logo
140628SerignantRossonCrow
  AGENDA CRITIQUES  
parisART recherche un-e COMMERCIAL-e MOTIVE-e connaissant le marché de l'art
RECHERCHER


ART | AGENDA

Sammy Engramer, Ögla, Ready-made désactivé, (vous pouvez vous asseoir), 2010. 40 x 52,2 x 83,8 cm.<br><br>Courtesy Astérides. Friche la Belle de Mai, © Sammy Engramer
Neven Allanic, Guillaume Aubry
L'exposition exposée
11 sept.-16 oct. 2010
Vernissage le 10 sept. 2010
Marseille 3e. Astérides. Friche la Belle de Mai
Les travaux de ces jeunes artistes proposent avec une aisance peu commune de réfléchir et d'expérimenter le thème de l'exposition. Ainsi, ces œuvres secrètes et crépusculaires interrogent les usages et le devenir de l'oeuvre d'art toute en poésie et en recherche formelle.
fleche suivante1/1


Share to Facebook Share to Twitter
imprimer

Communiqué de presse
Neven Allanic, Jérôme Allavena, Nicolas Muller, Guillaume Aubry, Davide Bertocchi, Samon Takahashi, Sammy Engramer, Andrea Fraser, Julien Nédélec, Aurélien Mole, Julien Tiberi, Chloé Quenum, Vlad et Alina Turco
L'exposition exposée

La plupart des expositions dites muséales sont régies par des codes de réalisation, des conventions de présentation et de transmission. «L'exposition exposée» propose comme sujet de réflexion et d'expérimentation ce format en lui-même. Les expositions se construisent sur une temporalité, elles sont visibles pendant une durée limitée, ont lieu dans des espaces dédiés ou non à la présentation des œuvres tels que le White Cube, des lieux patrimoniaux, etc. A l'intérieur, les œuvres sont présentées selon des principes standards (type d'accrochage, mobilier, lumière, etc.), répondant à une volonté de visibilité. Dans ce sens, des outils complètent la lisibilité des œuvres: cartels, visites, documentation, conférences, rencontres, etc. Au-delà de l'espace et du temps d'ouverture de l'exposition, l'information circule via une communication spécifique (carton d'invitation, voie de presse, etc.).

Ces présentations ont donc des points communs malgré leurs formes multiples (expositions collectives, monographiques, foires, etc.) et la diversité des espaces occupés. Les études et expérimentations d'historiens de l'art et de commissaires d'exposition, ont déjà pu questionner les pratiques de l'exposition. Mais que se passe-t-il quand les artistes utilisent ces principes inhérents à la présentation, à la diffusion et à la transmission de la production artistique? Les œuvres peuvent-elles interroger les conventions liées aux espaces, à la temporalité et la présentation? Ainsi, Vlad et Alina Turco utilisent le White Cube comme le cadre d'exposition le plus conventionnel et le répliquent en miniature («My First White cube», 2009), Neven Allanic l'utilise comme une zone d'actions mimées à travers le cadre délimité de l'objectif de la caméra et Sammy Engramer l'interprète dans un rapport de fascination. Par l'installation, Chloé Quenum considère l'espace comme le lieu d'expérimentation. La diffusion de l'exposition est aussi traitée: la photographie comme trace de l'exposition (Davide Bertocchi et Samon Takahashi, «Interstellar Statics»), le discours et ses outils comme source de travail (Andrea Fraser), le support de communication comme un espace d'intervention (Julien Nédélec) et la critique comme outil (Jérôme Allavena et Nicolas Muller). Enfin, les obligations d'organisation sont détournées et revendiquées dans les œuvres de Guillaume Aubry, Aurélien Mole et Julien Tiberi. Ainsi, sans vouloir être exhaustive, l'exposition propose de porter son attention sur quelques principes liés à son existence.

À travers cette exposition, réunissant une sélection d'oeuvres d'artistes émergents mais également d'artistes confirmés, pour la plupart inédites à Marseille, Astérides poursuit l'exploration des formes de monstration par l'intermédiaire de l'analyse formelle mais aussi conceptuelle que peuvent en faire les artistes.

Vernissage
Vendredi 10 septembre 2010 à partir de 18h

fleche suivante1/1

ANNONCES


ÉDITORIAL fleche_rouge
Snapchat. Le présent absolu
Avant l'existence des réseaux sociaux, les petits riens de la vie quotidienne des gens ordinaires n'avaient aucune valeur. Seuls les faits exceptionnels suscitaient l'intérêt et les scoops des photographes. Mais une logistique informatique puissante et hautement sophistiquée a changé la situation en élevant les faits dérisoires et futiles au rang de matière première d'une économie nouvelle basée sur un nouveau type de valeur, caractéristique de la société de l'information numérique :...
fleche Lire la suite
141001MarechalerieCritiques


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Flash mob vendredi 24 octobre 2014 à 13h pour défendre la liberté de création, suite à l’agression de l'artiste Paul McCarthy
puce rouge  Ce 27 octobre, la Fondation Louis Vuitton ouvre ses portes
puce rouge  Disparition de Marcel Notargiacomo, figure des cultures urbaines et populaires
puce rouge  La nouvelle revue OpticalSound sort son 2e numéro
puce rouge  Emma Lavigne, nommée directrice du Centre Pompidou Metz
puce rouge  Budget 2015 du ministère de la Culture et de la Communication
puce rouge  Le sculpteur béninois Kifouli Dossou, lauréat du prix Orisha pour l'art contemporain africain
puce rouge  Tous photographes! Une charte des bonnes pratiques dans les établissements patrimoniaux
puce rouge  Décès de Gérard Violette, directeur emblématique du Théâtre de la Ville
puce rouge  Le nouveau Prix Orisha récompensera le 2 octobre un artiste de la scène africaine subsaharienne
puce rouge  Yves Robert, nouveau directeur du Centre national des arts plastiques
puce rouge  Le Centre Pompidou présente sa première antenne provisoire à Málaga
DIAPORAMA

Bernhard Martin, The nothing is our Story, 2013. Oil on raw canvas. 190 x 170
Abraham Cruzvillegas, Renewed and Solidary (détail), 2012-2013. Bois, tôle ondulée, verre, briques, papier d&rsquo;aluminium, bande, bâche, pierres, pot en plastique, boîte, planches synthétiques, récipient Tupperware, caoutchouc, papier journal, enseigne en plexiglass, table design, bambou. 140 x 377 x 290 cm
Robbie Cornelissen, C&rsquo;est dur de mourir au printemps. 2004. Mine sur graphite. 34 x 26



pub pub
Avec Ownsport, bénéficiez d´un coach sportif diplômé dès 19€/h pour des cours sur mesure à votre domicile !

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales