logo
140227SerignanDowns
  AGENDA CRITIQUES  
RECHERCHER


PHOTO | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image Cécile Hesse, Gaël Romier
Casanova forever. Amour à la machine
03 juil.-04 sept. 2010
Nimes. Galerie Esca/Ppcm
La participation de Cécile Hesse et Gaël Romier à «Casanova forever» apparaît comme une évidence. Avec Casanova, qui joue avec l'argent mais surtout avec les femmes, il est question de sexualité mais aussi d'amour, de générosité et de liberté.
fleche suivante1/2
Par Anne Lehut

A Nîmes, Cécile Hesse et Gaël Romier participent à une exposition collective, «L'amour à la machine», qui aborde la relation amoureuse à travers les objets du quotidien. Ils présentent deux photographies qui sont, comme souvent chez eux, de très grand format, et des «épluchures de chaussures»…

L'esthétique des images est lisse, léchée. La mise en scène est rigoureuse. Les deux photographies sont comme des fragments de narration. Elles nous parlent parce qu'elles sont quotidiennes, mais aussi totalement en décalage. Avec quoi? Justement, on se le demande. Avec nos codes, très certainement, en partie.

Dans L'Éplucheuse, issue de la série «Pour le meilleur et pour le pire» (2008), une femme se tient debout, derrière une table. Le cadrage dissimule son visage. Elle se détache sur un papier peint pastel qui évoque les années 60-70. Jusqu'ici, terrain connu, familier. Mais voilà, la femme découpe des chaussures, des chaussures à talons, attribut féminin par excellence, fétiche pour certains. Elle entame juste l'arrière de la chaussure, au-dessus de l'endroit où débute le talon aiguille.
C'est évidemment incongru, mais ce qui interpelle, c'est pourtant la familiarité de cette action évoquant une femme qui épluche des oignons. Rien ne se laisse pourtant situer: la combinaison couleur chair portée par la femme, qui souligne la poitrine, contraste avec ce geste de cuisine. Le titre de la série «Pour le meilleur et pour le pire» fait évidemment référence au mariage, et à tout ce qu'il peut entraîner comme codifications, habitudes.

Rapidement tout s'emballe: de cette image presque anodine, presque normale, naissent d'autres images, beaucoup plus équivoques, et les épluchures de chaussures renforcent cela: ce sont en fait les morceaux de cuir découpés, bien réels, fixés à même le mur, comme sortis directement de la photographie.
On a beau se demander pourquoi, on ne voit que ça: ces découpes, ce sont des sexes féminins, des vulves meurtries par cette couture qui passe au milieu. Femme qui dit adieu à sa virginité? Façon de montrer à quel point la chaussure est avant tout un accessoire érotique? Aucune lecture unique, mais l'image est puissamment évocatrice et c'est là sa force: irruption de la sexualité dans le quotidien, érotisme intense mais subtil.

Avec Toujours impeccable, une femme nue se tient de face, prise dans les phares d'un véhicule qui arrive derrière elle; pour la mettre en lumière? Pour la prendre au piège? Son visage est presque absent, là encore. Elle tient une pile d'assiettes qui cache son corps nu. Entre chaque assiette, des sous-vêtements couleur chair se laissent deviner. L'objet prend la place du corps mais il se charge de toute la sensualité de ce corps qu'il cache.

On retrouve cette pile d'assiettes dans une seconde exposition, «Le goût de la souillon», à Mende, où Cécile Hesse et Gaël Romier exposent seuls. Elle est présentée sur un fond blanc. Là encore, le familier (on pense au premier coup d'œil à des crêpes) se heurte à la luxure.

D'un triptyque extrait de la série «Duchesse Vanille», intitulé Insomnie, cotillons (2008), impossible de dégager une narration. Dans une esthétique toujours très maîtrisée, un serveur porte une soupière rocaille d'où s'échappent des plumes; une grande bâtisse se dresse frontalement; des phares percent l'obscurité. On pense à un banquet, et sans que l'on sache très bien pourquoi, on imagine ce banquet orgiaque, on pense à Kubrick et à son Eyes Wide Shut, sauf qu'ici rien n'est montré, et c'est pourquoi l'érotisme de Cécile Hesse et de Gaël Romier est puissant.

Dans Je te tiens, une femme (sans visage, toujours) que l'on voit à travers une portière de voiture a baissé sa culotte et c'est un jaune d'œuf qui macule le sous-vêtement. Absurde accouchement. Devant la photographie sont placés des fauteuils de voiture et un capot qui fait office de table et sur lequel on trouve des coquilles d'œufs. Comme avec les épluchures de chaussures, la photographie s'incarne dans des objets qui rappellent une action réelle et met le spectateur face à du concret, l'obligeant à se situer et à trouver une place à ces images teintées d'étrangeté.

Emmanuel Latreille, commissaire général de «Casanova forever», souhaitait que soit exclue de cette manifestation la vulgarité, sans que l'on s'interdise d'aborder «la dimension du corps et du plaisir sexuel». Mission réussie!


Cécile Hesse et Gaël Romier
Nîmes, au PPCM et en collaboration avec la galerie ESCA
«L'amour à la machine»
— Cécile Hesse et Gaël Romier, L'Éplucheuse. Pour le meilleur et pour le pire, 2008. Photo couleur. 100 x 140 cm.
— Cécile Hesse et Gaël Romier, Épluchures de chaussures. Pour le meilleur et pour le pire, 2008. Chaussures découpées. ...

fleche suivante1/2



ANNONCE
Votre corps aussi est une oeuvre dont il faut prendre soins ! ABC Coach Sportif Paris à votre service.

Vous recherchez un livre audio ? Profitez d´un large choix de titres au sein de la librairie en ligne Gibert Joseph

140331ArchiUrgence
ÉDITORIAL fleche_rouge
Mapplethorpe et les nouveaux puritains
L'importante rétrospective que le Grand Palais consacre à Robert Mapplethorpe vingt cinq ans après sa mort a ceci de rassurant que cette œuvre aussi magistrale que sulfureuse n'a pas perdu de sa puissance provocatrice et dérangeante, ni de sa force à résister aux tentatives des puritains de toutes obédiences pour l'édulcorer, la vider de son énergie et… de son impact politique. Aujourd'hui encore, ici en France, on assiste à une série de tentatives pitoyables, plus ou moins conscientes, de...
fleche Lire la suite


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
acting01 acting02
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Appel de Chaillot: Pour une nouvelle Europe de la culture
puce rouge  Ministère de la culture: aide au développement des galeries d'art
puce rouge  Marc Partouche nommé directeur de l’Ecole supérieure des Arts décoratifs
puce rouge  Drawing Now Paris en danger: des intermittents et chômeurs occupent le Carreau du Temple
puce rouge  Cinq architectes en lice pour la nouvelle Ecole de la photo d’Arles
puce rouge  Art ou pub? Le Panthéon choisit JR
puce rouge  Le Cap Capitale Mondiale du Design 2014
puce rouge  La crise ne rend pas la culture moins nécessaire, elle la rend au contraire plus indispensable
puce rouge  Le Front national manifeste contre le chorégraphe Olivier Dubois
puce rouge  Cette année, la Fiac lance sa foire off à Paris et s’exporte à Los Angeles dès 2015
puce rouge  Avignon: fermée pour travaux, La Collection Lambert s’expose hors-les-murs
puce rouge  Marc Partouche nommé directeur de l’Ecole des Arts décoratifs (Ensad)
DIAPORAMA

Rémy Hysbergue, Points du jour, 2012. Acrylique sur alucobond. 80 x 75 cm



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales