DANSE | SPECTACLE

A New Landscape

07 Juin - 09 Juin 2018

Troisième moment du projet Memories (ou l'oubli), le spectacle A New Landscape, du chorégraphe Hervé Robbe, mobilise dix danseurs. Articulant transmission et mémoire, la pièce remixe les mouvements. Séquences dansées se transmettant par l'écriture, le film, le geste : A New Landscape est le temps du geste.

Depuis 2015, le chorégraphe Hervé Robbe (Cie Travelling&Co) développe un projet au long cours : Memories (ou l’oubli). Un projet protéiforme, aux allures de film (Remembrance), de publication (Re-Collection) et de spectacle (A New Landscape). Danseur et chorégraphe depuis trente ans, Memories (ou l’oubli) scrute la mémoire, telle qu’elle existe par le corps. Le fil conducteur est simple : ne pas perdre la mémoire, mais accepter l’oubli. Mémoire singulière dans un corps singulier, c’est l’histoire de la danse ici qui est convoquée. Elle se déroule, s’enroule, connaît des ellipses, des chevauchements… Pièce pour dix interprètes — Alexia Bigot, Yann Cardin, Emilie Cornillot, Vincent Dupuy, Harris Gkekas, Vera Gorbatcheva, Alexis Jestin, Alice Lada, Catherine Legrand, José Meireles — A New Landscape [Un nouveau paysage] se tourne vers le futur, tout en prenant appui sur des réminiscences. Vêtus de noirs et accompagnés d’une large projection vidéo, les danseurs évoluent en unissons passagers.

Memories (ou l’oubli) d’Hervé Robbe : la mémoire de la danse, en corps et en images

Mêlant archives collectives et personnelles, Memories (ou l’oubli) incorpore des images vidéos. Les trois volets du projet sont coréalisés avec le vidéaste Vincent Bosc, qui travaille avec Hervé Robbe depuis la fin des années 1990. Ensemble, ils n’ont cessé de réfléchir aux interactions entre danse et vidéo (de la captation à la projection). En créant notamment un dispositif de projection scénique spécifique au Centre Chorégraphique National du Havre — dont Hervé Robbe aura été directeur de 1999 à 2012. Pièce tournée vers la nouveauté, A New Landscape ne s’en nourrit pas moins de ce qui précède. Qu’il s’agisse de fragments positifs ou d’éléments en négatifs (ces oublis, qui n’existent qu’en creux). Existant en temps réel, le spectacle de danse, en train de se réaliser, est à la fois écriture de mouvement et écriture de mémoire.

A New Landscape : entre mémorisation et transmission, la possibilité d’une création

Non linéaire et spatialisée, à rebours et à rebonds, la mémoire chorégraphique d’Hervé Robbe fait des sauts. Composant ainsi de nouveaux paysages dansés. Mais écriture collective, la subjectivité des danseurs, leurs manières de s’approprier les sources, permettent aussi des réagencements. Spectacle conçu comme une offrande aux publics, A New Landscape fonctionne comme une réécriture mémorielle en acte, en corps, à plusieurs. Les danseurs se transmettent des mémoires, des gestes, des séquences signifiantes. Avec la question de savoir, somme toute, ce qu’ils se transmettent via ces approximations subjectives : de l’expérience ? Des émotions ? Lieu d’expérimentation, d’émulation et de synthèse… Le paysage que compose A New Landscape déploie ainsi la question des mémoires qui se transmettent de manière imparfaite. Avec un phénomène d’entropie, de déperdition information, qui aboutit finalement à des moments de création.