logo
150622CracSeteHyber
  AGENDA CRITIQUES  
<•<•<•<• parisART RECRUTE un-e COMMERCIAL-e MOTIVE-e
RECHERCHER


PHOTO | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image
Ryuta Amae
Ryuta Amae
24 oct.-18 nov. 2001
Paris 8e. Jeu de paume
Au-delà de l'indéniable aspect documentaire — points de vues descriptifs, netteté générale, lumière uniforme — il devient vite évident que les grandes photographies-tableaux de l'artiste japonais Ryuta Amae ne documentent en rien la réalité…
fleche suivante1/1
Par Muriel Denet

Ryuta Amae, jeune artiste japonais, qui vit et travaille à Paris, expose six tableaux photographiques. Des tableaux, sans aucun doute, leurs dimensions les imposent comme tels, et les projettent dans la lignée des œuvres de ces artistes qui depuis les années quatre-vingt ont redimensionné la photographie à l'échelle de la peinture. Mais leur qualité photographique, quoique revendiquée par l'artiste, fait, elle, question. L'indubitable apparence indicielle des images, et leur indéniable aspect documentaire, corroborent à première vue cette prétention: les points de vues sont descriptifs, sans afféterie ni effet, une même netteté parcourt toute la profondeur de champ, et une lumière uniforme baigne les paysages dans le plus pur style documentaire standardisé par l'école de Düsseldorf.

Pour autant, il devient vite évident que ce que documentent ces images n'est en rien la réalité. Un gratte-ciel inachevé, que l'on pressent inachevable, surdimensionné au-dessus d'une mégalopole sans limite, évoque une tour de Babel de science-fiction; l'Eden, qui lui fait pendant, apparaît comme un refuge salutaire trop conforme aux clichés d'un paradis d'agence de voyage: on y voit la mer, des palmiers, et une vaste demeure ouverte et transparente, hygiéniquement isolée de la terre aride sur une plate-forme bétonnée et lisse. Ces images ne documentent-elles pas plutôt l'imaginaire stéréotypé de l'occident? Peut-être, mais quelque chose cloche, qui provoque un léger malaise, une incertitude flottante: est-ce la terne opalescence des teintes, la blancheur glauque de la mer et du ciel, qui devraient être bleu azur?

Plus accessible sans doute que l'île déserte édénique, la maison individuelle devrait rencontrer un succès tout aussi consensuel (Postmodern). A l'écart de tout voisinage, son style indéfinissable procède du conglomérat éclectique des poncifs de l'architecture occidentale, cimentés par une facture toc digne de Disneyland. Une 4x4 rutilante, des jeux d'enfants tout droit importés d'une aire d'autoroute, et de jolis rochers de jardins miniatures japonais, achèvent l'accomplissement d'un supposé rêve moyen (de la classe de la même catégorie). Mais le malaise vient de là: dans une lumière laiteuse, si éloignée des couleurs saturées du papier glacé des magazines qui modèlent les aspirations consuméristes, s'assemblent des éléments épars du réel bien réel, le nôtre, ici et maintenant, pour engendrer un véritable cauchemar esthétique. Et, comble de la désolation, alors que le pavillon est à peine achevé, le malheur est déjà survenu. Un tank d'une force onusienne stationne devant la maison qui a été mise à sac (Postmodern II).

La réalité imag(in)ée par Amae est inquiétante parce que plausible, tellement presque vraie dans sa ressemblance à la facticité des images. A l'ère du numérique, reconduire la tradition du photomontage pourrait aussi relever du poncif. Mais le photomenteur Amae ne délivre aucun message, il se contente de nous laisser au bord du doute, comme d'une cascade de faux qui s'annulent et se creusent jusqu'au vertige (Hypnotic).

Ryuta Amae
Postcolonial, 2001. Photographie. 180 x 120 cm.
Postmodern, 2000. Photographie. 240 x 165 cm.
Postmodern II, 2001. Photographie. 240x165 cm.
Eden, 2000. Photographie. 240 x 165 cm.
Fiction, 1998. Photographie. 200 x 200 cm.
Hypnotic, 2001. Photographie. 300 x 150 cm.


fleche suivante1/1



ANNONCES


ÉDITORIAL fleche_rouge
Snapchat. Le présent absolu
Avant l'existence des réseaux sociaux, les petits riens de la vie quotidienne des gens ordinaires n'avaient aucune valeur. Seuls les faits exceptionnels suscitaient l'intérêt et les scoops des photographes. Mais une logistique informatique puissante et hautement sophistiquée a changé la situation en élevant les faits dérisoires et futiles au rang de matière première d'une économie nouvelle basée sur un nouveau type de valeur, caractéristique de la société de l'information numérique :...
fleche Lire la suite
15059CaenMorellet
150401VilletteVarini


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Anne Teresa De Keersmaeker reçoit un Lion d’or pour l’ensemble de sa carrière à la Biennale de Venise.
puce rouge  Le Centre de développement chorégraphique-Les Hivernales menacé lance une pétition en ligne
puce rouge  Découvrez les cinq nommés au prix MAIF pour la sculpture 2015
puce rouge  Adrián Villar Rojas, lauréat du Prix canson 2015
puce rouge  Nicolas Marischaël et Felipe Ribon, lauréats du prix Bettencourt pour l’intelligence de la main
puce rouge  Appel à projet 2015 du Cnap: Bourse de recherche curatoriale
puce rouge  Décès du chorégraphe japonais Kô Murobushi
puce rouge  L'oeuvre «Dirty Corner» d’Anish Kapoor vandalisée à Versailles
puce rouge  Nouvelle collaboration entre le Centre Pompidou et la National Gallery Singapore
puce rouge  Remercié, Stéphane Corréard, le directeur du Salon de Montrouge, s’exprime
puce rouge  Communiqué du Cipac sur l’avenir des arts plastiques en regard de la réforme territoriale
puce rouge  Décès d’Odile Biec-Morello, directrice de l’Espace d’Art Concret et de l’Ecole Supérieure d’Art des Pyrénées
DIAPORAMA

Lucien Kroll, quartier Admiraalsplein, Dordrecht, Pays-Bas, 1998.
Douglas Gordon, Self Portrait of You + Me and Me + You + You + Me + Me + You (03), 2011. Photographies, impressions brûlées, miroir.
Pietro Ghizzardi, Sans titre, sans date. Pigments naturels et suie sur carton de récupération. 80 x 55 cm, recto verso
Chieh-Jen Chen, Sans titre, 2009. Vidéo.



pub pub
Avec Ownsport, bénéficiez d´un coach sportif diplômé dès 19€/h pour des cours sur mesure à votre domicile !

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales