DANSE | FESTIVAL

Festival Séquence Danse 2017

14 Mar - 09 Avr 2017

Le Centquatre-Paris présente le festival  « Séquence Danse » 2017. Pour cette cinquième édition, treize spectacles sont programmés, soulignant la diversité des pratiques de danse contemporaines.

Lors de la cinquième édition du festival « Séquence Danse Paris », le Centquatre-Paris offre l’opportunité de découvrir la diversité et la vitalité de la création chorégraphique contemporaine. Rassemblant des artistes associés et résidents au Centquatre-Paris, « Séquence Danse » 2017, propose une quinzaine de pièces réparties en deux programmes : un programme consacré aux cultures urbaines et un programme hors les murs se déroulant dans divers lieux parisiens.

« Séquence Danse » 2017 : les cultures urbaines

Cette cinquième édition de « Séquence Danse » s’organise autour d’un premier programme consacré aux cultures urbaines.

Conduite par Johanna Faye et Mustapha Lehlou, la compagnie Black Sheep présente Fact, une pièce de hip-hop qui met en scène la vie urbaine contemporaine. Comme le soulignent Johanna Faye et Mustapha Lehlou, « Les grandes villes sont le reflet de notre société, précisent Johanna Faye et Mustapha Lehlouh. Avec FACT, nous voulons montrer comment notre environnement, l’architecture, le flux ont un impact sur notre identité (…) Ce qui nous intéresse dans la réalité urbaine est vraiment le contraste, et souvent le paradoxe, entre les situations concrètes et les vies (sensations) qui y sont hébergées. »

Si Heroes, de Radhouane El Meddeb, entend célébrer le plaisir libérateur de la danse pratiquée seule ou de manière collective, la pièce de Amala Dianor, Man Rec, prend pour thème la garnde complexité de l’identité humaine en mêlant danses urbaines, africaines, et danse contemporaine. Amala Dianor présente aussi Quelque part au milieu de l’infini. Dans ce spectacle conjuguant hip-hop, danses africaines traditionnelles et danse contemporaine, il entreprend de décrire la rencontre entre trois individus aux origines différentes.

« Séquence Danse » 2017 : un programme hors les murs

La programmation hors les murs du festival « Séquence Danse » s’ouvre avec Breathisdancing, une création de Alban Richard, Erwan Keravec et Mariam Wallentin, complétée par la pièce Nombrer les étoiles de Alban Richard et l’ensemble Alla Francesca, cette dernière s’inspirant des ballades médiévales des troubadours et des trouvères.

Il est à noter qu’Alban Richard participe également à une conférence sur le thème « Pourquoi la musique fait-elle danser ? » en compagnie du neurologue Hervé Platel.

Spectacle à la frontière de la danse et des arts visuels, Aliénor Dauchez et le compositeur Dmitri Kourliandski présentent quant à eux Sous-vide.

Pour leur part, Bastien Lefévre et le comédien Jacques Gamblin, par ailleurs résidents au Centquatre-Paris, proposent une création combinant théâtre et danse, 1 heure 23’ 14” et 7 centièmes, sur le sport, et plus particulièrement les rapports d’un entraîneur et d’un athlète.

Olivier Meyrou et Matias Pilet présentent alors qu’Emmanuel Gat propose Sacre/Gold, un spectacle qui réinterprète Le sacre du printemps d’Igor Stravinsky en introduisant la salsa.

Créé par Anne Teresa de Keersmaeker et le chorégraphe espagnol Salva Sanchis, A Love Supreme est une pièce écrite à partir de la composition musicale de John Coltrane du même nom, et associe étroitement danse et musique.

Artiste associé au Centquatre-Paris, Alessandro Sciarroni présente Chroma, un solo prolongeant une création antérieure, Turning, dans laquelle Alessandro Sciarroni tournait sur lui-même pendant vingt minutes. Et ce dernier précise : « chaque spectateur est libre d’interpréter la pièce à sa guise, en fonction de ce qu’il ressent, et peut l’appréhender par différents biais. Ainsi, dans Chroma, je ne veux pas poser de signification spécifique sur l’action de la rotation pour ne pas enfermer la pièce ni restreindre la perception du spectateur. »

Pour leur part, Bérénice Béjo et Sylvain Groud forment dans Trois sacres un duo inédit. Trois sacres, qui conjugue textes lus et danse, explore les méandres du rapport amoureux en soulignant l’importance du désir féminin.