logo
160131LouviersTelemaque
  AGENDA CRITIQUES  
RECHERCHER


ART | AGENDA

Julie Béna, Elisabeth II, 2009. Stores, moteurs et programmation temporelle. Dimensions variables.<br><br>Courtesy BF15, © Julie Béna
Julie Bena, Dominique Blais
D'une seconde majeure ou mineure
06 avril-26 mai 2012
Vernissage le 05 avril 2012
Lyon 1er. La BF15
Entre la musique et l'art plastique, Julie Béna et Dominique Blais proposent une installation à la fois sonore et visuelle. Certaines œuvres sont des sculptures, d'autres fonctionnent comme des poèmes sonores, d'autres encore font référence aux opéras de Wagner... comme une variation musicale entre les notes majeures et mineures.
fleche suivante1/1


Share to Facebook Share to Twitter
imprimer

Communiqué de presse
Dominique Blais, Julie Béna
D'une seconde majeure ou mineure

En prologue, Julie Béna présente Elisabeth II. Dans chaque vitrine, un dispositif composé de stores motorisés influe subtilement sur la lumière intérieure par de légers mouvements rotatifs. Comme une entrée en matière, cette oeuvre opère alors un glissement entre le jour et la nuit, entre chien et loup. A l'intérieur, l'installation de Dominique Blais invite le visiteur à une déambulation dans un paysage sonore à travers un archipel de disques en grès. Initiée en 2008, Sans titre (Les Disques) se déploie pour la première fois à l'échelle de tout l'espace d'exposition. Les cercles de terre cuite se répandent pour la plupart sur le sol tandis que certains d'entre-eux sont suspendus à des moteurs et viennent effleurer les éléments statiques. Se crée alors un jeu de subtils frottements harmoniques, tel un «ballet hypnotique», un poème sonore en strophes aléatoires.

Sur le mur, quatre tirages sur papier nous donnent à voir des traces fantomatiques produites par l'exposition de cierges allumés devant une camera obscura. Au pied de chaque tirage, Dominique Blais dépose une sculpture. Il s'agit de la forme résiduelle des bougies utilisées pour faire naître l'image photographique. Intitulée Ring, cette pièce fait référence à la tétralogie d'opéras de Wagner L'Anneau du Nibelung. D'une durée de près de 15h, cette oeuvre se décompose en un prologue et trois journées. Pour chaque opéra, l'artiste a allumé une bougie devant un sténopé dans le but d'exposer le papier photosensible à la durée effective de la représentation. L'image révélée (en négatif) fonctionne comme le témoignage abstrait de l'écoulement du temps relatif à la présence de l'oeuvre musicale.

Avec La Disparition, Dominique Blais intervient sur le roman éponyme de Georges Pérec. À la suite de cette opération, la lecture du livre n'en est pour autant pas altérée. La manipulation n'engendre ni dysfonctionnement, ni modification de sens. On pourrait même envisager que le public, plongé dans sa lecture, ne perçoive pas (ou tardivement) la modification effectuée. Pour Le paysage est magnifique, Julie Béna suggère une fenêtre à l'aide d'un simple tube aluminium pourvu d'une chaîne. À la lisière entre l'intérieur et l'extérieur, elle nous renvoie à l'ensemble des pièces qui ici, par leurs présences mineures nous révèlent un paysage aux nuances majeures.

Vernissage
Jeudi 5 avril 2012 à 18h

fleche suivante1/1

ANNONCES


160202MaleterialiteInvisib
ÉDITORIAL fleche_rouge
Snapchat. Le présent absolu
Avant l'existence des réseaux sociaux, les petits riens de la vie quotidienne des gens ordinaires n'avaient aucune valeur. Seuls les faits exceptionnels suscitaient l'intérêt et les scoops des photographes. Mais une logistique informatique puissante et hautement sophistiquée a changé la situation en élevant les faits dérisoires et futiles au rang de matière première d'une économie nouvelle basée sur un nouveau type de valeur, caractéristique de la société de l'information numérique :...
fleche Lire la suite
160210ChapelleCalvairienne
160121MarechalerieYvesBuraud


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  La nouvelle liste des Métiers d’Art publiée au Journal Officiel
puce rouge  Décès du plasticien français Jean-Luc Vilmouth
puce rouge  Des donateurs de Nantes achètent un terrain à Marfa, au Texas, pour les artistes et étudiants des beaux-arts de Nantes
puce rouge  Charte sociale du ministère de la Culture et de la Communication concernant ses relations avec ses prestataires
puce rouge  Fleur Pellerin lance le programme «1 immeuble, 1 œuvre»
puce rouge  Clément Cogitore, lauréat du Prix Le Bal de la Jeune Création avec l’Adagp
puce rouge  Cipac : Pour la culture, contre le Front national
puce rouge  Artistes à la Une pour la liberté
puce rouge  L'Ecole Nationale Supérieure d'Arts de Paris-Cergy entre dans le dispositif «Admission Post Bac»
puce rouge  L'art contemporain répond à Marine Le Pen
puce rouge  Isabelle Cornaro, commissaire invitée du Prix Fondation d'entreprise Ricard 2016
puce rouge  Les lauréats des Grands Prix de la Création de la Ville de Paris 2015 annoncés
DIAPORAMA

Sandra Vasquez de la Horra, Origenes, 2013. Wax, pencil on paper. 140 x 100 cm



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales