logo
140319JeuPaumeNika
ART PHOTO DESIGN DANSE
parisART recherche un-e COMMERCIAL-e MOTIVE-e connaissant le marché de l'art
RECHERCHER


INTERVIEWS

<br><br> Gilles Barbier
Georges-Philippe Vallois (galeriste)
09 juil. 2004
En plein cœur du quartier de Saint-Germain-des-Prés, la galerie Vallois est devenue l'un des lieux forts de la scène artistique parisienne pour avoir fait entrer des œuvres contemporaines dans un quartier d'antiquaires.
fleche suivante1/4
Par Caroline Lebrun

Interview
Par Caroline Lebrun

Située au 36, rue de Seine, en plein cœur du quartier de Saint-Germain-des-Prés, la galerie Georges-Philippe et Nathalie Vallois est devenue l'un des lieux forts de la scène artistique parisienne contemporaine.
Revendiquant depuis sa création un esprit d'indépendance exigeant, elle se montre pionnière au début des années 90 en faisant entrer des œuvres contemporaines et de nouveaux artistes dans un quartier historique d'antiquaires où le marché de l'art est solidement établi. Défendant ardemment des choix esthétiques ambitieux, la galerie a progressivement su tirer profit de sa singularité. Elle a participé à l'émergence d'un nouveau pôle, le Parcours Rive Gauche, qui rassemble aujourd'hui une quinzaine de galeries dédiées à l'art contemporain dans le VIe arrondissement.
Paris, le 03 décembre 2004

Caroline Lebrun. Vous allez bientôt pouvoir fêter les quinze ans d'existence de la galerie. Pouvez-vous nous expliquer ce qui a motivé son ouverture en 1990 ?
Georges-Philippe Vallois. Nous avons créé la galerie pour montrer nos choix en étant totalement novices dans ce métier. Auparavant je gagnais très bien ma vie en tant que courtier, marchand privé. J'ai commencé sans savoir ce qu'était un Frac ! En revanche, nous étions très expérimentés dans le monde classique de l'art contemporain. Naturellement, nous nous sommes installés rue de Seine. Nous connaissions bien ces lieux où, il est vrai, mes parents sont antiquaires et ont une galerie de mobilier Art Déco. Ayant fait du courtage dans ce quartier, je savais que les collectionneurs s'y trouvaient. Nous pressentions aussi qu'il existait tout un potentiel de publics comme, par exemple, des acheteurs d'art africain ou d'œuvres plus classiques que celles que nous présentons, qui pouvaient venir un jour ou l'autre à l'art contemporain. Nous voulions aussi séduire ces personnes pour attirer de " nouveaux collectionneurs ".

Quel bilan dresseriez-vous de ces premières années d'activité ?
Le bilan est positif. Mais il faut rappeler que sur ces quinze années, nous avons connu neuf ans de crise de 1990 à 1999 avec une chute très sévère en 1991 liée à la crise économique générale. A partir de 1994, nous avons commencé à remonter doucement.

Dans les relations que vous entretenez avec les collectionneurs, pourriez-vous comparer votre travail de galeriste avec le second marché qui constituait votre activité initiale ?
Cela est difficile car le second marché que j'exerce est extrêmement sélectif dans les choix d'œuvres. Je me limite, presque exclusivement, au Nouveau Réalisme qui me passionne et qui, curieusement, a peu attiré l'attention des personnes de ma génération. Cependant, aucun de nos artistes ne ressemble, de près ou de loin, à ce mouvement. Nous ne recherchons d'ailleurs aucune identité de ce point de vue dans le choix des jeunes plasticiens. En revanche, je pense que des démarches liées à cette mouvance — des attitudes, des comportements — restent très contemporains.

Qu'est ce qui vous intéresse en particulier dans le Nouveau Réalisme ?
J'ai beaucoup travaillé, entre autres, avec Arman, Villeglé et César que je connaissais très bien personnellement. Or, contrairement aux idées reçues, ce mouvement est plutôt maltraité et peu défendu. César et Arman ont dû longtemps attendre pour faire l'objet d'une exposition rétrospective à Paris. Celle-ci a fini par se faire au Jeu de Paume et c'était insuffisant. Villeglé, quant à lui, n'a jamais bénéficié d'une exposition monographique — en tout cas rétrospective — en France alors qu'il en a eues dans tous les musées d'Europe. Un constat assez pathétique à mes yeux…

Et, qu'en est-il des orientations esthétiques de la galerie ?
Je ne considère pas que nous soyons enfermés dans une orientation esthétique. Cependant, en regardant tous les artistes que nous représentons, on s'aperçoit, par exemple, que la peinture y est très peu présente. Nous n'éprouvons pourtant aucune aversion pour la peinture en tant que telle. D'ailleurs, un artiste tel Richard Jackson s'avère finalement être un peintre. Mais son travail pourrait m'attirer les foudres de certains de mes confrères qui défendent cette forme d'art. Car il essaie justement de sortir des limites imposées par la peinture. Cela ne signifie pas qu'il la rejette, et nous non plus. Simplement, nous nous sentons peu concernés. Enfin, une seconde caractéristique de notre travail : notre ambition d'imposer des artistes dont nous sommes la première galerie.

Dans la présentation générale du programme contemporain de la galerie, vous dites que votre priorité est de promouvoir de " nouveaux jeunes artistes ". Qu'entendez-vous par " ...

fleche suivante1/4

ANNONCE
Votre corps aussi est une oeuvre dont il faut prendre soins ! ABC Coach Sportif Paris à votre service.

Vous recherchez un livre audio ? Profitez d´un large choix de titres au sein de la librairie en ligne Gibert Joseph

ÉDITORIAL fleche_rouge
Mapplethorpe et les nouveaux puritains
L'importante rétrospective que le Grand Palais consacre à Robert Mapplethorpe vingt cinq ans après sa mort a ceci de rassurant que cette œuvre aussi magistrale que sulfureuse n'a pas perdu de sa puissance provocatrice et dérangeante, ni de sa force à résister aux tentatives des puritains de toutes obédiences pour l'édulcorer, la vider de son énergie et… de son impact politique. Aujourd'hui encore, ici en France, on assiste à une série de tentatives pitoyables, plus ou moins conscientes, de...
fleche Lire la suite
140320PMU
140317Le104AMA


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
acting01 acting02
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Le Salon d'Automne: «son combat contre le totalitarisme de l'art contemporain»
puce rouge  Sam Stourdzé nommé directeur des Rencontres de la photographie
puce rouge  Appel de Chaillot: Pour une nouvelle Europe de la culture
puce rouge  Ministère de la culture: aide au développement des galeries d'art
puce rouge  Marc Partouche nommé directeur de l’Ecole supérieure des Arts décoratifs
puce rouge  Drawing Now Paris en danger: des intermittents et chômeurs occupent le Carreau du Temple
puce rouge  Cinq architectes en lice pour la nouvelle Ecole de la photo d’Arles
puce rouge  Art ou pub? Le Panthéon choisit JR
puce rouge  Le Cap Capitale Mondiale du Design 2014
puce rouge  La crise ne rend pas la culture moins nécessaire, elle la rend au contraire plus indispensable
puce rouge  Le Front national manifeste contre le chorégraphe Olivier Dubois
puce rouge  Cette année, la Fiac lance sa foire off à Paris et s’exporte à Los Angeles dès 2015
DIAPORAMA

David Hominal, vue de l&rsquo;exposition «Pour finir encore et autres foirades. Sculpture



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales