logo
141031Fotofever
  AGENDA CRITIQUES  
parisART recherche un-e COMMERCIAL-e MOTIVE-e connaissant le marché de l'art
RECHERCHER


PHOTO | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image
Cécile Hesse, Gaël Romier
Casanova forever. Amour à la machine
03 juil.-04 sept. 2010
Nimes. Galerie Esca/Ppcm
La participation de Cécile Hesse et Gaël Romier à «Casanova forever» apparaît comme une évidence. Avec Casanova, qui joue avec l'argent mais surtout avec les femmes, il est question de sexualité mais aussi d'amour, de générosité et de liberté.
fleche suivante1/2
Par Anne Lehut

A Nîmes, Cécile Hesse et Gaël Romier participent à une exposition collective, «L'amour à la machine», qui aborde la relation amoureuse à travers les objets du quotidien. Ils présentent deux photographies qui sont, comme souvent chez eux, de très grand format, et des «épluchures de chaussures»…

L'esthétique des images est lisse, léchée. La mise en scène est rigoureuse. Les deux photographies sont comme des fragments de narration. Elles nous parlent parce qu'elles sont quotidiennes, mais aussi totalement en décalage. Avec quoi? Justement, on se le demande. Avec nos codes, très certainement, en partie.

Dans L'Éplucheuse, issue de la série «Pour le meilleur et pour le pire» (2008), une femme se tient debout, derrière une table. Le cadrage dissimule son visage. Elle se détache sur un papier peint pastel qui évoque les années 60-70. Jusqu'ici, terrain connu, familier. Mais voilà, la femme découpe des chaussures, des chaussures à talons, attribut féminin par excellence, fétiche pour certains. Elle entame juste l'arrière de la chaussure, au-dessus de l'endroit où débute le talon aiguille.
C'est évidemment incongru, mais ce qui interpelle, c'est pourtant la familiarité de cette action évoquant une femme qui épluche des oignons. Rien ne se laisse pourtant situer: la combinaison couleur chair portée par la femme, qui souligne la poitrine, contraste avec ce geste de cuisine. Le titre de la série «Pour le meilleur et pour le pire» fait évidemment référence au mariage, et à tout ce qu'il peut entraîner comme codifications, habitudes.

Rapidement tout s'emballe: de cette image presque anodine, presque normale, naissent d'autres images, beaucoup plus équivoques, et les épluchures de chaussures renforcent cela: ce sont en fait les morceaux de cuir découpés, bien réels, fixés à même le mur, comme sortis directement de la photographie.
On a beau se demander pourquoi, on ne voit que ça: ces découpes, ce sont des sexes féminins, des vulves meurtries par cette couture qui passe au milieu. Femme qui dit adieu à sa virginité? Façon de montrer à quel point la chaussure est avant tout un accessoire érotique? Aucune lecture unique, mais l'image est puissamment évocatrice et c'est là sa force: irruption de la sexualité dans le quotidien, érotisme intense mais subtil.

Avec Toujours impeccable, une femme nue se tient de face, prise dans les phares d'un véhicule qui arrive derrière elle; pour la mettre en lumière? Pour la prendre au piège? Son visage est presque absent, là encore. Elle tient une pile d'assiettes qui cache son corps nu. Entre chaque assiette, des sous-vêtements couleur chair se laissent deviner. L'objet prend la place du corps mais il se charge de toute la sensualité de ce corps qu'il cache.

On retrouve cette pile d'assiettes dans une seconde exposition, «Le goût de la souillon», à Mende, où Cécile Hesse et Gaël Romier exposent seuls. Elle est présentée sur un fond blanc. Là encore, le familier (on pense au premier coup d'œil à des crêpes) se heurte à la luxure.

D'un triptyque extrait de la série «Duchesse Vanille», intitulé Insomnie, cotillons (2008), impossible de dégager une narration. Dans une esthétique toujours très maîtrisée, un serveur porte une soupière rocaille d'où s'échappent des plumes; une grande bâtisse se dresse frontalement; des phares percent l'obscurité. On pense à un banquet, et sans que l'on sache très bien pourquoi, on imagine ce banquet orgiaque, on pense à Kubrick et à son Eyes Wide Shut, sauf qu'ici rien n'est montré, et c'est pourquoi l'érotisme de Cécile Hesse et de Gaël Romier est puissant.

Dans Je te tiens, une femme (sans visage, toujours) que l'on voit à travers une portière de voiture a baissé sa culotte et c'est un jaune d'œuf qui macule le sous-vêtement. Absurde accouchement. Devant la photographie sont placés des fauteuils de voiture et un capot qui fait office de table et sur lequel on trouve des coquilles d'œufs. Comme avec les épluchures de chaussures, la photographie s'incarne dans des objets qui rappellent une action réelle et met le spectateur face à du concret, l'obligeant à se situer et à trouver une place à ces images teintées d'étrangeté.

Emmanuel Latreille, commissaire général de «Casanova forever», souhaitait que soit exclue de cette manifestation la vulgarité, sans que l'on s'interdise d'aborder «la dimension du corps et du plaisir sexuel». Mission réussie!


Cécile Hesse et Gaël Romier
Nîmes, au PPCM et en collaboration avec la galerie ESCA
«L'amour à la machine»
— Cécile Hesse et Gaël Romier, L'Éplucheuse. Pour le meilleur et pour le pire, 2008. Photo couleur. 100 x 140 cm.
— Cécile Hesse et Gaël Romier, Épluchures de chaussures. Pour le meilleur et pour le pire, 2008. Chaussures découpées. ...

fleche suivante1/2



ANNONCES


ÉDITORIAL fleche_rouge
Snapchat. Le présent absolu
Avant l'existence des réseaux sociaux, les petits riens de la vie quotidienne des gens ordinaires n'avaient aucune valeur. Seuls les faits exceptionnels suscitaient l'intérêt et les scoops des photographes. Mais une logistique informatique puissante et hautement sophistiquée a changé la situation en élevant les faits dérisoires et futiles au rang de matière première d'une économie nouvelle basée sur un nouveau type de valeur, caractéristique de la société de l'information numérique :...
fleche Lire la suite
141001MarechalerieCritiques


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Mort du photographe américain David Armstrong
puce rouge  Jean-Luc Vilmouth nommé Directeur du département des Etudes aux Beaux-Arts de Paris
puce rouge  Nomination de Christian Rizzo à la tête du CCN de Montpellier-Languedoc-Roussillon
puce rouge  Camille Blatrix, 16e Prix Fondation d'entreprise Ricard
puce rouge  Julien Prévieux, lauréat du Prix Marcel Duchamp 2014
puce rouge  Réouverture du Musée Picasso à Paris ce samedi 25 octobre 2014
puce rouge  La Fondation Cartier pour l’art contemporain fête ses 30 ans avec 2 expositions exceptionnelles qui débutent ce 25 octobre
puce rouge  Flash mob vendredi 24 octobre 2014 à 13h pour défendre la liberté de création, suite à l’agression de l'artiste Paul McCarthy
puce rouge  Ce 27 octobre, la Fondation Louis Vuitton ouvre ses portes
puce rouge  Disparition de Marcel Notargiacomo, figure des cultures urbaines et populaires
puce rouge  La nouvelle revue OpticalSound sort son 2e numéro
puce rouge  Emma Lavigne, nommée directrice du Centre Pompidou Metz
DIAPORAMA

Santiago Aldunate



pub pub
Avec Ownsport, bénéficiez d´un coach sportif diplômé dès 19€/h pour des cours sur mesure à votre domicile !

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales