logo
140719Pareidolie
ART PHOTO DESIGN DANSE
parisART recherche un-e REDACTEUR-ice COMPETENT-e
RECHERCHER


INTERVIEWS

Claude Lévêque, The Diamond Sea, 2010. Installation.<br><br>Courtesy Crac LR /©  Crac LR /Photo: Marc Domage Claude Lévêque
Casanova forever. The Diamond Sea
16 juil. 2010
Dans le cadre du projet Casanova forever, Claude Lévêque revient sur le monde chimérique qu'il a installé au Crac de Sète, The Diamond Sea, abordant la mer comme surface miroitante et évoquant Casanova, ce personnage trouble, imposteur et séducteur.
fleche suivante1/3
Par Thimothée Chaillou

Le Cavalier de l'Apocalypse

«Le ciel, la terre et la mer étaient encore plongés dans la blancheur spectrale de l'heure indécise; une étoile pâlissante flottait encore dans la vague immensité.»
Thomas Mann, La Mort à Venise

Timothée Chaillou. Avec le titre de ton exposition, «The Diamond Sea», tu évoques la mer comme surface scintillante, l'eau comme miroir, et ce double que sont ciel et mer.
Claude Lévêque. The Diamond Sea est un monde chimérique, impliquant, en effet, la mer comme surface miroitante. J'évoque ici Casanova, ce personnage
trouble, imposteur et séducteur. Mon travail se développe autour d'éléments liés aux reflets, aux effets de miroir, aux dédoublements et à toutes formes d'affectation des sens. J'utilise ce qui va de l'aveuglement au scintillement: le jeu de l'éblouissement est un jeu de l'aveuglement. Je capte la réalité et le monde qui m'entoure, je m'en sers. En même temps c'est un monde qui m'aveugle.

Dans certaines légendes, voir son double porte malchance, il est associé à la mort. Les miroirs reflètent des silhouettes en morceaux, coupées et éclatées. Dans une inquiétante étrangeté, notre reflet est différent de nous bien qu'il nous ressemble.
Claude Lévêque. Le miroir est un abîme. C'est un objet qui attire et propose une révélation, une illumination en même temps qu'une autodestruction par rapport à cet abîme. Dans le parcours de l'exposition, dans deux espaces différents, sont suspendues une carabine et une licorne éclairées par des stroboscopes. Ce sont des surfaces miroitantes et des éléments tranchants, d'aspect menaçant, qui évoquent la lame d'un rasoir. C'est de la séduction et de la répulsion, on est entre les deux — sur le fil du rasoir.
Seppuku est une lame miroitante dont les extrémités sont éclairées de rouge. Les gens circulent, dans un espace étroit sous cette lame, en entendant le son d'un fouettement d'air. Cette lame est courbée pour que les visiteurs s'y reflètent déformés. Tous ces éléments troublent la rétine. Je joue ici beaucoup avec l'idée d'apparition. Comme dans cet espace rempli de filets de pêche dans lesquels on se perd, on est pris au piège, avec au-dessus de nos têtes une boule à facettes qui permet d'obtenir du mouvement par fragmentation de la lumière. C'est une forêt, un passage, un abysse.
Dans l'espace suivant, un cerclage de métal en mouvement, transpercé de flèches, est suspendu, comme la vision d'une planète ou d'un soleil énergisant — une
idée du cosmos. Puis, le visiteur se retrouve dans une salle noire, des haut-parleurs diffusent un extrait du poème Oceano Nox de Victor Hugo, lu par un enfant.
J'aime ce texte qui évoque les ténèbres et le naufrage. C'est à la fois léger et sombre.

Dans ce parcours, les miroirs renvoient notre regard et nous engagent dans ce processus. «L'oeil est l'organe d'expression du sentiment», dit Novalis, et Lacan ajoute que «quand, dans l'amour, je demande un regard, ce qu'il y a de foncièrement insatisfaisant et de toujours manqué, c'est que — jamais tu ne me regardes là d'où je te vois».
Claude Lévêque. Oui, tout à fait. Le miroir reflète et crée de la métamorphose. Il permet le dédoublement et l'anamorphose qui peuvent être des trahisons de la réalité — il y a déformation. Je l'utilise aussi pour son aspect coupant. Comme un boomerang il permet un renvoi du regard, de soi à soi. Dans Le Crépuscule du Jaguar (2007), en filmant les yeux qui ne clignent pas d'un petit garçon autiste, je voulais enregistrer un regard qui ne transmet rien, qui n'échange rien.

Comme un regard voilé.

Claude Lévêque. Oui, regardant le néant.

Tu as été énormément influencé par la peinture vénitienne pendant ton séjour à Venise. Le cerclage que tu présentes à Sète est aussi une couronne
d'épines. Il y a dans cette exposition un élan religieux.

Claude Lévêque. J'ai une connaissance pauvre en histoire de la religion. En étant cartésien, je ne peux matériellement croire en Dieu. Mais, je reste fasciné par l'univers religieux, par son récit, son architecture, son édifice. J'aime cette capacité d'adoration. J'ai évoqué cela dans mes premières pièces: Grand Hôtel (1982) ou La Nuit (1984). J'aime les aspects de la relique, des rituels du corps (le corps sacrifié, magnifié) et des Éléments (le vent, le feu, l'air, l'eau, la lumière).

Tu disais: «Ce qui m'intéresse dans le cercle, c'est qu'il matérialise ...

fleche suivante1/3

ANNONCES
Avec Ownsport, bénéficiez d´un coach sportif diplômé dès 19€/h pour des cours sur mesure à votre domicile !



ÉDITORIAL fleche_rouge
Esthétiques photographiques de l'attention
La frénésie de la vie et du monde d'aujourd'hui, les tensions et les bouleversements qui agitent tous les secteurs de la société, ainsi que les pressions permanentes exercées par l'hypertrophie des communications, suscitent le sentiment qu'est menacé un bien des plus précieux et des plus fragiles de l'homme: son attention. Tout allant trop vite, on ne peut plus accorder aux choses l'attention qu'elles méritent. Dans le flux incessant des marchandises et des informations, l'attention se fait...
fleche Lire la suite
140625VilletteOrta.gif
140707LyonBiennaleDanse


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Lauréats du 15e Prix Liliane Bettencourt pour l’intelligence de la main: Nathanaël Le Berre, Gérard Borde et Marc Aurel, Yann Grienenberger
puce rouge  Fin 2014, la galerie Yvon Lambert tire sa révérence
puce rouge  Le Festival d’Avignon aura bien lieu mais la CGT Spectacle appelle à une grève massive pour l’ouverture
puce rouge  L’artiste Huang Yong Ping prend les commandes de la Monumenta 2016
puce rouge  Un chemin de «Grande Randonnée Artistique» pour la Nuit blanche à Paris
puce rouge  Rapport sur le développement de l’entrepreneuriat dans le secteur culturel en France
puce rouge  Le 27 octobre 2014, ouverture de la Fondation Louis Vuitton
puce rouge  CoordinatiIntermittents et Précaires: «Ce que nous défendons nous le défendons pour tous!»
puce rouge  Nicolas Bourriaud entre confiance et vigilance du ministère de la Culture
puce rouge  Menace sur les festivals d’été, le conflit s’envenime entre les intermittents et le gouvernement
puce rouge  Ensba, le bras de fer continue entre Nicolas Bourriaud et les étudiants
puce rouge  Laurent Le Bon nouveau président du musée national Picasso
DIAPORAMA

Guillaume Janot, Concrete, 2011. Photographie couleur, 5 exemplaires. 110 x 73,5 cm (image) / 120 x 80 cm (encadrée)
Jean Bertholle, Le Jardin des Supplices, 1940, huile sur toile.



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales