logo
140227SerignanDowns
  AGENDA CRITIQUES  
RECHERCHER


DESIGN | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image Jan Bons
Libertés de mouvements
03 mars-15 avril 2011
Paris 11e. Galerie Anatome
La galerie Anatome, seul lieu permanent en France dédié au design graphique contemporain, présente une rétrospective de l'artiste néerlandais Jan Bons, reconnu internationalement pour son travail d'affichiste. L'occasion de retracer, au fil des cimaises, une carrière aussi longue que prolifique.
fleche suivante1/2
Par Emilie Grossières

Né en 1918, Jan Bons intègre à seize ans à l'Académie des beaux-arts de La Haye, puis poursuit, à partir de 1937, sa formation à l'Ecole d'art d'Amsterdam. La Seconde Guerre mondiale le fait entrer dans la clandestinité et la résistance. Il participe à la publication de revues illégales, à l'illustration d'ouvrages de Franz Kafka ou encore de classiques de la littérature comme Lazarillo del Tormes, pour lequel il réalise de superbes xylographies d'une grande simplicité de trait. Il créa même de faux papiers avec l'imprimeur Duwaer, qui sera exécuté. Toute cette période l'a profondément marqué et jouera un rôle déterminant dans son œuvre et ses choix.

En 1984, la poste hollandaise le sollicite pour créer un timbre commémorant la liberté et la résistance. Le graphiste dessine une trilogie de timbres : le premier figurant une empreinte digitale déchirée, symbole de la résistance, le second reproduisant une citation de Bakounine « Je ne serai vraiment libre que lorsque tous les autres autour de moi le seront aussi », le dernier très coloré symbolisant la liberté retrouvée. Mais les choix de Jan Bons sont jugés trop forts, trop engagés. Des négociations sont entamées mais l'artiste se désengage du projet, refusant tout compromis.

Dans les années 1950, il rencontre Sandberg, alors directeur du Stedeljik Museum, qui lui passe de nombreuses commandes pour le musée. Il illustre notamment les expositions du designer Gerrit Rietveld, en créant une affiche très minimale présentant le célèbre siège Zigzag. Il trace simplement au pinceau noir la silhouette de la chaise, avec le nom de Reitveld en couleur. Parallèlement, il dessine pour la ville d'Amsterdam des affiches pour différents festivals, évènements ou commémorations, comme par exemple les 700 ans de la ville, utilisant en toute simplicité le triple X symbole de la ville et le chiffre 700.

Jan Bons avait rencontré Gerrit Rietveld à l'occasion de l'exposition « Weerbare Democratie » (une démocratie capable de se défendre) organisée à la Nieuw Kerk d'Amsterdam, et mettant en image l'action de la résistance pendant la guerre. En 1952, pour l'exposition « Asi es Holanda » à Mexico, il élabore, sous sa direction, une immense peinture murale de 70 mètres de long pour 6 mètres de haut. Une reproduction à l'échelle 1/10 est visible à l'étage de la galerie. Dans des couleurs sombres (noir, gris, kaki) ponctuées de blanc et de rouge, la fresque rend hommage aux progrès techniques tels que la radio, la télévision ou le cinéma.

A partir de 1962, il collabore avec la compagnie de théâtre « Le Studio », dont il illustre les productions par ses affiches étonnantes, très reconnaissables. La typographie y joue un rôle proéminent, laissant peu de place à l'illustration proprement dite. Souvent sur fond noir, il décline le texte en des tons roses, verts, jaune bleus, très fluo. En 1968, il débute une longue collaboration avec la compagnie « De Appel », qui va perdurer jusque dans les années 1990. Il crée l'identité visuelle du groupe, inscrivant De Appel (la Pomme) dans un cercle coloré irrégulier, rappelant la forme du fruit. Là encore, l'importance du texte est primordiale, mais toujours dans un souci d'illustration. Certaines de ses affiches rappellent le travail tardif de Matisse, par ses découpages de taches colorées assemblées entre elles pour donner forme à l'image. Ou encore les recherches du groupe néerlandais De Stijl, par le travail des couleurs souvent primaires, très franches, mais dans une dimension moins géométrique.

De 1990 à 2005, Jan Bons réalise les affiches du Festival international du cinéma documentaire d'Amsterdam (IDFA). En réponse, à ceux le pensant trop vieux pour concevoir une affiche percutante, il déchire un papier noir et crée en quelques minutes une caméra trépied surmontée de grosses bobines, dans un style minimaliste mais efficace. Le projet est accepté avec enthousiasme et le dessin repris d'une année sur l'autre et adapté en fonction du thème. L'année dédiée au Japon, voit l'une des bobines de la caméra se teinter de rouge, pour rappeler le drapeau nippon. Pour les dix ans du festival, les bobines deviennent le chiffre 10…

A la fin de l'exposition, un film documentaire nous montre l'artiste en train de travailler à l'une de ces affiches. On y découvre sa méthode de travail, très traditionnelle, les affiches étant créées entièrement à la main (lettrage, dessin, collage). Son fils prend ensuite le relais pour transposer numériquement la création, le vieil homme n'ayant jamais sauté le pas technologique.

Depuis plus de 25 ans, l'artiste a également développé les affiches, programmes et dépliants, du Nieuw Ensemble et de l'Atlas Ensemble, formations de musique classique, dont son ...

fleche suivante1/2



ANNONCE
Votre corps aussi est une oeuvre dont il faut prendre soins ! ABC Coach Sportif Paris à votre service.

Vous recherchez un livre audio ? Profitez d´un large choix de titres au sein de la librairie en ligne Gibert Joseph

140214MacLyon01Moto
ÉDITORIAL fleche_rouge
Mapplethorpe et les nouveaux puritains
L'importante rétrospective que le Grand Palais consacre à Robert Mapplethorpe vingt cinq ans après sa mort a ceci de rassurant que cette œuvre aussi magistrale que sulfureuse n'a pas perdu de sa puissance provocatrice et dérangeante, ni de sa force à résister aux tentatives des puritains de toutes obédiences pour l'édulcorer, la vider de son énergie et… de son impact politique. Aujourd'hui encore, ici en France, on assiste à une série de tentatives pitoyables, plus ou moins conscientes, de...
fleche Lire la suite
140331ArchiUrgence
140320PMU
140317Le104AMA


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
acting01 acting02
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Sam Stourdzé nommé directeur des Rencontres de la photographie
puce rouge  Appel de Chaillot: Pour une nouvelle Europe de la culture
puce rouge  Ministère de la culture: aide au développement des galeries d'art
puce rouge  Marc Partouche nommé directeur de l’Ecole supérieure des Arts décoratifs
puce rouge  Drawing Now Paris en danger: des intermittents et chômeurs occupent le Carreau du Temple
puce rouge  Cinq architectes en lice pour la nouvelle Ecole de la photo d’Arles
puce rouge  Art ou pub? Le Panthéon choisit JR
puce rouge  Le Cap Capitale Mondiale du Design 2014
puce rouge  La crise ne rend pas la culture moins nécessaire, elle la rend au contraire plus indispensable
puce rouge  Le Front national manifeste contre le chorégraphe Olivier Dubois
puce rouge  Cette année, la Fiac lance sa foire off à Paris et s’exporte à Los Angeles dès 2015
puce rouge  Avignon: fermée pour travaux, La Collection Lambert s’expose hors-les-murs
DIAPORAMA




pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales