entreprise de recyclage, de retraitement, de réappropriation, de remake, de remix, de sampling de l'art mort quand bien même, ce faisant, l'art se nourrit toujours du cadavre en décomposition de l'art»
Jean-Claude Moineau, L'art dans l'indifférence de l'art.

Anne Lille. Dans cette nouvelle exposition, la peinture a pris une place prépondérante…
Nicolas Ledoux. Mais le propos est resté le même et si je passe souvent d'un support à un autre, d'un projet avorté à une idée de projet, je réalise que ce qui reste est la peinture. Mon travail repose sur un apprentissage de l'histoire de l'art, moderne et contemporain: je travaille quand je lis des catalogues, des essais critiques, des articles de journaux, quand je regarde et re-regarde des reproductions d'œuvres, quand je fouine dans les librairies, arpente les galeries… Et si je devais aujourd'hui faire le tri dans toute cette matière, la peinture occuperait une place importante… Les peintres français : Picabia, Gasiorowski, Leroy, Aillaud, Jacquet, Klein, Le Gac et les autres Currin, Morlay, Richter, Baselitz, Kieffer… Je pourrais en citer des centaines… Plus contemporains… plus ringards… moins ringards… J'aime la peinture…

Mais pourtant en 1997 vous avez cessé “de peindre”
J'étais dans une impasse… J'avais mis en place un système dont je ne parvenais plus à m'extraire. J'ai déprimé sec, rangé mes pinceaux et j'ai regardé autour de moi et attendu. Sans en être d'abord conscient j'ai trouvé une issue dans l'écriture quotidienne de cette attente que j'ai mise en forme (collage-montage, récupération, vols d'images et de textes ). Cela a duré trois ans d'un long travail d'analyse et de compréhension. Mon sujet aujourd'hui est l'art au sens large, les artistes vivants mais déjà disparus, les artistes morts mais vivants, les œuvres oubliées, les œuvres à venir, les textes, la communication dans et du monde de l'art… Je suis un recycleur, un fossoyeur parfois, une machine à mixer. Je pense que l'artiste doit se situer à l'extrême limite de la frontière interne et poreuse du monde de l'art… Je suis particulièrement sensible à sa délimitation mouvante. Je m'oppose à ce qui la franchit… par exemple les artistes qui investissent le champ politique et “s'activent” dans le milieu douillet, spectaculaire et froufrouteux de l'art contemporain… Je reste volontairement dedans, dans les coins, dans les détails…

Parlez-moi de ces peintures…
Ce sont des diptyques dont les sujets sont des reproductions assez fidèles de photographies d'installations, de détails de ces installations ou performances… Chaque partie du diptyque représente une œuvre différente ou un détail de cette œuvre dans son espace d'exposition…

D'où viennent ces sujets ?
Ce sont des reproductions d'œuvres qui me sont chères, œuvres que je porte en moi parfois depuis plus de vingt ans, que je crois même parfois avoir déjà vues, en vrai… J'ai commencé en 2001 avec la commande au peintre Christian Boulicaut pour mon “exposition collective” de trois portraits identiques d'Annlee peints à l'huile, presque des poulbots. J'avais au même moment commencé une série de dessins d'installations ou de performances: il était question déjà de déplacements de formes, de médiums et de sujets, de poser plastiquement la question de ce qu'est une œuvre d'art, ce qu'elle véhicule, ce qu'elle représente, comment elle est perçue selon qui regarde, qui a les clés, qui sait ou ne sait pas… Annlee en Poulbot… Annlee en rien… Annlee en modèle, Annlee en caricature d'elle-même… Annlee en peinture que je n'ai pas peinte…
J'ai creusé ce sillon pendant deux ans… L'exposition Picabia au Mam a été déterminante pour la mise en place de ce projet que je compte poursuivre sur une longue période de temps… D'abord parce qu'en travaillant sur le catalogue au sein du groupe de graphistes Labomatic auquel j'appartiens, j'ai pu me confronter pendant des heures à ces tableaux. Je suis entré dans Picabia par effraction et quand je me suis trouvé face aux œuvres originales j'ai ressenti un choc physique face à la toile… J'ai succombé à Picabia tout en saisissant le fossé qu'il pouvait y avoir entre la reproduction sans échelle d'une peinture et cette peinture devant soi, en face à face. Au-dessus de l'exposition de Picabia se tenait celle de Matthew Barney… J'aimais son travail sur lequel j'avais beaucoup lu et que je n'avais vu qu'au travers d'expositions collectives… La situation était assez cocasse: feu Picabia ...

fleche suivante1/3

ANNONCE
Votre corps aussi est une oeuvre dont il faut prendre soins ! ABC Coach Sportif Paris à votre service.

Vous recherchez un livre audio ? Profitez d´un large choix de titres au sein de la librairie en ligne Gibert Joseph

140214MacLyon01Moto
ÉDITORIAL fleche_rouge
Mapplethorpe et les nouveaux puritains
L'importante rétrospective que le Grand Palais consacre à Robert Mapplethorpe vingt cinq ans après sa mort a ceci de rassurant que cette œuvre aussi magistrale que sulfureuse n'a pas perdu de sa puissance provocatrice et dérangeante, ni de sa force à résister aux tentatives des puritains de toutes obédiences pour l'édulcorer, la vider de son énergie et… de son impact politique. Aujourd'hui encore, ici en France, on assiste à une série de tentatives pitoyables, plus ou moins conscientes, de...
fleche Lire la suite
140331ArchiUrgence
140320PMU
140317Le104AMA


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
acting01 acting02
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Sam Stourdzé nommé directeur des Rencontres de la photographie
puce rouge  Appel de Chaillot: Pour une nouvelle Europe de la culture
puce rouge  Ministère de la culture: aide au développement des galeries d'art
puce rouge  Marc Partouche nommé directeur de l’Ecole supérieure des Arts décoratifs
puce rouge  Drawing Now Paris en danger: des intermittents et chômeurs occupent le Carreau du Temple
puce rouge  Cinq architectes en lice pour la nouvelle Ecole de la photo d’Arles
puce rouge  Art ou pub? Le Panthéon choisit JR
puce rouge  Le Cap Capitale Mondiale du Design 2014
puce rouge  La crise ne rend pas la culture moins nécessaire, elle la rend au contraire plus indispensable
puce rouge  Le Front national manifeste contre le chorégraphe Olivier Dubois
puce rouge  Cette année, la Fiac lance sa foire off à Paris et s’exporte à Los Angeles dès 2015
puce rouge  Avignon: fermée pour travaux, La Collection Lambert s’expose hors-les-murs
DIAPORAMA

Ian Simms, Si jamais je rentrais...j&rsquo;habiterais un centre commercial, 2007-2013. Diptyque vidéo. 6 min 05
Pascale Marthine Tayou
Antoine Defoort, halory Goerger, Germinal, s.d. Pefformance. 1h20



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales