ART | EXPO

Exil

02 Sep - 24 Sep 2017
Vernissage le 09 Sep 2017

L’exposition « Exil » à la galerie Eric Dupont, à Paris, regroupe des œuvres, de Paul Pagk, Carlos Kusnir, Hyun Soo Choi, Damien Cabanes et Siobhan Liddell. Des peintures, installations et collages qui témoignent de la situation de l’artiste, un exilé dont les œuvres recèlent des bribes d’une présence divine perdue.

L’exposition « Exil » à la galerie Eric Dupont regroupe des tableaux, installations et collages de Paul Pagk, Carlos Kusnir, Hyun Soo Choi, Damien Cabanes, Siobhan Liddell, selon une volonté du galeriste de transmettre son émerveillement face aux œuvres.

« Exil », la situation de l’artiste

Le titre de l’exposition, « Exil », a été choisi par Eric Dupont en ce qu’il décrit selon lui la situation de l’artiste. Celui-ci serait un exilé de la société, de lui-même et surtout d’une présence divine perdue. Dans cet état, l’artiste est porteur d’une mission consistant à révéler des bribes de vérité secrètes. Mais les messages que les œuvres d’art recèlent ne se livrent pas explicitement, il est facile de ne pas les déceler, de regarder l’œuvre et de ne rien ressentir. On manque alors sa dimension transcendante qui demande de ne pas limiter son observation à leur seule matérialité.

L’expérience physique de la peinture chez Paul Pagk

Eric Dupont a regroupé cinq artistes de sa galerie pour partager son regard sur l’art, amener les visiteurs à s’étonner comme lui même a été étonné, et les emmener sur le chemin d’un exil essentiel, vers les mondes des artistes. Deux toiles de Paul Pagk illustrent deux facettes de la pratique du peintre : Les Baigneuses, réalisé en 1983, appartiennent au registre figuratif tandis qu’une autre huile sur toile sans titre réalisée en 1992 est représentative de l’abstraction que Paul Pagk a plus largement explorée. L’une comme l’autre témoignent en revanche de l’importance de la lumière et de la couleur dans son travail dédié à une expérience très physique de la peinture.

Un collage en diptyque de Hyun Soo Choi

De Carlos Kusnir, nous retrouvons l’œuvre intitulée Mama de 1986, tableau à l’acrylique sur toile contre lequel sont posés cinq balais, installation qui met l’œuvre à hauteur d’homme et, hors de tout cadre, affirme la liberté de l’œuvre en même temps que sa fragilité. L’exposition présente également un tableau en diptyque de Hyun Soo Choi, collage de gracieuses courbes de papiers et de morceaux d’aluminium coloré sur une toile beige, ou encore un autoportrait de Damien Cabanes.