DESIGN | PORTRAIT

Guglielmo Poletti

19 Jan - 23 Jan 2018

Entre Arte Povera, recyclage Pop et Minimalisme industriel, le jeune designer italien Guglielmo Poletti développe toute une poétique de la tension. Conjuguant feuilles et filins, les tables et assises de Guglielmo Poletti s'arc-boutent en assemblages aux allures organiques.

Janvier 2018 sera marqué par la nouvelle édition du Salon Maison & Objet. Rendez-vous bisannuel et incontournable du design parisien. Pour cette nouvelle session hivernale, une fois de plus Maison & Objet tiendra sa place de prospecteur en allant dénicher les nouvelles tendances. Et ce avec, notamment, l’événement « Rising Talent Awards – Italy » [Prix des talents émergents – Italie]. Un jeu dont la règle est simple : six designers célèbres choisissent six jeunes talents italiens. Pour le plus grand plaisir des visiteurs de M&O Paris, qui pourront ainsi découvrir les nouveautés du design Made in Italy. Parmi ces six designers : focus sur le designer Guglielmo Poletti, défendu par Rossana Orlandi.

Guglielmo Poletti : un design entre Minimalisme, Arte Povera et recyclage Pop

Véritable mentor du design italien, Rossana Orlandi a été consultante pendant plusieurs décennies dans le secteur de la mode et du luxe (pour des maisons comme Giorgio Armani). Depuis 2002, sa galerie milanaise donne le ton en matière de design et art de vivre. Entre Arte Povera, luxuriance colorée et design fonctionnel, Rossana Orlandi cultive la diversité. Dont le designer Guglielmo Poletti offre une sorte de synthèse. Après des études à Milan puis à Eindhoven, Guglielmo Poletti travaille dorénavant entre les deux villes. Cultivant un Minimalisme de l’extrême, il propose des pièces de mobilier conjuguant lignes droites et arcs. Jeux de tensions, tel un archer de la forme, Guglielmo Poletti crée par exemple des tables dont la finesse évoque presque des assemblages de papiers savamment ficelés.

Guglielmo Poletti : variations autour d’un arc (en métal, cuivre, résine, verre…)

La pièce Equilibrium Console, par exemple, conjugue fine feuilles d’acier corten noirci (3 mm) et câble en acier. La console résultant de l’assemblage offre, telle une sculpture, la vue d’une feuille d’acier légèrement ondulée, posée en équilibre sur une autre feuille, arc-boutée. Avec un câble pour cintrer délicatement l’ensemble. Et beaucoup des pièces de Guglielmo Poletti jouent ainsi sur cette notion d’arc. Dans le sens de voûte architecturale. Comme dans le sens d’outil de chasse, composé d’une tige en bois pliée sous la tension exercée par le filin reliant les deux extrémités. Acier, plexiglas, cuivre, résine… Guglielmo Poletti utilise des matériaux industriels, qu’il traite presque comme des matériaux aux propriétés organiques. En résultent des pièces aux volumes et aux lignes évoquant l’Arte Povera : la recherche d’une sobriété sensuelle et intuitive dans les façons d’assembler les matériaux simples et organiques.