logo
160617SetePeiMing
  AGENDA CRITIQUES  
RECHERCHER


PHOTO | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image
James Casebere
James Casebere
04 juin-23 juil. 2005
Paris 3e. Galerie Daniel Templon
Photographies de grand format prises en contre-plongée immergent le spectateur de plain-pied dans des intérieurs architecturaux hispano-mauresques. Mais la réalité s'avère être une reconstitution totale de l'artiste, réalisée en studio.
fleche suivante1/1
Par Marguerite Pilven

Le photographe américain James Casebere réalise depuis plus d'une trentaine d'années un travail portant sur les intérieurs architecturaux. Aucune présence humaine ne vient troubler la rigueur de ces espaces que Casebere anime par un jeu sophistiqué de clairs-obscurs. Les prises de vues de grand format font entrer le spectateur de plain-pied dans ces intérieurs.
Un point de vue en contre-plongée et la mise en valeur de la profondeur de champ encouragent cette immersion complète dans ce qui est en réalité une reconstitution totale de l'artiste, réalisée en studio.

La démarche ne consiste pas tant à tromper le regard qu'à contrôler totalement l'espace et la lumière pour obtenir des ambiances fortement théâtrales. Casebere raconte s'être intéressé à l'architecture hispano-mauresque en raison d'une actualité politique traversée par des conflits reposant sur l'intolérance religieuse. A ce titre, l'Empire hispano-mauresque de l'époque médiévale apparaît à ses yeux comme paradigmatique de nations qui ont su non seulement coexister dans la paix mais également engendrer une culture hybride d'une grande richesse.

La fabrication de lieux fictifs permet d'ailleurs à Casebere de créer des décors dont la résonance sacrée explicite ne renvoie à aucune religion particulière. L'artiste semble n'avoir extrait que les caractéristiques communes de ces édifices propices au recueillement et à la méditation. C'est cependant sur leur caractère inhabité qu'il insiste. Portes entrebâillées ponctuant l'espace de trouées obscures et sols recouverts de nappes d'eau sont autant de signes de cette désertion.

La somptuosité de ces lieux autrefois destinée à fédérer des peuples autour d'une croyance et qui contribuait fortement à asseoir leur pouvoir de conviction est ici réduite à l'état de vestige dérisoire. Ces intérieurs semblent voués à périr sous les eaux de l'indifférence et de l'oubli. C'est heureux pour les photographies qui se dotent ainsi d'une forme de provocation les sauvant in extremis d'une semblable destinée… 

James Casebere
Yellow Hallway 2, 2001-2003. Tirage chromogénique sur plastique transparent. 181 x 227 cm.
Spanish Bath (vertical), 2003. Tirage chromogénique sur plastique transparent. 229 x 182 cm.
La Alberca, 2005. Tirage chromogénique sur plastique transparent. 183 x 228 cm.
Abadia (f/LL), 2005. Tirage chromogénique sur plastique transparent. 152 x 122 cm.
Dorm Room, 2003. Tirage chromogénique sur plastique transparent. 122 x 152 cm.
Wrap Around Window, 2003. Tirage chromogénique sur plastique transparent. 122 x 152 cm.
Maghreb, 2005. Tirage chromogénique sur plastique transparent. 122 x 152,4 cm.
Classroom, Casa del Fascio, 2005. Tirage chromogénique sur plastique transparent. 122 x 152 cm.
Nineveh, 2004. Tirage chromogénique sur plastique transparent. 122 x 152 cm.


fleche suivante1/1



ANNONCES


160624CorciaOdySaban
ÉDITORIAL fleche_rouge
Editos, et d'autres choses, à venir
J'ai depuis plusieurs mois suspendu la rédaction de mes éditos hebdomadaires. Pour deux raisons: 1° la rédaction d'un livre qui me tient à cœur; 2° la refonte totale du site que vous découvrirez dans les prochaines semaines. J'ai hâte de reprendre la publication des éditos pour interroger et partager avec vous les mouvements et soubresauts des arts, des images et de la culture. Merci de votre fidélité à parisART.
A bientôt. 
André Rouillé

fleche Lire la suite
160616LeQuartierDeces


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  La Cité internationale de la tapisserie lance une campagne de crowdfunding
puce rouge  Vittorio Serio, candidat à la présidence d’Ateliers d’Art de France
puce rouge  La Galerie Thaddaeus Ropac s’installe à Londres en 2017
puce rouge  Les grandes lignes de Nuit Blanche 2016 dévoilées
puce rouge  Un sursis pour le Musée des Tissus de Lyon
puce rouge   Marie Roche, nouvelle directrice du CDC Le Pacifique
puce rouge  Njideka Akunyili Crosby, lauréate du Prix Canson® 2016
puce rouge  PETITION. NON à la fermeture du Quartier, Centre d'art contemporain à Quimper
puce rouge  Gojiki, le premier «linkedin» de l'Art
puce rouge  Soutien aux arts de la rue
puce rouge  Nominations au CDN et au CCN d’Orléans
puce rouge  La galerie Perrotin, New York déménage dans le Lower East Side
DIAPORAMA

Anni Leppala, Hand, 2013. Tirage jet d’encre. 26 x 36 cm
Thomas Klimowski, Construir(...)la sculpture, 2013. Impression numérique sur bois. 100 cm x 50 cm.



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales