logo
160520ArtAbordable
ART PHOTO DESIGN DANSE
RECHERCHER


INTERVIEWS

Taroop & Glabel, <em>Le Beuglephone électrique</em>. 2007<br><br>Courtesy Sémoise galerie-éditions. © Taroop & Glabel
Emilie Pitoiset
Émilie Pitoiset
06 juin 2009
Rencontre avec Émilie Pitoiset à l'occasion de son exposition-bilan L'Ordinaire de la multitude à la galerie Lucile Corty. Rencontre avec un travail qui explore les limites entre équilibre et déséquilibre, entre loi et transgression, entre rire noir et rire jaune. Rencontre avec une artiste funambule.
fleche suivante1/4
Par Lison Noël

Lison Noël. Peux-tu tout nous parler de ton exposition à la galerie Lucile Corty? Quels en étaient les enjeux?   
Émilie Pitoiset. Cette exposition est assez importante pour moi, elle vient à la suite de deux autres expositions personnelles, au Casino à Luxembourg et au Confort Moderne à Poitiers. Elle intervient à un moment-charnière, c'est une sorte de bilan. Je voulais aborder plus précisément et de manière plus directe ce que je traitais déjà.

J'ai curieusement eu l'impression contraire, je trouvais tes œuvres précédentes plus littérales. La réaction des spectateurs semble plus évidente devant un cheval empaillé (Ordinary Experience, 2008) que devant des plaques de métal fendues par exemple.
Émilie Pitoiset. Le cheval empaillé se situe aux prémisses de cette exposition parce que c'est la première fois que je traitais de la chute. Jusque là j'ai plutôt traité des déséquilibres, de l'équilibre précaire ou de situations qui peuvent potentiellement basculer.
Le cheval a été une décision forte parce qu'en me réappropriant le documentaire de Georges Franju, il m'a fallu accepter de procéder au geste autoritaire d'utiliser l'œuvre d'un auteur. La réception de Ordinary Experience semble a priori plus évidente, parce que le spectateur ne se doute pas que le cheval est dans la position de la mort. On pense dans un premier temps que l'animal est en état de sommeil ou encore de soumission. La recevabilité de mes pièces peut parfois paraître littérale, finalement elles apportent des points de fiction a priori erronée.

Peux-tu expliquer Possibilité de relations réciproques qui consiste en trois plaques de métal fendues?
Émilie Pitoiset. Possibilité de relations réciproques fait écho à une pièce que j'ai réalisée l'année dernière inttulée Sur les pointes en équilibre. Elle était aussi constituée de plaques d'acier très fines qui tenaient en équilibre par un système d'encoches sans soudures.
Possibilité de relations réciproques fonctionne sur le même principe d'équilibre, mais cette fois avec un système d'incision à l'intérieur même des plaques. J'ai voulu ne pas activer la pièce, la laisser en «réserve». Comme un corps sur une scène qui aurait la possibilité de s'animer, mais qui serait là sans bouger. Je suis très influencée, et depuis très longtemps, par la danse contemporaine et notamment par le vocabulaire de la danse dont je tire des abstractions. Il existe donc une combinaison dans cette pièce: si on assemble les plaques d'une certaine manière, elles tiennent avec un jeu de contrepoids, en équilibre sur leurs pointes.

D'où viennent les photos encadrées que tu t'es réappropriées (I have already seen that before, Marathon #1, Marathon #2, Sans titre, Liebe ist kälter ald der Tod #1 et #2, 2009) et pourquoi  les vitres sont-elles barrées de lignes noires ?
Émilie Pitoiset. Je collectionne depuis pas mal de temps des images de corps dans des positions compliquées. On ne sait pas s'ils sont morts, assoupis, soumis, un peu comme le cheval finalement, qui est dans la position, trompeuse, du sommeil ou de la mort.
Il y a deux images qui proviennent du film Liebe ist Kälter als den Tod de Fassbinder, des photos de marathons de danse, ou encore une photo qui a été prise par la police italienne d'une scène de crime perpétré par la mafia. Certaines sont fictionnelles, d'autres appartiennent au domaine de l'archive. Il y a aussi des photos anonymes prises dans des fêtes foraines. La traçabilité m'importe peu. Elle existe inévitablement, je ne la cache pas, mais l'origine de ces photos ne m'intéresse pas. La vérité m'importe peu.
Les lignes noires s'inscrivent dans une lubie: je collectionne des livres sur la grille, je suis aussi très influencée par le Bauhaus, les structures très géométriques. Je suis partie d'un postulat géométrique, j'ai tracé une ligne qui figure le poids du corps et une autre qui désigne sa direction. En plaçant ces deux lignes-là, on est dans un système d'équilibre, elles fonctionnent comme des tuteurs.

Par le fait que les pièces de cette exposition sont moins littérales que tes œuvres précédentes, le jeu sur la cruauté, la violence ou l'absurde semble moins présent. Est-ce qu'il l'est malgré tout, malgré le fait qu'il apparaît avec moins d'évidence?
Émilie Pitoiset. Les personnages des photos sont dans des positions absurdes, difficiles à adopter, ils se tiennent sur des points d'appuis assez étranges. Les personnes qui se sont faites tuer sont également dans des positions étranges. Comme la position du cheval, qui ...

fleche suivante1/4

ANNONCES


160513Abordable
ÉDITORIAL fleche_rouge
Editos, et d'autres choses, à venir
J'ai depuis plusieurs mois suspendu la rédaction de mes éditos hebdomadaires. Pour deux raisons: 1° la rédaction d'un livre qui me tient à cœur; 2° la refonte totale du site que vous découvrirez dans les prochaines semaines. J'ai hâte de reprendre la publication des éditos pour interroger et partager avec vous les mouvements et soubresauts des arts, des images et de la culture. Merci de votre fidélité à parisART.
A bientôt. 
André Rouillé

fleche Lire la suite
160517Le104impatience
160510MitterrandMcCollum


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Bilan de la Nuit européenne des musées 2016
puce rouge  Le Musée départemental Matisse, au Cateau-Cambrésis élu palme d’or du palmarès des musées de France par Le Journal des Arts.
puce rouge  Air shark: le requin monumental de l’aéroport Côte d’azur
puce rouge  Les 15 finalistes du Prix Levallois 2016
puce rouge  Valérie Mouroux rejoint l’Institut français
puce rouge  Disparition de l'artiste François Morellet
puce rouge  Patrimoines vivants dans un Moyen-Orient en conflit
puce rouge  Les collections des musées de la Ville de Paris en ligne.
puce rouge  Les lauréats du 61e Salon de Montrouge ont été annoncés.
puce rouge  L’école Camondo ouvre dès la rentrée 2016 10 % de places gratuites.
puce rouge  La galerie Templon fête ses 50 ans en 2016
puce rouge  Les nouveaux membres du conseil d’administration du Centre Pompidou
DIAPORAMA

Nasser Martin-Gousset, Pacifique, 2011. Pièce pour 14 interprètes.



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales