ART | EXPO

Homecoming

03 Fév - 25 Mar 2017
Vernissage le 03 Fév 2017

L’exposition « Homecoming » à la galerie gb agency présente l’œuvre expérimentale de Mac Adams. Des années 1970 à aujourd’hui, son questionnement sur la nature humaine prend la forme d’installations, de sculptures et de photographies à vocation narrative.

L’exposition « Homecoming » à la galerie parisienne gb agency offre une rétrospective de l’œuvre expérimentale de Mac Adams. Installations, sculptures et photographies dessinent les contours d’un questionnement sur la nature humaine et sur les modalités du récit entamé dès le début des années 1970.

Des installations entre fiction narrative et temps réel

L’installation The Homecoming constitue l’introduction de l’exposition. Réalisée de 1976 à 2016, cette œuvre est emblématique du travail de Mac Adams. Devant nous s’étale un lit aux draps défaits et emmêlés, sur lequel gisent un verre et une bouteille de whisky couchée. A côté du lit, une table de nuit renversée et ouverte déverse son contenu, dont des comprimés et une pince à cheveux. Une lampe de chevet allumée repose aussi sur le sol, à côté de plusieurs photos, d’un vêtement et d’une paire de chaussures. La scène évoque différentes situations possibles : une scène de ménage, un crime dans une chambre d’hôtel…

L’œuvre The Homecoming porte la multiplicité de lectures qui est au cœur de la démarche de Mac Adams. S’agit-il d’une scène réelle ou d’un tableau théâtral que les acteurs viendraient de quitter ? L’installation figent-elle l’instant comme le ferait un cliché photographique ou au contraire, invite-t-elle à déplacer le regard d’un détail à un autre comme le ferait une caméra en mouvement ? Cette réalisation met en jeu les notions de fiction narrative et de temps réel qui sont centrales dans le travail de Mac Adams depuis début des années 1970.

Les installations de Mac Adams sont inspirées par les romans et films policiers

Les installations de Mac Adams sont inspirées par la tradition orale de son Pays de Galles natal, ainsi que par les romans et films policiers et par la sémiologie, l’étude des signes linguistiques. Leur finalité est de produire un récit. Elles relèvent pour cela à la fois de la performance, de la sculpture et de la photographie, tout en s’inscrivant dans une réalité entre littérature et cinéma.

L’installation Circumstantial Evidence illustre la multiplicité de pratiques abordées par Mac Adams. Elle reprend en effet en 2016 une photographie éponyme réalisée en 1974. Dès cette époque, l’artiste crée en parallèle de ses scènes sculpturales des saynètes photographiques qui donnent à voir d’apparentes scènes de crime. La photographie intitulée Circumstantial Evidence est la première de ces photographies et appartient à la série Mysteries. L’installation réactualise en trois dimensions le diptyque photographique en noir et blanc dont les principaux protagonistes sont un chat et un verre de lait. L’absence et le mystère qui sont au cœur de l’œuvre photographique deviennent les vecteurs d’un récit. Ainsi s’affirment les correspondances entre photographie et réalité spatiale. Une série de huit photographies en couleur intitulée Eight Small Sculptures prouve que dès 1971, la démarche de Mac Adams reposait sur la porosité entre les formes et l’exploration de la temporalité. Chaque photographie montre une main en train de créer une sculpture.