DANSE | FESTIVAL

Instances

17 Nov - 23 Nov 2016
Vernissage le 17 Nov 2016

Pour sa quatorzième édition, le festival de danse « Instances » qui se déroulera à Chalon-sur-Saône, laisse place dans sa programmation à l’actualité, se voulant une fenêtre ouverte sur le monde, un lieu d’interrogations.

« Instances », festival de danse ayant lieu à Chalon-sur-Saône, propose conformément à sa tradition un panorama de la danse contemporaine tout en s’attachant à sa place sans la société actuelle.

La danse, ouverture sur le monde actuel

Cette quatorzième édition est pleinement ancrée dans l’actualité artistique, politique, et sociale, tant sont nombreuses et diverses les questions nous concernant aujourd’hui. On ne s’étonnera pas de la place faite aux chorégraphes italiens au regard des problèmes rencontrés par l’Italie en matière d’immigration. Le festival a donc décidé de soutenir les courageuses créations de Giovanna Velardi, Emilio Calcagno et Michele di Stephano.

« Instances » se veut cette année un festival en prise sur le monde actuel : Xavier Lot porte son regard sur l’Afrique avec « Welcome to Bienvenue » , Rachid Ouramdane nous parle de la fragilité humaine avec « Tordre », Marcos Moreau explore les profondeurs de l’âme humaine en avec « Voronia ».

« Instances » tient aussi à susciter le débat en soutenant des créations ambitieuses présentées pour la première fois au festival. Le spectacle de Tatiana Julien, « Initio », à la croisée de l’opéra et de la danse, en est un exemple significatif.

Vues sensibles sur le monde

C’est à une plongée dans le monde contemporain que nous invite donc le festival pour en faire apparaître la complexité et la diversité.

« Initio », l’opéra chorégraphique conçu par Tatiana Julien, rassemble cinq danseurs et un chanteur, le contre-ténor brésilien Rodrigo Feirreira. Cette pièce qui met en scène les diverses façettes de la condition humaine donne véritablement corps à la partition lyrique.

Marcos Morau, chorégraphe espagnol, propose dans « Voronia » de découvrir un nouvel endroit. Chacune de ses pièces se présentant comme une visite géographique, « Voronia » nous entraîne à l’Ouest du Caucase, où se trouve l’un des puits les plus profonds au monde. N’est-ce pas là la parfaite métaphore des sinuosités de l’âme humaine, prise entre morale et religion, mort et résurrection, et qu’il se propose de mettre à jour au travers d’une chorégraphie privilégiant une gestuelle désarticulée ?

L’invitation au voyage, même imaginaire, se prolonge avec « Catania Catania », pièce chorégraphiée par Emilio Calcagno. Celui-ci nous entraîne dans son lieu d’origine, la Sicile et plonge dans les profondeurs de la ville dont le spectacle porte le nom.

Avec « Tordre » et « Welcome to Bienvenue », Rachid Ouramdane et Xavier Lot mettent en avant les différences parfois radicales qui séparent les individus. Dans un cadre entièrement blanc, la création de Rachid Ouramdane donne littéralement corps et sa pleine signification à la fragilité des deux danseuses qu’il met en scène, Lora Juodkaite et Annie Hanauer, l’une souffrant d’un trouble psychique, l’autre devant porter à son bras trop court une prothèse. Xavier Lot, quant à lui, met en scène le solo du danseur burkinabé Bienvenue Bazié, dans une pièce traitant du thème inactuel de l’immigration. Bienvenue Bazié incarne son propre personnage confronté à l’administration française pour obtenir son visa. Le dos du danseur, éclairé par les faibles lueurs de quelques lampes, laisse voir à même son dos son identité, son numéro de visa et, surtout, sa date d’expiration.

Michele di Stephano, avec « Robinson », présente un spectacle mêlant chorégraphie, performance et recherche sonore. S’inspirant du roman de Michel Tournier, Vendredi ou les limbes du pacifique, il campe le personnage d’un réfugié qui, voulant s’adapter à son nouveau milieu, finit par s’égarer.