logo
160330RicardAllouche
  AGENDA CRITIQUES  
RECHERCHER


ART | AGENDA

Martin Kippenberger, Memorial of the Good Old Times, 1987. Caoutchouc, bois, aspirateur industriel. 183 x 376 x 211 cm.<br><br>Courtesy The Dakis Joannou Collection.
Bas Jan Ader, Barbara Bloom
Fresh Hell
20 oct.-16 janv. 2011
Vernissage le 19 oct. 2010
Paris 16e. Palais de Tokyo
Après Ugo Rondinone en 2008 et Jeremy Deller en 2009, le Palais de Tokyo invite l'artiste britannique Adam McEwen à devenir commissaire d'exposition et lui donne carte blanche pour concevoir un projet hors-norme dans ses murs.
fleche suivante1/1


Share to Facebook Share to Twitter
imprimer

Communiqué de presse
Bas Jan Ader, Barbara Bloom, Jonathan Borofsky, Angela Bulloch, Maurizio Cattelan, Anne Collier, Martin Creed, Gino de Dominicis, Walter de Maria, Jessica Diam ond, Mat ias Faldba kken, Isa Gen zken, Geert Goiris, Dan Graham, Philip Guston, Raymond Hains, David Hammons, Georg Herold, Martin Kippenberger, Michael Landy, Hanna & Klara Liden, Nate Lowman, Sarah Lucas, Ana Mendieta, Henri Michaux, Reinhard Mucha, Bruce Nauman & Frank Owen, Michelangelo Pistoletto, Rob Pruitt, Steven Shearer, Roman Signer, Agathe Snow, Rudolf Stingel, Rosemarie Trockel, Valie Export, H. C. Westermann
Fresh Hell

«Les salles du Palais de Tokyo ressemblent à l'atelier d'un artiste, qui ressemble au cerveau d'un artiste — et le cerveau d'un artiste ressemble lui-même à un paysage. Un paysage dans lequel une forme de geste est appelé à se déployer.
La notion de «progrès», dans ce contexte, n'a qu'une valeur indicative, et doit sans cesse être réinventée.

Cartographie du cerveau de l'artiste, de ses désirs, de ses influences, la carte blanche à un artiste est l'occasion d'aborder par un biais inédit les processus de création et de recoupements esthétiques.
Adam McEwen (artiste britannique vivant à New York) conçoit un projet exceptionnel et fait dialoguer la sculpture médiévale et l'art conceptuel, un coffre-fort et une tentative de lévitation, des artistes oubliés et ceux bénéficiant déjà de la bénédiction de l'histoire.
Face à cette histoire, justement: quelle position un artiste peut-il adopter aujourd'hui? Tout a déjà été fait? Tant mieux, on peut enfin commencer à travailler.

L'exposition «Fresh Hell» plonge dans l'histoire, proche ou lointaine, mais n'opère pas à coups de sonde verticale. Elle brosse des mouvements latéraux et organiques, génère nombre de paradoxes et la fraîcheur qu'elle apporte est constamment balayée par le souffle des revenants.

A travers un choix d'œuvres rarement exposées de Martin Kippenberger, Dan Graham, David Hammons, Isa Genzken, Jessica Diamond, Georg Herold et Michelangelo Pistoletto; mais également des oeuvres d'artistes plus jeunes, Steven Shearer, Anne Collier, Hanna et Klara Liden, Michael Landy ou Matias Faldbakken, «Fresh Hell» s'efforce d'instaurer un dialogue entre différentes histoires et différentes générations.

Aux œuvres contemporaines majeures se mêlent notamment plusieurs pièces médiévales exceptionnellement prêtées par le Musée de Cluny à Paris. L'exposition vise aussi à suggérer que l'influence historique et l'inspiration évoluent de manière latérale plutôt que verticale, organique plutôt que linéaire.

Adam McEven (interviewé par Marc-Olivier Wahler):
«Je suis souvent plus frappé par les similitudes entre des formes artistiques ou des périodes de l'histoire de l'art distinctes que par les différences. Si les œuvres fonctionnent à la même fréquence, elles peuvent entrer très précisément en résonance quelle que soit leur époque.
L'idée qui sous-tend l'exposition n'est pas étrangère à une tentative de lévitation, de fuite hors de la gravité — ce rêve de créer un objet qui flotte. La tentation est aussi irrésistible que démoralisante, car une telle entreprise est bien sûr vouée à l'échec.
On puise dans le temps et dans l'histoire — le paysage de l'histoire qu'on a en tête — sans discrimination, selon des liens complètement organiques et non linéaires, à la recherche de points de résonance. Mais en même temps, l'histoire est un mur de briques qu'il faut constamment faire sauter afin de pouvoir avancer. C'est désespérant.»

Vernissage
Mardi 19 octobre. 19h.

fleche suivante1/1

ANNONCES


ÉDITORIAL fleche_rouge
Editos, et d'autres choses, à venir
J'ai depuis plusieurs mois suspendu la rédaction de mes éditos hebdomadaires. Pour deux raisons: 1° la rédaction d'un livre qui me tient à cœur; 2° la refonte totale du site que vous découvrirez dans les prochaines semaines. J'ai hâte de reprendre la publication des éditos pour interroger et partager avec vous les mouvements et soubresauts des arts, des images et de la culture. Merci de votre fidélité à parisART.
A bientôt. 
André Rouillé

fleche Lire la suite
160330JeuPaume
160408MarechalMarcJohnson


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Les lauréats du 61e Salon de Montrouge ont été annoncés.
puce rouge  L’école Camondo ouvre dès la rentrée 2016 10 % de places gratuites.
puce rouge  La galerie Templon fête ses 50 ans en 2016
puce rouge  Les nouveaux membres du conseil d’administration du Centre Pompidou
puce rouge  Assemblée générale de l’ANdEA : pour une politique responsable des écoles supérieures d’art
puce rouge  La galerie Dukan déménage rue des rosiers au marché aux puces de Saint-Ouen
puce rouge  Le Centre national des arts plastiques met en ligne sa collection
puce rouge  Appel à candidatures bientôt ouvert pour l’Académie des savoir-faire de la Fondation Hermès
puce rouge  La 12ème édition de la Nuit européenne des musées aura lieu le 21 mai 2016
puce rouge  Les lauréats 2016 du Grand prix de la Ville de Vallauris annoncés
puce rouge  Marion Zilio, nommée directrice du YIA Art Fair
puce rouge  Cinq candidats en lice pour la direction du Théâtre de Cité internationale
DIAPORAMA

Teresita Fernàndez, Mirror (Trellis), 2010. Acier inoxydale poli et taillé (avec sérigraphie sur une des deux couches), émail. 104,14 x 118,11 x 7,62 cm



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales