logo
160617SetePeiMing
  AGENDA CRITIQUES  
RECHERCHER


ART | AGENDA

Edward Hopper, Chop suey, 1929. Huile sur toile. 81,3 x 96,5 cm<br><br>Courtesy Collection de Barney A. Ebsworth, © Collection particulière
Edward Hopper
Edward Hopper
10 oct.-03 fév. 2013
Vernissage le 10 oct. 2012
Paris 8e. Grand Palais
Les œuvres d'Edward Hopper ont historiquement donné lieu aux interprétations les plus contradictoires. Romantique, réaliste, symboliste, et même formaliste, Edward Hopper aura été enrôlé tour à tour sous toutes les bannières. Et c'est justement cette complexité, signe de la richesse de cette œuvre, que s'efforce d'éclairer cette exposition.
fleche suivante1/2


Share to Facebook Share to Twitter
imprimer

Autres expos des artistes
puce rouge Patrice Chéreau. Un musée imaginaire

Communiqué de presse
Edward Hopper
Edward Hopper

Les peintures d'Edward Hopper (1882-1967) ont la simplicité trompeuse des mythes, l'évidence des images d'Epinal. Chacune d'elles est un condensé des savoirs hypothétiques, des rêves que nous inspire le fabuleux nom d'Amérique. Expression des sentiments les plus poignants, ou pures constructions mentales, ces peintures ont historiquement donné lieu aux interprétations les plus contradictoires.

Conçue chronologiquement, elle se compose de deux grandes parties; la première partie consacrée aux années de formation (de 1900 à 1924), rapproche les œuvres d'Edward Hopper de celles de ses contemporains, notamment de celles découvertes à Paris qui ont pu l'inspirer. La seconde partie de l'exposition est dédiée à l'art de la maturité, des premières peintures emblématiques de son style personnel (House by the Railroad, 1925), à ses œuvres ultimes (Two Comedians, 1966).

Edward Hopper intègre l'atelier de Robert Henri à la New York School of Art dans les premières années du XXe siècle. Figure haute en couleur, Robert Henri sera, en 1908, le fondateur d'une «école de la poubelle» (Ashcan School), dont l'intitulé dit assez le parti pris de réalisme sans concession auquel étaient attachés les plus radicaux de ses membres.

L'évocation des séjours parisiens d'Edward Hopper (en 1906, d'abord, où il passe près d'une année, puis, pour des périodes plus courtes en 1909 et en 1910) donne lieu au rapprochement de ses peintures avec celles qu'il découvre dans les galeries et les salons parisiens. Degas lui inspire des angles de vue originaux, le principe poétique d'une «théâtralisation» du monde. A Albert Marquet, il emprunte la structure massive de ses vues des quais de Seine. Avec Félix Vallotton, il partage le goût d'une lumière inspirée de Vermeer. De Walter Sickert, il retient l'iconographie des lieux de spectacle, la peinture d'une chair damnée.
A Paris, Edward Hopper adopte le style de l'impressionnisme, une technique qui lui semble avoir été inventée pour dire l'harmonie, le plaisir sensuel.
De retour aux Etats-Unis, Edward Hopper adopte le réalisme ingrat de Bellows ou de Sloan, celui de cette Ashcan School dont il partage la vision dystopique. Pour gagner sa vie, il pratique l'illustration commerciale que présente l'exposition parisienne. C'est par la pratique de la gravure (à partir de 1915), que s'opère la métamorphose à l'issue de laquelle se «cristallise» (la formule est celle de l'artiste) la peinture d'Edward Hopper. Une salle de l'exposition est consacrée à l'œuvre gravée de l'artiste américain.

L'année 1924 marque un tournant dans la vie, comme dans l'œuvre de Edward Hopper. L'exposition, au musée de Brooklyn, de ses aquarelles des résidences néo-victoriennes de Gloucester, leur présentation à la galerie de Franck Rehn, lui valent une reconnaissance, un succès commercial qui vont lui permettre de se consacrer exclusivement à son art (il n'avait jusque-là vendu qu'un seul tableau, lors de l'Armory Show en 1913). Les aquarelles d'Edward Hopper ouvrent le second grand chapitre de l'exposition, qui présente les tableaux emblématiques du style et de l'iconographie du peintre américain. Un parcours chronologique permet de mesurer la continuité de son inspiration, le travail d'approfondissement de ses sujets de prédilection: les architectures qu'il dote d'une identité quasi «psychologique» (House by the Railroad, 1925, MoMA), les personnages solitaires abîmés dans leurs pensées (Morning Sun, 1952, Columbus Museum of Art), le monde du spectacle (Two on the Aisle, 1927, Toledo Museum of Art), les images de la ville moderne (Nighthawks, 1942, The Art Institute of Chicago).

Le réalisme apparent des peintures d'Edward Hopper, le processus mental et abstrait qui prévaut à leur élaboration, destinent ces œuvres aux revendications les plus contradictoires. Bastion de la tradition réaliste américaine, le Whitney Museum of American Art réserve à son œuvre des expositions régulières. C'est toutefois le MoMA de New York, temple du Formalisme qui, en 1933, lui consacre sa première rétrospective. Son directeur, Alfred Barr, salue un peintre qui «parvient dans nombre de ses peintures à réussir des compositions intéressantes d'un point de vue strictement formel».

Cette complexité de l'œuvre de Edward Hopper la place au croisement des deux définitions historiques de la modernité américaine: celle issue de l'Ashcan School qui revendique le principe baudelairien d'une modernité liée au sujet, celle issue des leçons de l'Armory Show qui, en 1913, révèle au public américain le formalisme des avant-gardes européennes (cubisme et cubo ...

fleche suivante1/2

ANNONCES


BethuneLaBanque
ÉDITORIAL fleche_rouge
Editos, et d'autres choses, à venir
J'ai depuis plusieurs mois suspendu la rédaction de mes éditos hebdomadaires. Pour deux raisons: 1° la rédaction d'un livre qui me tient à cœur; 2° la refonte totale du site que vous découvrirez dans les prochaines semaines. J'ai hâte de reprendre la publication des éditos pour interroger et partager avec vous les mouvements et soubresauts des arts, des images et de la culture. Merci de votre fidélité à parisART.
A bientôt. 
André Rouillé

fleche Lire la suite


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Le débat continue autour du film Salafistes
puce rouge  Nathalie Coste-Cerdan nommée directrice de la Fémis
puce rouge  La campagne en faveur du patrimoine et de la créativité se poursuit en Espagne.
puce rouge  Programme d’été de Paris Musées
puce rouge   17 architectures de Le Corbusier inscrites au patrimoine mondial
puce rouge  Commande publique «Les Regards du Grand Paris»
puce rouge  Les ateliers de l’Institut français 2016
puce rouge  La ministre de la Culture et de la Communication annonce des mesures en faveur de la photographie
puce rouge  Nomination d’Éric de Chassey à la tête de l'Institut national d'histoire de l'art
puce rouge  Décès du cinéaste iranien Abbas Kiarostami
puce rouge  Les lauréats de Design Parade 11
puce rouge  Lancement du magazine n°zéro «Expérimentations splendides»
DIAPORAMA

Matthew Buckingham, One Side of Broadway, 2005. Diaporama 35 mm noir et blanc continu, projection avec son, 16 mn. Dimensions variables.
Thierry Fournier
Pol Chambost, pichet «escargot». Faïence, émail jaune mat et blanc piqueté
Gavillet & Rust, Une Saison Graphique 15, 2015.



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales