PHOTO | EXPO

Ghost Stories

06 Sep - 29 Oct 2017
Vernissage le 06 Sep 2017

L’exposition « Ghost Stories » à la Maison européenne de la photographie, à Paris, présente des photographies de Liu Bolin. Mêlant body art, sculpture vivante, art optique et photographie, ces œuvres utilisent le camouflage dans une perspective symbolique et politique.

L’exposition « Ghost Stories » à la Maison européenne de la photographie propose une rétrospective de l’œuvre photographique de Liu Bolin. Des images qui figent des performances consistant à se fondre dans un décor.

« Ghost Stories » : l’art du camouflage de Liu Bolin

Le titre de l’exposition, « Ghost Stories » (Histoires de fantômes), fait allusion à la démarche qui est au centre de la pratique de Liu Bolin : réaliser des autoportraits dans lesquels l’artiste se rend quasiment invisible, fondu dans l’environnement. Associant les trois facettes de son travail, la sculpture, la performance et la photographie, Liu Bolin a entamé en 2005 des séries photographiques dont le point commun est la notion de camouflage.

Les images de Liu Bolin résultent d’un long processus qui mêle body art, sculpture vivante, art optique et photographie. Recouvert de peinture, il se tient durant des heures devant un décor, mur recouvert d’affiches ou de graffitis, paysage, mobilier urbain ou monument avec lequel il se confond. La performance est finalement fixée par la photographie.

Les photographies symboliques et politiques de Liu Bolin

L’exposition rassemble les meilleures photographies réalisées par Liu Bolin depuis plus de dix ans, réparties en quatre grands thèmes : « Tradition et culture chinoise », « Politique et censure », « Société de consommation » et « Informations, médias et liberté de la presse ». En effet, malgré leur apparence ludique, les images de Liu Bolin, telles La Liberté guidant le peuple où il se fond dans le célèbre tableau d’Eugène Delacroix ou encore Mobile Phone, où on le discerne à peine, posant devant un mur recouvert de téléphones mobiles, ont aussi une grande portée symbolique et politique.

Un cliché appartenant à la première série de Liu Bolin, Hiding in the City le montre, dissimulé dans les restes de son atelier, qui se trouvait dans un quartier d’artistes détruit par le gouvernement chinois. Liu Bolin protestait ainsi silencieusement contre cette décision. Dans la photographie intitulée In Front of the Party’s Flag I, il apparaît confondu avec le drapeau du parti communiste chinois, symbolisant ainsi l’effacement de l’individualité dans une cause collective. Avec Supermarket I et Puffed Food, où il se confond avec des rayonnages de produits industriels, il dénonce la société de consommation.