logo
150206CracSeteChatonChildress
  AGENDA CRITIQUES  
art... photo... design... danse... livres... parisART RECRUTE
RECHERCHER


ART | AGENDA

<br><br>
Dominique Blais
Décélération
12 fév.-11 avril 2009
Vernissage le 11 fév. 2009
Gennevilliers. Galerie Edouard Manet
Les oeuvres présentées ici interrogent le temps du regard et de l'écoute dans sa dimension contemplative et poétique. Tout en convoquant des éléments du spectacle et de l'univers musical, Dominique Blais laisse de côté l'événement et l'anecdotique pour nous renvoyer à une expérience individuelle, sensible et sensorielle.
fleche suivante1/1


Share to Facebook Share to Twitter
imprimer

Communiqué de presse
Dominique Blais
Décélération


L'école municipale des beaux-arts/galerie Edouard Manet présente la première exposition personnelle dans un centre d'art de Dominique Blais. Son travail, à la croisée des arts visuels et sonores, explore les seuils de la perception visuelle et auditive.

A l'occasion de cette exposition, il présente un ensemble de pièces récentes produites, pour certaines d'entre elles, par et à l'école municipale des beaux-arts/galerie Edouard Manet, dans le cadre d'une résidence atelier récemment inaugurée.

Le spectateur est accueilli dans l'exposition par une vidéo de 26 minutes, Transposition (Variations) (2008), dont l'image, dans une succession de plans séquences, se concentre sur l'exécution d'une improvisation musicale jouée par le trompettiste canadien Gordon Allen.

L'esthétique dépouillée n'est pas sans rappeler celle plus traditionnelle des portraits peints du XVIIe et XVIIIe siècles. Gordon Allen se détache, d'un fond neutre et sombre, dans un contraste de clair-obscur. Contrairement au dispositif cinématographique, le son est dissocié de l'image. Il provient de structures tubulaires suspendues au dessus de trois modules circulaires sur lesquels les spectateurs peuvent prendre place.

Si l'image et le son sont appréhendables distinctement, pour autant, la durée du film, pour ne pas dire sa trame narrative, reste calquée sur celle de l'improvisation musicale ; comme si, d'une certaine manière, l'un et l'autre participaient d'une seule et même expérience artistique.

Plus loin, une seconde pièce, Les disques (2008), entre formellement en résonnance avec le design du pavillon de la trompette de Gordon Allen. Elle est constituée d'une douzaine de cymbales moulées en terre, suspendues à des filins d'acier, qui descendent au ras du sol et tournent sur elles-mêmes en un lent balai mécanique pour émettre le son d'un léger frottement. Au-delà de sa forte présence physique, cette installation somme toute silencieuse produit un effet déceptif.

Plus déceptif encore est le dispositif de Transmission (2008). Une centaine de câbles de six mètres chacun envahit l'espace et relie entre elles deux baies de sonorisation d'où ne sort aucune musique. Seul le mouvement lumineux des diodes témoigne d'une présence sonore dont l'écoute nous est refusée.

Enfin, une oeuvre de la série « les cordes », commencée en 2007, intervient en contrepoint visuel. Un câble électrique, dont un fragment est constitué d'un néon éclairé, semble nonchalamment abandonné sur le coffrage d'un mur. Si dans le premier cas, le son est délibérément enfermé et inaccessible, dans le second cas au contraire, l'énergie électrique circulant dans le câble est rendue perceptible par sa métamorphose lumineuse.

Sous le titre de "Décélération", l'exposition interroge le temps du regard et de l'écoute dans sa dimension contemplative et poétique. Tout en convoquant des éléments du spectacle et de l'univers musical - instruments de musique, baies de sonorisation, néon, câbles électriques, etc. - Dominique Blais laisse de côté l'événement et l'anecdotique pour nous renvoyer à une expérience individuelle, sensible et sensorielle dans sa relation à l'imaginaire.

Vernissage

Mercredi 11 février 2009. 18h-21h.

Evénement
Samedi 14 février à 14h30.
Rencontre avec l'artiste.

fleche suivante1/1

ANNONCES


150401VilletteVarini
ÉDITORIAL fleche_rouge
Snapchat. Le présent absolu
Avant l'existence des réseaux sociaux, les petits riens de la vie quotidienne des gens ordinaires n'avaient aucune valeur. Seuls les faits exceptionnels suscitaient l'intérêt et les scoops des photographes. Mais une logistique informatique puissante et hautement sophistiquée a changé la situation en élevant les faits dérisoires et futiles au rang de matière première d'une économie nouvelle basée sur un nouveau type de valeur, caractéristique de la société de l'information numérique :...
fleche Lire la suite
150503VilletteStreet
150424Le104Gaumont
150326MarechalBroccolichi


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Le jury du Prix Canson 2015 a sélectionné les cinq finalistes
puce rouge  Le Satellite: un nouvel outil de diffusion pour le Frac Franche-Comté
puce rouge  Première édition du Forum «Entreprendre dans la culture»
puce rouge  Décès de Michel Bernard, philosophe à l’origine du département de danse de Paris 8
puce rouge  Le nouvel Iheap, attaqué en justice par Daniel Buren, répond par communiqué
puce rouge  Baisse de subvention et suppression de postes: le Quartier centre d’art contemporain de Quimper en danger!
puce rouge  28 mars 2015, inauguration du premier «Centre Pompidou provisoire» à Malaga
puce rouge  Derniers jours pour participer à la 20e édition du Prix Voies Off
puce rouge  Nomination de Hortense Archambault à la direction de la MC 93, scène nationale
puce rouge  Lettre ouverte du groupe «Economie Solidaire de l’art» à la Ministre de la culture
puce rouge  L’ADIAF annonce les nommés au prix Duchamp 2015: Davide Balula, Neïl Beloufa, Melik Ohanian, Zineb Sedira
puce rouge  Création du Prix du Châssy(is!), des collectionneurs récompensent un(e) peintre contemporain
DIAPORAMA

Daniel Arsham, Steel Eroded Tire, 2014. Fragments de métal, verre volcanique, hydrostone. 76 x 76 x 25 cm
Winshluss, Smart Monkey, réédition 2009 (1ère édition 2004). 99 pages / Noir et blanc.
Corinne Mercadier, Balles, 2011. Série Black Screen
Filomena Borecká, Fugacidad, 2005. Performance de l&rsquo;éveil des sculptures sonores Entichements, Musée Circulo de Bellas Artes, Madrid, 2005. crédit photo: Jacques Burtin.



pub pub
Avec Ownsport, bénéficiez d´un coach sportif diplômé dès 19€/h pour des cours sur mesure à votre domicile !

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales