logo
160330RicardAllouche
  AGENDA CRITIQUES  
RECHERCHER


ART | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image
Bernard Bazile, François Curlet
Yes, We Don’t
20 mai-14 août 2011
Villeurbanne. Institut d’art contemporain
Une vingtaine d'artistes sont rassemblés sous la formule: «Yes, We Don't», autour des figures tutélaires de Bernard Bazile et du couple Simone Denicolai & Ivo Provoost, afin d'interroger par leurs œuvres comment interagir avec l'époque? Est-ce encore possible? Quels sont les moyens, sinon de perturber, de noyauter le présent?
fleche suivante1/2
Par Aurélien Pelletier

A l'origine de cette exposition, il y a une première collaboration entre la directrice de l'Institut d'art contemporain, Nathalie Ergino, et le commissaire indépendant Joël Benzakin. Vient ensuite le choix de trois artistes, Bernard Bazile d'un côté, Simone Denicolai & Ivoo Provoost de l'autre, dont les pratiques atypiques vont déterminer l'orientation de l'exposition sous la formule «Yes, we don't». Entendu comme une négation active, ce «slogan» vient positionner les artistes dans l'affirmation d'une certaine contestation idéologique, non sans une pointe d'ironie.

A ce titre, le travail de Bernard Bazile donne le ton. Son affiche It's O.K. To Say No (1989-1990), œuvre la plus ancienne de l'exposition, semble marquer le point de départ de cette manifestation. Y sont mêlés l'imagerie populaire et enfantine du cartoon, un perroquet personnifié fait de couleurs unies et très vives tenant un parapluie, les codes de la publicité, avec ce slogan repris comme titre de l'œuvre et le format affiche, enfin l'utilisation de la moquette comme surface picturale, matériau familier, symbole à cette époque d'un certain confort domestique. Bernard Bazile s'intéresse à notre quotidien, aux sollicitations, notamment marchande, que la société exerce sur les individus.

Une résonance intéressante est apportée à cette pièce, dans la mise en espace commune avec Folk Archive, Room 4 (1998-2005) de Jeremy Deller & Alan Kane. Leur attention se porte sur la culture populaire, le folklore, l'histoire sociale britannique contemporaine. Ces archives réunissent diverses objets hétéroclites tous jugés dignes d'un intérêt visuel et souvent socialement porteurs de sens: banderoles en tous genre, photographies de graffitis, flyers, feuilles de pétition, publicités pour le téléphone rose, dessins et peintures faites par des prisonniers, etc.
Autant de réalisations anonymes désintéressées de toute reconnaissance artistique, mais qui d'un point de vue anthropologique témoigne de toute la créativité et des particularismes culturels d'une société. Leur démarche rappelle celle du collectif américain Group Material qui s'attachèrent entre autre à supprimer les distinctions entre ce que l'on désigne comme la high et la low culture, cette dernière n'ayant habituellement aucune chance de connaître les cimaises des musées ou des galeries.

Second pilier de l'exposition, le couple Simone Denicolai & Ivoo Provoost utilisent eux aussi l'univers quotidien comme matière première, en optant pour des attitudes alternatives comme le détournement pour mieux le pervertir.
Ils sont ici les plus représentés avec une quinzaine d'œuvres, dont certaines constituent de véritables environnements complexes et foisonnants.

C'est le cas de Bad Translations Are Cheaper (2008). Cinq tables comprenant toutes une chaise, un pied et un réveil différents sont dotées chacune d'une boîte de puzzle sans image, les pièces éparpillées ne permettent pas de s'en faire une idée. Des plaquettes de bois sérigraphiées comportant un texte sont déclinées en cinq versions correspondant à la traduction de ce dernier dans les cinq langues les plus parlées de Belgique (français, néerlandais, allemand, arabe et italien), pays d'origine des artistes, par un logiciel gratuit aux résultats très approximatifs.
Cette installation fait référence à Integratie (2007), une performance antérieure réalisée dans le cadre d'un 1% culturel pour un centre d'art belge. L'image des puzzles et le texte renvoient à cette performance, souvenir personnel des artistes que le public est ici invité à s'approprier activement en assemblant le puzzle. Les mauvaises traductions pourraient rendre compte des singularités avec lesquelles chaque individu se crée sa propre version d'une histoire, mais c'est finalement le côté ludique et participatif que l'on retient le plus.

Lors du vernissage, cinq personnes âgées d'une maison de retraite du quartier sont venues commencer les puzzles. Au premier abord l'effet fut saisissant, la mondanité de l'évènement les faisant quelque peu passer pour des «bêtes de foire». Puis très vite les spectateurs sont venus aider à l'assemblage et discuter avec ces personnes tout à fait conscientes de la situation et présentes de leur plein gré. Cet intégration de la population de proximité ancre l'œuvre dans le présent. Cette réactivation particulière s'inscrit dans une logique de prise en compte des données territoriales et humaines existantes, au-delà d'un in situ qui ne serait pensé qu'en fonction du seul espace d'exposition.

Cette volonté d'inscrire sa pratique dans la vie quotidienne se retrouve exemplifiée chez l'Américain Michael Rakowitz, dont est présentée la vidéo Return (2004-). L'artiste d'origine judéo-irakienne ouvre en 2006 une boutique d'import-export entre les États-Unis et l'Irak, dans le quartier arabe de Brooklyn. La vidéo raconte le projet d'importer ...

fleche suivante1/2



ANNONCES


160330Le104Orphelins
ÉDITORIAL fleche_rouge
Editos, et d'autres choses, à venir
J'ai depuis plusieurs mois suspendu la rédaction de mes éditos hebdomadaires. Pour deux raisons: 1° la rédaction d'un livre qui me tient à cœur; 2° la refonte totale du site que vous découvrirez dans les prochaines semaines. J'ai hâte de reprendre la publication des éditos pour interroger et partager avec vous les mouvements et soubresauts des arts, des images et de la culture. Merci de votre fidélité à parisART.
A bientôt. 
André Rouillé

fleche Lire la suite
160330JeuPaume
160411CorciaMoscona
160408MarechalMarcJohnson


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  L’école Camondo ouvre dès la rentrée 2016 10 % de places gratuites.
puce rouge  La galerie Templon fête ses 50 ans en 2016
puce rouge  Les nouveaux membres du conseil d’administration du Centre Pompidou
puce rouge  Assemblée générale de l’ANdEA : pour une politique responsable des écoles supérieures d’art
puce rouge  La galerie Dukan déménage rue des rosiers au marché aux puces de Saint-Ouen
puce rouge  Le Centre national des arts plastiques met en ligne sa collection
puce rouge  Appel à candidatures bientôt ouvert pour l’Académie des savoir-faire de la Fondation Hermès
puce rouge  La 12ème édition de la Nuit européenne des musées aura lieu le 21 mai 2016
puce rouge  Les lauréats 2016 du Grand prix de la Ville de Vallauris annoncés
puce rouge  Marion Zilio, nommée directrice du YIA Art Fair
puce rouge  Cinq candidats en lice pour la direction du Théâtre de Cité internationale
puce rouge  «Galeristes»: un nouveau salon au Carreau du Temple
DIAPORAMA

Pascal Rambert, Denis Podalydès, Avignon à vie, 2013. Lecture



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales