logo
140227SerignanDowns
  AGENDA CRITIQUES  
RECHERCHER


ART | AGENDA

Jennifer Allora & Guillermo Calzadilla, Hope Hippo, 2013. Boue, sifflet, journaux, performer. 490 x 185 x 155 cm<br><br>Courtesy de l&rsquo;artiste et Galerie Chantal Crousel (Paris), © Gorgio Boata Jennifer Allora, Guillermo Calzadilla
Jennifer Allora et Guillermo Calzadilla
13 sept.-16 oct. 2013
Vernissage le 13 sept. 2013
Paris 3e. Galerie Chantal Crousel
Les investigations menées par Jennifer Allora et Guillermo Calzadilla leur ont permis de découvrir qu'un concert avait été donné au Jardin des Plantes en 1798, à l'intention exclusive des éléphants, pour mesurer scientifiquement les effets de la musique sur les animaux. Ils ont ainsi fait rejouer ce concert au Muséum national d'Histoire naturelle.
fleche suivante1/2


Share to Facebook Share to Twitter
imprimer



Communiqué de presse
Jennifer Allora, Guillermo Calzadilla
Jennifer Allora et Guillermo Calzadilla

Cette exposition présente les deux derniers films de Jennifer Allora et Guillermo Calzadilla, co-produits avec le Festival d'Automne à Paris.

Apotomē prend comme point de départ la tentative historique, sur fond de Révolution française, de l'homme tentant de communiquer et créer des nouvelles relations avec des animaux en captivité. Il s'agit ici de deux éléphants, Hans et Parkie (ou Marguerite), arrivés au Musée d'Histoire naturelle à Paris en mars 1798, en tant que trophées de guerre.

Le 29 mai de cette même année, un concert fut donné pour les éléphants au Jardin des Plantes. Cette expérience, organisée par des musiciens (et non des scientifiques), avait pour but d'étudier l'impact de la musique humaine sur des espèces non-humaines.

Les concepts d'homme, de vie et de nature, ainsi que les frontières entre eux, définies par leur rapport à la guerre, la captivité, l'esclavage et d'autres formes de domination et de contrôle social et politique, émergent à cette époque. A cela s'ajoute la question de la musique en tant que possible métalangage inter-espèces, un mode de communication proto-linguistique, non-symbolique et affectif dont la base est biologique et évolutionnaire.

Le film Apotomē est construit autour des ossements des deux éléphants, conservés dans la zoothèque du Muséum national d'Histoire naturelle, immense réserve souterraine abritant des milliers de spécimens d'animaux. Au cours d'une recherche parallèle, les artistes ont rencontré Tim Storms, possédant un don vocal hors du commun: il a la voix la plus grave au monde. Elle peut atteindre jusqu'à 8 octaves en dessous du Sol le plus grave au piano (G-7 - 0.189Hz ). Ces notes sont si graves que seuls les animaux aussi grands que les éléphants sont capables de les entendre.

Apotomē est une expérience d'un autre genre où Tim Storms, avec sa tessiture unique, chante face aux ossements des éléphants des chants du concert de l'époque: Iphigénie en Tauride (1779) par Christoph Willibald Gluck et O ma tendre musette par Pierre Alexandre Monsigny, ou encore l'hymne révolutionnaire Ça ira.

Le titre Apotomē, est un mot de grec archaïque faisant référence à une division arithmétique des sons musicaux par les pythagoriciens. L'intervalle d'un demi-ton dans la gamme pythagoricienne est un peu plus grande que la moitié, mais cette mesure musicale arithmétique est en fait assez précise. Il s'agit d'un excès de sensations humaines. La voix humaine ne peut pas la produire, et l'oreille ne peut la détecter. Apotomē est un reste irrationnel ou un résidu, signifiant littéralement «ce qui est coupé».

