ART | EXPO

Histoires

19 Mai - 15 Août 2011
Vernissage le 18 Mai 2011

Michal Rovner, marquée par les conflits sociopolitiques du Moyen-Orient, développe une oeuvre multimédia sur les thèmes de l’archéologie, de la mémoire et du territoire. Elle envisage le passé dans son perpétuel mouvement.

Communiqué de presse
Michal Rovner
Histoires

Au printemps 2011, le musée du Louvre invite Michal Rovner à investir la cour Napoléon, le Louvre médiéval, et deux salles du département des Antiquités orientales.

Artiste israélienne révélée en 2005 à l’occasion de sa rétrospective «Fields of Fire» au Jeu de Paume, Michal Rovner, marquée par les conflits sociopolitiques du Moyen-Orient, développe une oeuvre multimédia sur les thèmes de l’archéologie, de la mémoire et du territoire. Elle envisage le passé dans son perpétuel mouvement.

Pour cette exposition, elle choisit d’investir les salles du département des Antiquités orientales du musée consacrées à la Syrie, à la Jordanie et à la Palestine, ainsi que les fossés médiévaux. Concevant ses oeuvres in situ, l’artiste projette ses vidéos directement sur les murs et les objets antiques.

Elle opère ainsi par strates, faisant se superposer les façades du palais et les fondations, et dialoguer ses écritures de silhouettes animées avec les inscriptions antiques des stèles et des sarcophages. L’exposition s’étend sur l’esplanade de la cour Napoléon, où Michal Rovner présente deux temples, l’un en ruine, l’autre bâti.

Ces édifices intitulés Makom, «espace» en hébreu, sont construits par des maçons israéliens et palestiniens avec des pierres collectées dans les décombres des maisons de Jaffa, Ramallah, Jérusalem, Bethléem… L’artiste livre une oeuvre engagée, sensible et méditative abolisant les frontières entre les époques et les cultures.

Rencontre
Mercredi 22 juin à l’auditorium du Louvre
Michal Rovner et le philosophe Sari Nusseibeh (doyen de l’université Al-Qods à Jérusalem-Est)

critique

Histoires