DESIGN | EXPO

La bibliothèque est en feu

09 Nov - 05 Jan 2019

En résidence à la Manufacture de Sèvres, le céramiste Emmanuel Boos y explore les particularités de la matière. Son exposition "La bibliothèque est en feu", à la Galerie de Sèvres à Paris, propose ainsi une plongée encyclopédique dans la brûlure des couleurs et glaçures des émaux de Sèvres.

Le designer-céramiste Emmanuel Boos présente ses dernières pièces à la Galerie de Sèvres à Paris. Son exposition « La bibliothèque est en feu » réunit ainsi une myriade de pavés colorés. En résidence à la Manufacture de Sèvres depuis octobre 2016, Emmanuel Boos y explore la plasticité des biscuits de porcelaine, la vitalité des émaux. Son avant-dernier opus, à la galerie Jousse Entreprise, « Je t’aime, moi non plus », avait permis de découvrir la série Monolithes. Soit toute une gamme au minimalisme contrarié par la réalité de la matière. Chaque pièce, moulée à l’identique, présentait alors ses propres défauts — craquelure, fendilles, éclatements, affaissements, boursouflures… Comme autant de corps résolument singuliers. Et si les Monolithes faisaient un usage prudent de la couleur, dans « La bibliothèque est en feu » les couleurs explosent. Orange vif, vert d’eau, vert pomme, vieux rose, bleu électrique, jaune, aubergine… Un défilé de coloris.

« La bibliothèque est en feu » d’Emmanuel Boos : les émaux de Sèvres revisités

Dans la série des Cubes d’Emmanuel Boos se retrouvent les coloris de Sèvres (bleu, blanc et or), ainsi que d’autres. Comme pour la précédente série des Monolithes, la série des Cubes se développe à partir d’une forme simple et minimaliste. Un cube, décliné selon les mêmes dimensions, dans différents coloris. Comme autant de pavés bigarrés en cette année de commémoration du cinquantenaire de Mai 68. Tandis que les arêtes des cubes se font lieu de coutures et coulures. Jamais vraiment d’équerre, les volumes en céramique d’Emmanuel Boos sont tous uniques. Et les émaux migrent différemment à leur surface. Laissant le plus souvent les angles se détacher d’un liseré clair. Méthodique, Emmanuel Boos compose ainsi une forme de palette comparative. Avec plus de deux-cents cubes, comme une bibliothèque matérialisée des émaux de Sèvres. Actuellement en résidence dans le Laboratoire de la Manufacture, ce sont quelques trois siècles d’émaux qui affleurent ici.

Entre palette, pavés et jeu de construction : les Cubes colorés d’Emmanuel Boos

Le laboratoire de la Manufacture de Sèvres est le lieu où sont développés et archivés les émaux de couleur. Empruntant son titre au poème de René Char, « La bibliothèque est en feu » interroge la résistance. Notamment celle de la matière, mais aussi celle de l’artiste. « Celui qui invente, au contraire de celui qui découvre, n’ajoute aux choses, n’apporte aux êtres que des masques, des entre-deux, une bouillie de fer. » Où se situe le designer-céramiste, face à ce fragment poétique de René Char ? Poème séminal, La bibliothèque est en feu contient également le fulgurant : « L’éclair me dure ». Comme une oscillation entre l’amertume des révolutions trahies, et la perspective optimiste de changements féconds. Une ambivalence qui se retrouve dans les pièces d’Emmanuel Boos, entre pavés à jeter et cubes de construction. Pour une exposition colorée et émaillée, à retrouver à la Galerie de Sèvres à Paris.