ART | EXPO

Gravité

13 Sep - 25 Nov 2017
Vernissage le 13 Sep 2017

L’exposition « Gravité » à la Loo & Lou Gallery, à Paris, réunit des sculptures, des peintures et des dessins de Lydie Arickx, pièces monumentales et minimalistes. Des œuvres qui expriment la condition humaine, partagée entre un corps soumis aux lois de la gravité et un esprit qui s’en libère...

L’exposition « Gravité » à la Loo & Lou Gallery, à Paris, dévoile les différentes formes prises par l’œuvre de Lydie Arickx : des sculptures, des peintures et des dessins, des plus grands formats aux plus petits.

« Gravité » : Lydie Arickx exprime la condition humaine

L’exposition se répartit entre les trois sites de la Loo & Lou Gallery : au site George V, à celui du Haut Marais et à L’atelier. Ainsi sont déployées toutes les facettes de la pratique de Lydie Arickx, peintre et sculptrice. D’œuvres en volume monumentales à des dessins minimalistes s’expose un art expressionniste très charnel où se lisent avec force la joie et la douleur, la mort et l’énergie, la décrépitude et la beauté.

Le titre de l’exposition, « Gravité », renvoie au double sens du mot. A la gravité physique, force fondamentale de l’univers qui attire les corps entre eux et qui donc nous maintient sur terre mais aussi nous façonne, s’ajoute la gravité psychologique. Les œuvres de Lydie Arickx explorent la dualité des sentiments qui se partagent entre pesante gravité et légèreté insouciante. Ces sentiments illustrent la condition humaine, entre un corps soumis aux lois physiques et un esprit désincarné, conscient de la fatalité matérielle et angoissé par elle, mais pourtant hors des logiques terrestres et temporelles.

Des peintures charnelles et des sculptures métaphysiques

Les peintures et dessins de Lydie Arickx comme Vanités II ou Grandeur Nature portent une énergie qui est celle du corps, une force pleine d’optimisme et d’espoir. Faits de chair et d’os, ils en renvoient aussi la funeste destinée, comme dans le tableau intitulé Gisant, violente représentation de la défaite du corps et de la mort. Les sculptures de Lydie Arickx revêtent quant à elle une dimension plus métaphysique. Les pièces en bronze patiné intitulées Présence et Venant de quand sont marquées par l’apesanteur, elles montrent des corps touchant la Terre mais comme soulevés par une force qui les en éloigne. La matière issue du monde s’en désintègre.