ART | EXPO

Debris Field / Notes for a Poem on the Third World / Soleil Nègre

08 Sep - 04 Oct 2018
Vernissage le 08 Sep 2018

On découvre dans l’exposition « Debris Field / Notes for a Poem on the Third World / Soleil Nègre » à la galerie Chantal Crousel, à Paris, les dernières productions du plasticien américain Glenn Ligon. Des peintures sérigraphiées, des peintures à l’huile et à la poussière de charbon et des sculptures en néons inspirées par Gertrude Stein et Pier Paolo Pasolini poursuivent sa recherche autour des mots.

L’exposition « Debris Field / Notes for a Poem on the Third World / Soleil Nègre » à la galerie parisienne Chantal Crousel, dévoile de nouvelles réalisations de Glenn Ligon : des peintures sérigraphiées sur toile, des peintures mêlant huile et poussière et des néons formant des motifs figuratifs.

Glenn Ligon : une recherche plastique autour des mots

Les dernières œuvres du plasticien américain Glenn Ligon s’inscrivent dans la recherche qu’il mène depuis les années 1990 autour de l’histoire des États-Unis, de la littérature et des questions de société en les étudiant à travers le prisme des mots. Différentes sources littéraires comme les écrits de Walt Whitman, Gertrude Stein, James Baldwin ou encore Jean Genet servent de base à des productions plastiques qui explorent les mots, leurs significations et leur illisibilité.

Les réalisations de Glenn Ligon transforment les mots en des entités physiques et leur accordent un présence, un poids et une densité presque palpables, tout en les entraînant vers une dimension abstraite. Sa nouvelle série d’œuvres porte le texte plus loin encore dans cette direction.

« Debris Field / Notes for a Poem on the Third World / Soleil Nègre » : Glenn Ligon s’inspire de Gertrude Stein et de Pier Paolo Pasolini

La série intitulée Soleil Nègre est composée de dix peintures à l’huile et à la poussière de charbon sur papier, inspirées d’un texte de Gertrude Stein : les mots « soleil nègre », tirés du roman Trois Vies de Gertrude Stein y disparaissent partiellement sous une couche de poussière noire. Dans la série de peintures sérigraphiées sur toile, de grand et de petit format intitulée Debris Field, le langage se délite pour revêtir la forme de motifs abstraits.

Enfin la pièce intitulée Notes for a Poem on the Third World (chapter one) réunit deux néons peints en noir représentant les mains de l’artiste, cette image universellement symbolique remplaçant ici le texte. Cette grande œuvre murale reprend le titre d’un projet de film de Pier Paolo Pasolini que le réalisateur italien n’a jamais pu réaliser.