Le film 3 a pour sujet la Vénus de Lespugue, une des sculptures de Vénus du Paléolithique Supérieur les plus connues au monde, réalisée en ivoire de mammouth. De nombreuses hypothèses entourent le paradoxe ou «l'idéal particulier» de la beauté de la Vénus, dues à ses proportions exagérées qui peuvent être interprétées comme des difformités. Certains théoriciens lient la Vénus à une fertilité exacerbée, à la création de la vie et à la régénération, alors que d'autres associent son rôle symbolique à une religion préhistorique et la considèrent comme une déesse. Certains cherchent en elle des signes d'une représentation «réaliste» du physique de la population de l'époque. D'autres encore lui attribuent une fonction érotique.

Au cours de leurs recherches dans le domaine de la bio-musicologie, les artistes ont découvert une théorie alternative sur la possible signification des célèbres courbes de la Vénus de Lespugue. Ralph H. Abraham, mathématicien et théoricien du chaos, et William Irwin Thompson, philosophe social, critique et poète, ont suggéré que «les lignes de la Vénus de Lespugue se rapprochent de près de l'échelle diatonique des Aryens védiques, connue aussi comme le mode dorien des grecs anciens.»

Prenant comme point de départ cette théorie nommée «Canon de Lespugue», Jennifer Allora et Guillermo Calzadilla ont réalisé un film qui tente de représenter, en termes visuels et musicaux, un processus de transcription de la figure de la Vénus en musique, utilisant les proportions de la statue comme une gamme musicale. Ils ont demandé au compositeur David Lang d'écrire un solo pour violoncelle à partir de ces règles.

Pour le film, la violoncelliste Maya Beiser joue la composition de David Lang à la Vénus de Lespugue originale. Cette expérience musicale ...

fleche suivante1/2

ANNONCE
Votre corps aussi est une oeuvre dont il faut prendre soins ! ABC Coach Sportif Paris à votre service.

Vous recherchez un livre audio ? Profitez d´un large choix de titres au sein de la librairie en ligne Gibert Joseph

140331ArchiUrgence
ÉDITORIAL fleche_rouge
Mapplethorpe et les nouveaux puritains
L'importante rétrospective que le Grand Palais consacre à Robert Mapplethorpe vingt cinq ans après sa mort a ceci de rassurant que cette œuvre aussi magistrale que sulfureuse n'a pas perdu de sa puissance provocatrice et dérangeante, ni de sa force à résister aux tentatives des puritains de toutes obédiences pour l'édulcorer, la vider de son énergie et… de son impact politique. Aujourd'hui encore, ici en France, on assiste à une série de tentatives pitoyables, plus ou moins conscientes, de...
fleche Lire la suite
140320PMU
140317Le104AMA


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
acting01 acting02
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Sam Stourdzé nommé directeur des Rencontres de la photographie
puce rouge  Appel de Chaillot: Pour une nouvelle Europe de la culture
puce rouge  Ministère de la culture: aide au développement des galeries d'art
puce rouge  Marc Partouche nommé directeur de l’Ecole supérieure des Arts décoratifs
puce rouge  Drawing Now Paris en danger: des intermittents et chômeurs occupent le Carreau du Temple
puce rouge  Cinq architectes en lice pour la nouvelle Ecole de la photo d’Arles
puce rouge  Art ou pub? Le Panthéon choisit JR
puce rouge  Le Cap Capitale Mondiale du Design 2014
puce rouge  La crise ne rend pas la culture moins nécessaire, elle la rend au contraire plus indispensable
puce rouge  Le Front national manifeste contre le chorégraphe Olivier Dubois
puce rouge  Cette année, la Fiac lance sa foire off à Paris et s’exporte à Los Angeles dès 2015
puce rouge  Avignon: fermée pour travaux, La Collection Lambert s’expose hors-les-murs
DIAPORAMA

Laurent Chétouane, O, 2012. Danse.
Vue de l&rsquo;exposition de Winshluss «La Fin est proche !», Galerie G-P et N Vallois, 2012



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales