logo
160617SetePeiMing
  AGENDA CRITIQUES  
RECHERCHER


PHOTO | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image
Erwin Olaf
Grief: solo show
05 avril-17 mai 2008
Paris 11e. Galerie Magda Danysz
Le silence parle à qui sait l'entendre. Il est l'âme de la nuit et plus encore : il est le souffle où l'esprit  plein d'angoisse vient puiser sa force. Les photographies d'Erwin Olaf ne sont pas seulement des icônes; ce sont aussi les filles du non-dit dans lequel se perd le langage.
fleche suivante1/1
Par Frédéric-Charles Baitinger

Du deuil à la mélancolie, il n'y a souvent qu'un pas; qu'une tentation subtile d'accompagner dans son retrait celui qui n'est plus. A l'image d'Orphée voulant ramener à  la vie Eurydice, Erwin Olaf met en scène des personnages qui souffrent d'un manque et ne veulent pas s'en défaire.
Prisonniers d'espaces teintés de souvenirs, ils errent au hasard ou s'arrêtent comme happés par le vide. En eux, le temps et les rêves se sont suspendus. On pourrait croire qu'ils attendent, mais ce serait là se méprendre. Dans leur passivité morbide se cache en réalité une action : le combat inégal de leur moi contre l'ombre d'une tombe.

Les tics tacs de la pluie sur les carreaux d'une fenêtre. Le voile gris des rideaux entre leurs chambres et le ciel. Dans chaque élément du décors se réfléchit l'obsession qui les hante; la peste contagieuse qui les divise et les perd. Seuls, ils partagent pourtant quelque chose d'essentiel : la ressemblance parfaite de leurs peines.
Un même air contrit fixe leur visage; une même nostalgie abstraite les endeuille; A les regarder longuement on ne peut s'empêcher de voir en eux l'image parfaite de la victime innocente.

Ou bien peut-être est-ce nous qui cherchons à nous dérober en les pensant telles. Car après tout, elles peuvent tout aussi bien être coupables et porter l'entière responsabilité de leur mélancolie. De la mort qui nous frappe à l'acceptation de sa venue se tient le défi que lance la nature à notre désir : l'école des souffrances sans laquelle nous ne pourrions jamais devenir réfléchit.

La mort n'est pas seulement un évènement qui viendrait nous frapper de l'extérieur, mais une invitation à prendre au sérieux son enseignement. Comme l'écrit si simplement Kierkegaard, « La mort vaque à son oeuvre dans la vie; elle ne va pas à l'aventure comme s'imagine le craintif [...]. Non; elle dit : Je suis là; et si quelqu'un veut apprendre de moi, qu'il vienne» (Sur une tombe).

Voilà pourquoi les personnages d'Erwin Olaf, par-delà l'infini tristesse qui les caractérise, semblent aussi nous chuchoter à l'oreille un message renversé : et si derrière le sérieux de leur peine se cachait le sérieux véritable : l'effet que produit sur une âme le travail répété de la mort; non pas comme événement physique, mais comme transfiguration de la pensée.

Erwin Olaf
Portraits:
- Troy, 2007. Photographie.
- Irène, 2007. Photographie.
- Caroline, 2007. Photographie.
- Barbara, 2007. Photographie.
- Grace, 2007. Photographie.
- Margaret, 2007. Photographie.
- Sarah, 2007. Photographie.
- Victoria, 2007. Photographie.

Scènes :
- Troy, 2007. Photographie.
- Irène, 2007. Photographie.
- Caroline, 2007. Photographie.
- Barbara, 2007. Photographie.
- Grace, 2007. Photographie.
- Sarah, 2007. Photographie.
- Victoria, 2007. Photographie.


fleche suivante1/1



ANNONCES


BethuneLaBanque
ÉDITORIAL fleche_rouge
Editos, et d'autres choses, à venir
J'ai depuis plusieurs mois suspendu la rédaction de mes éditos hebdomadaires. Pour deux raisons: 1° la rédaction d'un livre qui me tient à cœur; 2° la refonte totale du site que vous découvrirez dans les prochaines semaines. J'ai hâte de reprendre la publication des éditos pour interroger et partager avec vous les mouvements et soubresauts des arts, des images et de la culture. Merci de votre fidélité à parisART.
A bientôt. 
André Rouillé

fleche Lire la suite


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Le débat continue autour du film Salafistes
puce rouge  Nathalie Coste-Cerdan nommée directrice de la Fémis
puce rouge  La campagne en faveur du patrimoine et de la créativité se poursuit en Espagne.
puce rouge  Programme d’été de Paris Musées
puce rouge   17 architectures de Le Corbusier inscrites au patrimoine mondial
puce rouge  Commande publique «Les Regards du Grand Paris»
puce rouge  Les ateliers de l’Institut français 2016
puce rouge  La ministre de la Culture et de la Communication annonce des mesures en faveur de la photographie
puce rouge  Nomination d’Éric de Chassey à la tête de l'Institut national d'histoire de l'art
puce rouge  Décès du cinéaste iranien Abbas Kiarostami
puce rouge  Les lauréats de Design Parade 11
puce rouge  Lancement du magazine n°zéro «Expérimentations splendides»
DIAPORAMA

Janet Novás, Cara Pintada, 2012. Danse.
Michel Parmentier, 17 juillet 1989, 1989. Mine de plomb frotté sur papier, 7 bandes horizontales alternées de 38 cm de largeur (4+3) et, en haut et en bas, 2 bandes partielles vierges de 19 cm. 304 x 302,5 cm.



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales