DANSE | FESTIVAL

Festival Ardanthé

25 Fév - 01 Avr 2017

La dix-neuvième édition du festival Ardanthé, à Vanves, reste fidèle à sa vocation en mettant en avant la jeune création chorégraphique et en accueillant des chorégraphes confirmés. Théâtre, musique, arts visuels et performances sont également au programme du festival.

Conformément à une tradition désormais fermement établie, la dix-neuvième édition du festival Artdanthé met en avant la jeune création chorégraphique et accueille des chorégraphes confirmés. D’autres arts sont aussi au programme du festival Ardanthé : théâtre, musique, arts visuels et performances sont également représentés et notamment programmés lors des samedis qui rythment le festival.

Festival Ardanthé : les créations chorégraphiques

Fidèles participants du festival Artdanthé, des chorégraphes reconnus de la scène française et internationale tels Herman Diephuis, David Wampach, Daniel Léveillé, ou encore Ali Moini, viennent présenter leurs dernières pièces.

Le chorégraphe et danseur iranien Ali Moini présente ainsi Lives, solo créé en 2008 à Téhéran sous le titre My Paradoxical Life. Dans cette pièce où le dispositif sonore de George Apostolakos joue un rôle essentiel en amplifiant et démultipliant sur scène la voix d’Ali Moini, celui-ci se livre à une introspection spectaculaire d’une identité personnelle divisée pour recouvrir son unité propre.

David Wampach, quant à lui, poursuit dans Urge son examen des états de transe en s’attachant à cet état singulier qu’est le cannibalisme. Nos sociétés contemporaines conservent-elles quelques traces de ce qui fut ailleurs une coutume ? Dans quelle mesure notre mémoire collective est-elle toujours marquée par cette pratique archaïque ?

Participant régulièrement au festival Ardanthé depuis 2003, Daniel Léveillé propose avec Solitudes solo de mettre en avant le corps comme tel. Huit solos exigeant concentration, équilibre et contrôle composent cette pièce dont le principe directeur est la sobriété.

Avec Clan, Herman Diephuis fait le récit d’un groupe vivant dans un monde de bacchanales dont il s’efforce de nier la fin imminente. Cette pièce, précise Herman Diephuis « évoluera dans une dynamique commune faite de paradoxes, de contradictions, d’états en opposition. Ce que je recherche dans Clan est une forme carnavalesque à l’image de nos existences où dans une temporalité définie, nos expériences se bousculent, s’entrechoquent, s’entremêlent, et sont en perpétuelle métamorphose. »

Festival Ardanthé : la jeune création

La programmation du festival Ardanthé fait une place privilégiée aux nouveaux artistes. A cette fin, elle trouve une aide précieuse dans un dispositif de résidences permettant à nombre d’entre eux de venir travailler à Vanves tout au long de l’année, et conduire à bien leurs projets, des premiers moments de recherche jusqu’à la création finale.

Ainsi, au cours du festival Ardanthé, des artistes venus d’Europe, d’Amérique du nord et du sud, du Moyen Orient, et du Maghreb présentent des pièces à la fois reflets de la diversité du monde contemporain, de ses déchirements, et de ses contradictions.

Invité d’honneur : les Pays-Bas

 Les Pays-Bas sont cette année l’invité d’honneur du festival Ardanthé. Ce faisant, Ardanthé renforce davantage les relations entretenues depuis dix ans avec ce pays, grâce notamment à l’agence A Propic  de Tilburg. La saison dernière, le festival Ardanthé a par ailleurs pris l’initiative d’une nouvelle collaboration avec le studio Dansbrabant. Le public pourra ainsi voir des pièces d’artistes reconnus tels Ann van den Broek et Jan Martens, et découvrir de jeunes chorégraphes soutenus par le studio, notamment Sabine Molenaar, JiJa Sohn, Evangelos Biskas, Tamar Bloom et Francesca Lazzarini.

Les artistes belges flamands sont également présents, dès l’ouverture du festival Ardanthé, avec Miet Warlop et Christian Bakalov, ainsi que Maarten Seghers, qui reprendra à cette occasion le solo What do you mean what do you mean and other pleasantries.