PHOTO | EXPO

Rue Enghelab, La révolution par les livres

09 Jan - 11 Fév 2019

Avec l’exposition « Rue Enghelab, La révolution par les livres. Iran 1979/1983 » au Bal, à Paris, Hannah Darabi présente sa collection de livres témoignant de la révolution iranienne, tout en en proposant une lecture artistique personnelle à travers un ensemble photographique.

L’exposition « Rue Enghelab, La révolution par les livres. Iran 1979/1983 » au Bal, à Paris, présente une collection de livres photographiques et politiques portant sur la révolution iranienne constituée par Hannah Darabi qui la confronte à un ensemble photographique personnel.

« Rue Enghelab », deuxième volet de « Performing Books » : le livre comme expression politique

L’exposition est le deuxième volet du programme « Performing Books » : organisé chaque début d’année par Le Bal, celui-ci présente une collection de livres constituée par un artiste, un chercheur ou un amateur autour d’un thème précis. En activant les interrogations et réflexions suscitées par la collection par une exposition, des débats, des performances, des ateliers et concerts, le programme fait du livre en tant qu’expression politique le vecteur d’une réflexion critique sur la société.

A l’occasion du quarantième anniversaire de la révolution iranienne, c’est un projet d’Hannah Darabi autour de sa collection de livres photographiques et politiques qui a été choisi. Le titre de l’exposition et du projet de l’artiste renvoie à une rue de Téhéran, la rue Enghelab qui compte un nombre important de librairies et de maisons d’édition. Peu après les événements de 1979, le mot « enghelab », qui signifie en persan « révolution », fut choisi pour nommer cette rue.

Hannah Darabi présente sa collection de livres autour de la révolution iranienne

Les livres rassemblés par Hannah Darabi ont été publiés entre 1979 et 1983, au cours d’une brève période de relative liberté d’expression et d’intense ébullition politique. L’exposition offre autour d’eux une double approche. D’un côté, l’anthropologue et chercheuse au C.N.R.S. Chowra Makaremi, décrypte leur contexte, dont la connaissance est indispensable à la compréhension de l’histoire actuelle de l’Iran.

De l’autre côté, Hannah Darabi propose une deuxième lecture de sa collection en organisant un dialogue entre les livres et une réalisation artistique personnelle composée de photographies contemporaines de Téhéran, sa ville natale, et d’images-documents existants comme des photographies de famille, des images issues des médias et des cartes postales.