logo
140628SerignantRossonCrow
ART PHOTO DESIGN DANSE
parisART recherche un-e COMMERCIAL-e MOTIVE-e connaissant le marché de l'art
RECHERCHER


INTERVIEWS

Taroop & Glabel, <em>Le Beuglephone électrique</em>. 2007<br><br>Courtesy Sémoise galerie-éditions. © Taroop & Glabel
Marine Joatton
Marine Joatton
09 juil. 2004
Après les sculptures des Bêtes, des dessins de choses indéfinies, entre l'animal, l'insecte, la main. Des choses fragiles opposées à des choses très noires, sortes de « cauchemars rose bonbon ».
fleche suivante1/4
Par Henri Bordes

Interview
Par Henri Bordes

Henri Bordes. On regarde tes dessins et on voit d'abord cette rage de gribouiller obscurément comme on jette un sort, ces feuilles grattées, griffées, fouillées. C'est un travail minutieux et obsessionnel, un concentré de mauvaises humeurs, au sens de sécrétions animales, mais pas seulement. Après les sculptures des Bêtes, comment es-tu arrivée à ces dessins ?
Marine Joatton. J'ai commencé par la fabrication des Bêtes à partir de matériaux organiques récoltés et c'était un travail assez long et de tâtonnement. Puis je les ai dessinées et ça a donné les portraits Etat des bêtes, et maintenant les choses surgissent directement sur la feuille. À l'origine des dessins il y a un besoin d'immédiateté, l'exaspération d'avoir des choses en soi et de les faire sortir, c'est une manière de décharger l'imaginaire, de s'en défaire, et c'est venu assez naturellement.Les sculptures ça me paraît plus évident, ce sont des choses limitées dans l'espace et l'intérêt que tu y mets, tu peux en faire le tour, alors que les dessins ça résiste. Les « bronzes » par exemple, on reconnaît tout de suite, c'est une image fixée : le chien qui part dans deux sens contraires ou celui à tête de canard, ça forme comme un couple dans une même bête, ce sont des signes finalement assez simples, presque de la signalétique. C'est une chose facile à comprendre, il n'y a pas tellement de complexité alors que les dessins c'est plus confus, ça ne se laisse pas deviner tout de suite, ça passe par autre chose qui n'est plus de la figuration mais pas de l'abstraction non plus, ce sont des choses intérieures.

Il y a dans tes dessins des choses indéfinies, entre l'animal, l'insecte, la main, c'est difficile à reconnaître, des choses fragiles opposées à des choses très noires mais pas étouffantes, que j'appelle des « cauchemars rose bonbon » parce que tu les regardes avec bienveillance.
Beaucoup de gens me demandent pourquoi les bêtes. Pour expliquer le recours à des mamelles, des poils, des morceaux de bêtes, des bouts de membres, des dents, des yeux. ça revient comme un vocabulaire, et il y a dans les formes animales mais aussi végétales un potentiel de transformation, plastiquement, que je n'aurais pas si je ne prenais que l'homme. Ce sont des occupants, pas seulement sur le papier, mais des créatures ressenties : quand je dessine, je suis dans les images intérieures.Celui avec le monstre griffu couvert de poils dont on ne distingue que la tête, au départ ce n'est qu'une tache et il y a cette petite forme orangée qui vient contredire la violence des griffures, et perturber ces images trop noires. Cette opposition, ça se traduit aussi par les matériaux, les formes. Les morceaux, c'est comme des signes, le reste tu l'imagines, ça peut être très discret.
Dans les Dessins génération spontanée il y a toujours un ou deux personnages, il se passe quelque chose, ce sont des évènements, autant dans ce qui est représenté que dans la tache, le processus. Comme les photos des chiens qui sont deux et dans l'incertitude de leur mouvement ne forment plus qu'un seul corps, une boule, on ne sait pas si c'est un jeu ou quelque chose de plus cruel, de la dévoration. Ce mouvement, c'est par exemple le tourbillon de l'encre des Œilletons, une mini-tornade de feuilles qui tournent en rond, un évènement de l'ordre de ce qui peut se passer dans un terrier, des choses comme ça.

Mais on ne sait pas ce qui se passe dans un terrier, on imagine seulement, ça passe par l'imagination et c'est ça qui est inquiétant. Les monstres font bien plus peur quand ils sont cachés, dès qu'on les voit, ça peut être dégoûtant, mais on n'a plus peur. Tu mets plus de choses dans les grands dessins en couleur, mais on ne reconnaît plus ces personnages, tu les maltraites en les recouvrant, on a l'impression de paysages moins habités que grouillants.
Dans les grands dessins ça s'étale alors que les Dessins génération spontanée ce sont des individus, c'est plus resserré. Maintenant ça prolifère sur une même feuille, il y a de l'espace, une colonisation du territoire.

Quand on se rapproche on découvre plein de choses, parce que c'est dessiné très petit, minutieux, c'est des pattes de mouche. Il faut les voir de près, détailler et se promener. Ça paraît à la fois très bordélique et très organisé, avec des superpositions, des choses fluides, des enchaînements, et des choses contradictoires.
C'est une sorte d'écriture, le besoin de relier ces éléments, il y a des formes évocatrices d'autres choses, un fourmillement, quelque chose de vivant. C'est la vie à ras du sol, la vie presque souterraine, grouillante et pourrissante, comme ces mares ou ces flaques à ...

fleche suivante1/4

ANNONCES


ÉDITORIAL fleche_rouge
Snapchat. Le présent absolu
Avant l'existence des réseaux sociaux, les petits riens de la vie quotidienne des gens ordinaires n'avaient aucune valeur. Seuls les faits exceptionnels suscitaient l'intérêt et les scoops des photographes. Mais une logistique informatique puissante et hautement sophistiquée a changé la situation en élevant les faits dérisoires et futiles au rang de matière première d'une économie nouvelle basée sur un nouveau type de valeur, caractéristique de la société de l'information numérique :...
fleche Lire la suite
141001MarechalerieCritiques


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Ce 27 octobre, la Fondation Louis Vuitton ouvre ses portes
puce rouge  Disparition de Marcel Notargiacomo, figure des cultures urbaines et populaires
puce rouge  La nouvelle revue OpticalSound sort son 2e numéro
puce rouge  Emma Lavigne, nommée directrice du Centre Pompidou Metz
puce rouge  Budget 2015 du ministère de la Culture et de la Communication
puce rouge  Le sculpteur béninois Kifouli Dossou, lauréat du prix Orisha pour l'art contemporain africain
puce rouge  Tous photographes! Une charte des bonnes pratiques dans les établissements patrimoniaux
puce rouge  Décès de Gérard Violette, directeur emblématique du Théâtre de la Ville
puce rouge  Le nouveau Prix Orisha récompensera le 2 octobre un artiste de la scène africaine subsaharienne
puce rouge  Yves Robert, nouveau directeur du Centre national des arts plastiques
puce rouge  Le Centre Pompidou présente sa première antenne provisoire à Málaga
puce rouge  Nomination de Jean-François Chougnet à la présidence du MuCEM
DIAPORAMA

Joachim Koester, Tarantism, 2007. Film 16 mm, noir et blanc, muet, 6 min 31 sec
Xavier Veilhan, Paysage Fantôme n°5, 2003. Aluminium laqué et sablé.



pub pub
Avec Ownsport, bénéficiez d´un coach sportif diplômé dès 19€/h pour des cours sur mesure à votre domicile !

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales