logo
140719Pareidolie
  AGENDA CRITIQUES  
parisART recherche un-e COMMERCIAL-e MOTIVE-e connaissant le marché de l'art
RECHERCHER


PHOTO | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image Pierre Bismuth, Jason Dodge
Prospective XXIè siècle
09 déc.-20 fév. 2011
Paris 19e. Le Plateau
Conçue à partir des nouvelles acquisitions du Frac Ile-de-France, «Prospective XXIe» donne un aperçu — évidemment partiel et subjectif — de la politique d'achats du Fonds régional francilien. Une sélection éclectique autour de la notion de mémoire.
fleche suivante1/1
Par Céline Piettre

La vitrine hivernale du Plateau s'ouvre sur une œuvre d'Arnaud Maguet, «Prospective XXIe», à qui elle emprunte très habilement son titre. Un film de l'artiste mexicain Mario Garcia Torres, What Happens in Halifax Stays in Halifax, en achève le parcours. D'un bout à l'autre de l'exposition, les deux œuvres se répondent. Chacune d'elles explore un pan de notre passé commun: l'histoire des musiques postindustrielles à travers la figure du jazzman Sun Ra pour la première, celle de l'art conceptuel par la référence à l'artiste Robert Barry pour la seconde.

D'un côté comme de l'autre, il est question de mémoire, mais d'une mémoire oubliée, ensevelie: les paroles de Sun Ra, projetées sur le mur, sont peu à peu vidées de leur substance par l'amplification du bruit émis par le projecteur qui les rend justement visibles ; l'œuvre méconnue de Robert Barry, sur laquelle Mario Garcia Torres enquête, le restera définitivement, en dépit de cet effort de «restitution».

Toute l'exposition fonctionne sur ce principe d'écho (entre plusieurs temps, plusieurs salles, plusieurs œuvres) et de brouillage des ondes d'un passé resté opaque ou désappris, et qui se joue du fictionnel. Car la mémoire, par ses lacunes, déforme et recompose le réel, fabrique une autre vérité.
A nous d'en combler les vides, comme devant L'Herbier imaginaire de Mark Geffriaud, où se superposent fragments d'images et de textes dans une sorte de liquidation du mythe encyclopédique. Ou encore la Table de rappel d'Aurélien Froment, jeu de memory destiné aux visiteurs et constitué des bribes iconographiques de son travail, à réagencer à l'envi.

En référence aux troubles de la mémoire et plus particulièrement à l'expérience du déjà-vu ou paramnésie, Michel François reproduit dans l'exposition deux salles identiques, tapissées d'un paysage de troncs d'arbres recouverts de motifs d'yeux stylisés. Du centre du plafond perlent des gouttes d'encre qui viennent éclabousser un journal déplié sur le sol. La tache ainsi formée à mesure du temps qui s'écoule est différente d'une pièce à l'autre, ce qui introduit un décalage au sein du même.
Ces «fausses jumelles» (cf. le titre d'une autre œuvre de l'artiste: Faux Jumeaux) pointent la non fiabilité de nos souvenirs, mais semblent aussi questionner le milieu de l'art en tant que tel, dans son attachement persistant (fétichiste et économique) à l'idée de l'œuvre originale.

Presque paradoxalement, l'intérêt que portent les artistes au passé paraît révéler quelque chose de leur positionnement vis-à-vis de l'avenir. Le titre de l'exposition est pour beaucoup dans cette impression. La prospective renvoie aux notions de prospection et de perspective, donc à un point de vue anticipé sur le futur.
En aucun cas, un tel point de vue n'est clairement exprimé ici, mais il paraît émaner des œuvres elles-mêmes, sous la forme d'une espèce d'ironie désenchantée. Cette dernière rôde autour de la Melancholia de Laurent Montaron, cette chambre d'écho dont la bande magnétique tourne à vide, et traverse la vidéo de Mark Leckey, Shades of Destructors, en raison des aspirations anarcho-nihilistes de son héros. Elle irrigue surtout la très belle sculpture-readymade de Jason Dodge, Darkness falls on Wolkowyja 74, constituée de différentes sources de lumières — allumettes, bougies et ampoules comme autant d'archives d'une modernité déjà obscurcie.

Ainsi, entre nostalgie et perspicacité, dans cette exposition rythmée par de nombreuses œuvres sonores, on rejoue un peu la musique du siècle passé en présumant de celle à venir.




— Jason Dodge, Darkness falls on Wolkowyja 74, 38-613 Polanszyk, Poland,  2005. Ampoules, tubes néons, bougies, briquets, allumettes, allume gaz, fusibles. Dimensions variables.
— Florence Paradeis, Drink in park, 2005. Photographie couleur. 53 x 80 cm
— Aurélien Froment, Rabbit, 2009. Vidéo HD, couleur, muet, sous-titres anglais. 5'41''
— Bill Owens, Dinner in Pool, 1980. Photographie couleur. 35 x 50 cm
— Laurent Montaron, Melancholia, 2005. Chambre d'écho à bande Roland RE-201 transformée, matériaux divers, cadre en bois, néon. Dimensions variables
— Michel François, Déjà-vu (newspaper), 2003. Murs, affiches, journal local du jour, encre de chine. Dimensions variables 


fleche suivante1/1



ANNONCES
Avec Ownsport, bénéficiez d´un coach sportif diplômé dès 19€/h pour des cours sur mesure à votre domicile !



artorama2014
ÉDITORIAL fleche_rouge
Esthétiques photographiques de l'attention
La frénésie de la vie et du monde d'aujourd'hui, les tensions et les bouleversements qui agitent tous les secteurs de la société, ainsi que les pressions permanentes exercées par l'hypertrophie des communications, suscitent le sentiment qu'est menacé un bien des plus précieux et des plus fragiles de l'homme: son attention. Tout allant trop vite, on ne peut plus accorder aux choses l'attention qu'elles méritent. Dans le flux incessant des marchandises et des informations, l'attention se fait...
fleche Lire la suite
140625VilletteOrta.gif
140707LyonBiennaleDanse


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Votre nom sur la façade de la Monnaie de Paris, participez à l’œuvre de John Baldessari
puce rouge  Lauréats du 15e Prix Liliane Bettencourt pour l’intelligence de la main: Nathanaël Le Berre, Gérard Borde et Marc Aurel, Yann Grienenberger
puce rouge  Fin 2014, la galerie Yvon Lambert tire sa révérence
puce rouge  Le Festival d’Avignon aura bien lieu mais la CGT Spectacle appelle à une grève massive pour l’ouverture
puce rouge  L’artiste Huang Yong Ping prend les commandes de la Monumenta 2016
puce rouge  Un chemin de «Grande Randonnée Artistique» pour la Nuit blanche à Paris
puce rouge  Rapport sur le développement de l’entrepreneuriat dans le secteur culturel en France
puce rouge  Le 27 octobre 2014, ouverture de la Fondation Louis Vuitton
puce rouge  CoordinatiIntermittents et Précaires: «Ce que nous défendons nous le défendons pour tous!»
puce rouge  Nicolas Bourriaud entre confiance et vigilance du ministère de la Culture
puce rouge  Menace sur les festivals d’été, le conflit s’envenime entre les intermittents et le gouvernement
puce rouge  Ensba, le bras de fer continue entre Nicolas Bourriaud et les étudiants
DIAPORAMA

Lilliana garcia Gomez, Discothèque, 2012. Danse.
Guillaume Herbaut, La Zone. Photographie.
André Wilms, Paroles d’acteur, 2013



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales