DESIGN | EXPO

I Hardly Ever Think of Design

05 Avr - 12 Mai 2018
Vernissage le 05 Avr 2018 à partir de 18:30

Première exposition monographique consacrée au designer Emmanuel Levet Stenne, "I Hardly Ever Think of Design" réunit une dizaine de pièces inédites (collections Bolchoï et Elytre). Luminaires, consoles, sellettes... Autant de pièces fines et élégantes, exposées à la Galerie Carole Decombe.

Une vague de design submerge Paris en ce début de mois d’avril 2018. Avec d’une part la Design Fair Paris, salon du design vintage et contemporain. Soit une foire qui se tient à la porte de Versailles, près du nouvel Hexagone-Balard (architecte Nicolas Michelin). Et d’autre part, le Pavillon des Arts et du Design (PAD), installé dans le jardin des Tuileries, aux abords du Louvre. Dans cette ambiance de déferlante design, mêlant œuvres modernes et contemporaines, la Galerie Carole Decombe présente l’exposition monographique « I Hardly Ever Think of Design » [Je ne pense que rarement au design]. Une exposition monographique du designer Emmanuel Levet Stenne, réunissant une petite dizaine de pièces inédites. Autant de consoles, sellettes et luminaires issus de deux séries distinctes (et complémentaires), Bolchoï et Elytre.

« I Hardly Ever Think of Design » d’Emmanuel Levet Stenne : collections Bolchoï et Elytre

Après avoir travaillé avec le designer Eric Schmitt de 2001 à 2017, Emmanuel Levet Stenne a choisi de signer ses propres pièces. Une création personnelle soutenue, depuis 2014, par la Galerie Carole Decombe. Sous forme de lampes et luminaires d’abord. Puis, à l’aune d’une collaboration avec la céramiste Isabelle Sicart, sous forme de consoles et guéridons (Polka, Volta, Sirtaki, Pavane). Première exposition personnelle, « I Hardly Ever Think of Design » réunit à son tour deux nouvelles collections : Bolchoï et Elytre. Pièces inédites, Bolchoï [grand] se compose de consoles et sellettes en noir et blanc. Des pièces élancées, montées sur des pieds interminables, telles des jambes pointues de danseurs. Ou des touches de piano à la verticale. Quant à la collection Elytre, comme son nom l’indique, elle cultive une approche aussi élégante qu’organique.

Un design (luminaires, consoles…) élégant, tout en retenue et suspension

D’inspiration mi-entomologique, mi-végétale, Elytre décline des lampes aux tonalités Bauhaus. Lignes épurées et volumes arrondis, telles des pincettes retenant un globe lumineux, les suspensions de la collection Elytre évoquent tantôt des ailes de coléoptères, tantôt la disamare des sycomores ces graines à deux akènes, qui tourbillonnent comme des hélicoptères à l’automne. Pièces poétiques et évocatrices, les meubles des collections Elytre et Bolchoï conjuguent marbre, laiton poli, verre et aluminium laqué. Pour un luxe savamment et sobrement agencé. Côté coloris, les deux collections allient la vigueur contrastée de noirs et blancs tranchés, avec les nuances laiteuses, ou gris sombre, du marbre. Tandis que la froideur de la matière (pierre, verre, métal) se voit adoucie par la courbe des formes. La lumière étant elle-même diffusée via des globes en verre laqué blanc. Pour des pièces définitivement sensuelles et sensibles, à retrouver dans l’exposition « I Hardly Ever Think of Design ».