logo
160617SetePeiMing
  AGENDA CRITIQUES  
RECHERCHER


PHOTO | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image
Ryuta Amae
Ryuta Amae
24 oct.-18 nov. 2001
Paris 8e. Jeu de paume
Au-delà de l'indéniable aspect documentaire — points de vues descriptifs, netteté générale, lumière uniforme — il devient vite évident que les grandes photographies-tableaux de l'artiste japonais Ryuta Amae ne documentent en rien la réalité…
fleche suivante1/1
Par Muriel Denet

Ryuta Amae, jeune artiste japonais, qui vit et travaille à Paris, expose six tableaux photographiques. Des tableaux, sans aucun doute, leurs dimensions les imposent comme tels, et les projettent dans la lignée des œuvres de ces artistes qui depuis les années quatre-vingt ont redimensionné la photographie à l'échelle de la peinture. Mais leur qualité photographique, quoique revendiquée par l'artiste, fait, elle, question. L'indubitable apparence indicielle des images, et leur indéniable aspect documentaire, corroborent à première vue cette prétention: les points de vues sont descriptifs, sans afféterie ni effet, une même netteté parcourt toute la profondeur de champ, et une lumière uniforme baigne les paysages dans le plus pur style documentaire standardisé par l'école de Düsseldorf.

Pour autant, il devient vite évident que ce que documentent ces images n'est en rien la réalité. Un gratte-ciel inachevé, que l'on pressent inachevable, surdimensionné au-dessus d'une mégalopole sans limite, évoque une tour de Babel de science-fiction; l'Eden, qui lui fait pendant, apparaît comme un refuge salutaire trop conforme aux clichés d'un paradis d'agence de voyage: on y voit la mer, des palmiers, et une vaste demeure ouverte et transparente, hygiéniquement isolée de la terre aride sur une plate-forme bétonnée et lisse. Ces images ne documentent-elles pas plutôt l'imaginaire stéréotypé de l'occident? Peut-être, mais quelque chose cloche, qui provoque un léger malaise, une incertitude flottante: est-ce la terne opalescence des teintes, la blancheur glauque de la mer et du ciel, qui devraient être bleu azur?

Plus accessible sans doute que l'île déserte édénique, la maison individuelle devrait rencontrer un succès tout aussi consensuel (Postmodern). A l'écart de tout voisinage, son style indéfinissable procède du conglomérat éclectique des poncifs de l'architecture occidentale, cimentés par une facture toc digne de Disneyland. Une 4x4 rutilante, des jeux d'enfants tout droit importés d'une aire d'autoroute, et de jolis rochers de jardins miniatures japonais, achèvent l'accomplissement d'un supposé rêve moyen (de la classe de la même catégorie). Mais le malaise vient de là: dans une lumière laiteuse, si éloignée des couleurs saturées du papier glacé des magazines qui modèlent les aspirations consuméristes, s'assemblent des éléments épars du réel bien réel, le nôtre, ici et maintenant, pour engendrer un véritable cauchemar esthétique. Et, comble de la désolation, alors que le pavillon est à peine achevé, le malheur est déjà survenu. Un tank d'une force onusienne stationne devant la maison qui a été mise à sac (Postmodern II).

La réalité imag(in)ée par Amae est inquiétante parce que plausible, tellement presque vraie dans sa ressemblance à la facticité des images. A l'ère du numérique, reconduire la tradition du photomontage pourrait aussi relever du poncif. Mais le photomenteur Amae ne délivre aucun message, il se contente de nous laisser au bord du doute, comme d'une cascade de faux qui s'annulent et se creusent jusqu'au vertige (Hypnotic).

Ryuta Amae
Postcolonial, 2001. Photographie. 180 x 120 cm.
Postmodern, 2000. Photographie. 240 x 165 cm.
Postmodern II, 2001. Photographie. 240x165 cm.
Eden, 2000. Photographie. 240 x 165 cm.
Fiction, 1998. Photographie. 200 x 200 cm.
Hypnotic, 2001. Photographie. 300 x 150 cm.


fleche suivante1/1



ANNONCES


160729PicSaintLoup
ÉDITORIAL fleche_rouge
Editos, et d'autres choses, à venir
J'ai depuis plusieurs mois suspendu la rédaction de mes éditos hebdomadaires. Pour deux raisons: 1° la rédaction d'un livre qui me tient à cœur; 2° la refonte totale du site que vous découvrirez dans les prochaines semaines. J'ai hâte de reprendre la publication des éditos pour interroger et partager avec vous les mouvements et soubresauts des arts, des images et de la culture. Merci de votre fidélité à parisART.
A bientôt. 
André Rouillé

fleche Lire la suite
BethuneLaBanque


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Le débat continue autour du film Salafistes
puce rouge  Nathalie Coste-Cerdan nommée directrice de la Fémis
puce rouge  La campagne en faveur du patrimoine et de la créativité se poursuit en Espagne.
puce rouge  Programme d’été de Paris Musées
puce rouge   17 architectures de Le Corbusier inscrites au patrimoine mondial
puce rouge  Commande publique «Les Regards du Grand Paris»
puce rouge  Les ateliers de l’Institut français 2016
puce rouge  La ministre de la Culture et de la Communication annonce des mesures en faveur de la photographie
puce rouge  Nomination d’Éric de Chassey à la tête de l'Institut national d'histoire de l'art
puce rouge  Décès du cinéaste iranien Abbas Kiarostami
puce rouge  Les lauréats de Design Parade 11
puce rouge  Lancement du magazine n°zéro «Expérimentations splendides»
DIAPORAMA

Nacho Carbonell, Luciferase XXXVIII, 2015. Console et table lighting sculpture en résine epoxy, pigments colorés, sable, silicone structure en acier, LED’S. H195 x L84 x l65 cm.
Vue de l’exposition «da ida e pingala a ida e ida o pingala e pingala» de Roberto Cuoghi au Consortium à Dijon, novembre 2014.



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales