logo
140719Pareidolie
  AGENDA CRITIQUES  
parisART recherche un-e REDACTEUR-ice COMPETENT-e
RECHERCHER


ART | AGENDA

<br><br> Dominique Blais
Décélération
12 fév.-11 avril 2009
Vernissage le 11 fév. 2009
Gennevilliers. Galerie Edouard Manet
Les oeuvres présentées ici interrogent le temps du regard et de l'écoute dans sa dimension contemplative et poétique. Tout en convoquant des éléments du spectacle et de l'univers musical, Dominique Blais laisse de côté l'événement et l'anecdotique pour nous renvoyer à une expérience individuelle, sensible et sensorielle.
fleche suivante1/1


Share to Facebook Share to Twitter
imprimer

Communiqué de presse
Dominique Blais
Décélération


L'école municipale des beaux-arts/galerie Edouard Manet présente la première exposition personnelle dans un centre d'art de Dominique Blais. Son travail, à la croisée des arts visuels et sonores, explore les seuils de la perception visuelle et auditive.

A l'occasion de cette exposition, il présente un ensemble de pièces récentes produites, pour certaines d'entre elles, par et à l'école municipale des beaux-arts/galerie Edouard Manet, dans le cadre d'une résidence atelier récemment inaugurée.

Le spectateur est accueilli dans l'exposition par une vidéo de 26 minutes, Transposition (Variations) (2008), dont l'image, dans une succession de plans séquences, se concentre sur l'exécution d'une improvisation musicale jouée par le trompettiste canadien Gordon Allen.

L'esthétique dépouillée n'est pas sans rappeler celle plus traditionnelle des portraits peints du XVIIe et XVIIIe siècles. Gordon Allen se détache, d'un fond neutre et sombre, dans un contraste de clair-obscur. Contrairement au dispositif cinématographique, le son est dissocié de l'image. Il provient de structures tubulaires suspendues au dessus de trois modules circulaires sur lesquels les spectateurs peuvent prendre place.

Si l'image et le son sont appréhendables distinctement, pour autant, la durée du film, pour ne pas dire sa trame narrative, reste calquée sur celle de l'improvisation musicale ; comme si, d'une certaine manière, l'un et l'autre participaient d'une seule et même expérience artistique.

Plus loin, une seconde pièce, Les disques (2008), entre formellement en résonnance avec le design du pavillon de la trompette de Gordon Allen. Elle est constituée d'une douzaine de cymbales moulées en terre, suspendues à des filins d'acier, qui descendent au ras du sol et tournent sur elles-mêmes en un lent balai mécanique pour émettre le son d'un léger frottement. Au-delà de sa forte présence physique, cette installation somme toute silencieuse produit un effet déceptif.

Plus déceptif encore est le dispositif de Transmission (2008). Une centaine de câbles de six mètres chacun envahit l'espace et relie entre elles deux baies de sonorisation d'où ne sort aucune musique. Seul le mouvement lumineux des diodes témoigne d'une présence sonore dont l'écoute nous est refusée.

Enfin, une oeuvre de la série « les cordes », commencée en 2007, intervient en contrepoint visuel. Un câble électrique, dont un fragment est constitué d'un néon éclairé, semble nonchalamment abandonné sur le coffrage d'un mur. Si dans le premier cas, le son est délibérément enfermé et inaccessible, dans le second cas au contraire, l'énergie électrique circulant dans le câble est rendue perceptible par sa métamorphose lumineuse.

Sous le titre de "Décélération", l'exposition interroge le temps du regard et de l'écoute dans sa dimension contemplative et poétique. Tout en convoquant des éléments du spectacle et de l'univers musical - instruments de musique, baies de sonorisation, néon, câbles électriques, etc. - Dominique Blais laisse de côté l'événement et l'anecdotique pour nous renvoyer à une expérience individuelle, sensible et sensorielle dans sa relation à l'imaginaire.

Vernissage

Mercredi 11 février 2009. 18h-21h.

Evénement
Samedi 14 février à 14h30.
Rencontre avec l'artiste.

fleche suivante1/1

ANNONCES
Avec Ownsport, bénéficiez d´un coach sportif diplômé dès 19€/h pour des cours sur mesure à votre domicile !



ÉDITORIAL fleche_rouge
Esthétiques photographiques de l'attention
La frénésie de la vie et du monde d'aujourd'hui, les tensions et les bouleversements qui agitent tous les secteurs de la société, ainsi que les pressions permanentes exercées par l'hypertrophie des communications, suscitent le sentiment qu'est menacé un bien des plus précieux et des plus fragiles de l'homme: son attention. Tout allant trop vite, on ne peut plus accorder aux choses l'attention qu'elles méritent. Dans le flux incessant des marchandises et des informations, l'attention se fait...
fleche Lire la suite
140707LyonBiennaleDanse


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Lauréats du 15e Prix Liliane Bettencourt pour l’intelligence de la main: Nathanaël Le Berre, Gérard Borde et Marc Aurel, Yann Grienenberger
puce rouge  Fin 2014, la galerie Yvon Lambert tire sa révérence
puce rouge  Le Festival d’Avignon aura bien lieu mais la CGT Spectacle appelle à une grève massive pour l’ouverture
puce rouge  L’artiste Huang Yong Ping prend les commandes de la Monumenta 2016
puce rouge  Un chemin de «Grande Randonnée Artistique» pour la Nuit blanche à Paris
puce rouge  Rapport sur le développement de l’entrepreneuriat dans le secteur culturel en France
puce rouge  Le 27 octobre 2014, ouverture de la Fondation Louis Vuitton
puce rouge  CoordinatiIntermittents et Précaires: «Ce que nous défendons nous le défendons pour tous!»
puce rouge  Nicolas Bourriaud entre confiance et vigilance du ministère de la Culture
puce rouge  Menace sur les festivals d’été, le conflit s’envenime entre les intermittents et le gouvernement
puce rouge  Ensba, le bras de fer continue entre Nicolas Bourriaud et les étudiants
puce rouge  Laurent Le Bon nouveau président du musée national Picasso
DIAPORAMA

Loris Gréaud, The Unplayed Notes, 2012. Copy and mounting exhibition. Film shot in HD Thermal Imaging, Camera, Flir T640. Running Time: 8:41 min, Trailer Sound: Lee Ranaldo
Ramuntcho Matta, La Mise A monde (détail), 2011. Peinture sur papier. 183 x 114 cm



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales