logo
140227SerignanDowns
  AGENDA CRITIQUES  
RECHERCHER


ART | AGENDA

Julie Béna, Elisabeth II, 2009. Stores, moteurs et programmation temporelle. Dimensions variables.<br><br>Courtesy BF15, © Julie Béna Julie Bena, Dominique Blais
D'une seconde majeure ou mineure
06 avril-26 mai 2012
Vernissage le 05 avril 2012
Lyon 1er. La BF15
Entre la musique et l'art plastique, Julie Béna et Dominique Blais proposent une installation à la fois sonore et visuelle. Certaines œuvres sont des sculptures, d'autres fonctionnent comme des poèmes sonores, d'autres encore font référence aux opéras de Wagner... comme une variation musicale entre les notes majeures et mineures.
fleche suivante1/1


Share to Facebook Share to Twitter
imprimer


Communiqué de presse
Dominique Blais, Julie Béna
D'une seconde majeure ou mineure

En prologue, Julie Béna présente Elisabeth II. Dans chaque vitrine, un dispositif composé de stores motorisés influe subtilement sur la lumière intérieure par de légers mouvements rotatifs. Comme une entrée en matière, cette oeuvre opère alors un glissement entre le jour et la nuit, entre chien et loup. A l'intérieur, l'installation de Dominique Blais invite le visiteur à une déambulation dans un paysage sonore à travers un archipel de disques en grès. Initiée en 2008, Sans titre (Les Disques) se déploie pour la première fois à l'échelle de tout l'espace d'exposition. Les cercles de terre cuite se répandent pour la plupart sur le sol tandis que certains d'entre-eux sont suspendus à des moteurs et viennent effleurer les éléments statiques. Se crée alors un jeu de subtils frottements harmoniques, tel un «ballet hypnotique», un poème sonore en strophes aléatoires.

Sur le mur, quatre tirages sur papier nous donnent à voir des traces fantomatiques produites par l'exposition de cierges allumés devant une camera obscura. Au pied de chaque tirage, Dominique Blais dépose une sculpture. Il s'agit de la forme résiduelle des bougies utilisées pour faire naître l'image photographique. Intitulée Ring, cette pièce fait référence à la tétralogie d'opéras de Wagner L'Anneau du Nibelung. D'une durée de près de 15h, cette oeuvre se décompose en un prologue et trois journées. Pour chaque opéra, l'artiste a allumé une bougie devant un sténopé dans le but d'exposer le papier photosensible à la durée effective de la représentation. L'image révélée (en négatif) fonctionne comme le témoignage abstrait de l'écoulement du temps relatif à la présence de l'oeuvre musicale.

Avec La Disparition, Dominique Blais intervient sur le roman éponyme de Georges Pérec. À la suite de cette opération, la lecture du livre n'en est pour autant pas altérée. La manipulation n'engendre ni dysfonctionnement, ni modification de sens. On pourrait même envisager que le public, plongé dans sa lecture, ne perçoive pas (ou tardivement) la modification effectuée. Pour Le paysage est magnifique, Julie Béna suggère une fenêtre à l'aide d'un simple tube aluminium pourvu d'une chaîne. À la lisière entre l'intérieur et l'extérieur, elle nous renvoie à l'ensemble des pièces qui ici, par leurs présences mineures nous révèlent un paysage aux nuances majeures.

Vernissage
Jeudi 5 avril 2012 à 18h

fleche suivante1/1

ANNONCE
Votre corps aussi est une oeuvre dont il faut prendre soins ! ABC Coach Sportif Paris à votre service.

Vous recherchez un livre audio ? Profitez d´un large choix de titres au sein de la librairie en ligne Gibert Joseph

140331ArchiUrgence
ÉDITORIAL fleche_rouge
Mapplethorpe et les nouveaux puritains
L'importante rétrospective que le Grand Palais consacre à Robert Mapplethorpe vingt cinq ans après sa mort a ceci de rassurant que cette œuvre aussi magistrale que sulfureuse n'a pas perdu de sa puissance provocatrice et dérangeante, ni de sa force à résister aux tentatives des puritains de toutes obédiences pour l'édulcorer, la vider de son énergie et… de son impact politique. Aujourd'hui encore, ici en France, on assiste à une série de tentatives pitoyables, plus ou moins conscientes, de...
fleche Lire la suite
140320PMU


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
acting01 acting02
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Appel de Chaillot: Pour une nouvelle Europe de la culture
puce rouge  Ministère de la culture: aide au développement des galeries d'art
puce rouge  Marc Partouche nommé directeur de l’Ecole supérieure des Arts décoratifs
puce rouge  Drawing Now Paris en danger: des intermittents et chômeurs occupent le Carreau du Temple
puce rouge  Cinq architectes en lice pour la nouvelle Ecole de la photo d’Arles
puce rouge  Art ou pub? Le Panthéon choisit JR
puce rouge  Le Cap Capitale Mondiale du Design 2014
puce rouge  La crise ne rend pas la culture moins nécessaire, elle la rend au contraire plus indispensable
puce rouge  Le Front national manifeste contre le chorégraphe Olivier Dubois
puce rouge  Cette année, la Fiac lance sa foire off à Paris et s’exporte à Los Angeles dès 2015
puce rouge  Avignon: fermée pour travaux, La Collection Lambert s’expose hors-les-murs
puce rouge  Marc Partouche nommé directeur de l’Ecole des Arts décoratifs (Ensad)
DIAPORAMA

Sophie Hurié, Visuel de communication de l&rsquo;exposition «Stop look & dream», 2013.



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales