DANSE | SPECTACLE

Traum (Le Paradoxe de V.)

27 Nov - 28 Nov 2017

S'inscrivant dans la continuité d'un vaste projet protéiforme, Traum (Le Paradoxe de V.) est une performance chorégraphique créée par et pour Smith & Matthieu Barbin. Artiste plasticienne transgenre et transdisciplinaire, Dorothée Smith sculpte ici, sur une musique électro minimale et sensuelle, une fiction rétro-futuriste résolument actuelle.

La pièce Traum [rêve, en allemand], de Smith (aka Dorothée Smith), oscille entre performance, vidéo, chorégraphie, photo, sculpture et installation immersive. Plasticienne, Smith explore les genres et disciplines. Pour Traum, jouant sur la proximité phonétique avec le terme trauma [blessure, en grec], l’artiste transgenre compose une performance chorégraphique avec un danseur : Matthieu Barbin. Sur une musique electro signée Victoria Lukas, alternant nappes d’ambient minimaliste, sons industriels et voix suaves. Solitude hallucinée ou nimbée de sons, dualités et pluralités individuelles peuplant le vide… Traum (Le Paradoxe de V.), de son titre entier, fonctionne comme une fiction rétro-futuriste.

Traum de Smith & Matthieu Barbin : une performance chorégraphique rétro-futuriste

Comme tout rêve et toute blessure, Traum repose sur un récit, plus ou moins sibyllin. Ici il y a d’abord deux protagonistes : « Yevgeni, opérateur de lancement d’astronef atteint de narcolepsie (trouble du sommeil chronique), et son ami cosmonaute, Vlad. Le premier ayant provoqué lors d’une crise de sommeil l’accident mortel d’une navette Soyouz habitée par le second, il reste hanté par le souvenir traumatique de cette mort, au point d’en perdre son intégrité mentale et corporelle. Il fait l’expérience de plusieurs dépersonnalisations, de transformations imaginaires ou vécues, qui le mènent à sa mutation en un double féminin, Jenia. Seconde figure de plasticité négative, Vlad, le cosmonaute mort dans l’espace, revient hanter son ami sous forme d’un drone (cyborg homme-machine), avant d’être catastérisé (transformé en constellation), incarnant l’alignement de l’être, de la technique et du monde*. »

Film, musique, installation, chorégraphie : une œuvre totalement sensuelle

Projet protéiforme, Traum a d’abord débuté en 2015, pour se déployer ensuite en différents supports. Film, impressions 3D, photographies, documents d’archives, livre… Dans sa présente forme de performance chorégraphique, Traum n’est pas sans filiation. Du Major Tom de David Bowie au Solaris d’Andreï Tarkovski, sans oublier 2001, l’Odyssée de l’espace de Stanley Kubrick… Smith reprend les codes du genre pour mieux les déplacer un demi-siècle plus loin : en 2017. De l’autre côté de l’an 2000, dans un univers à l’ironie minimaliste, au post-modernisme vintage et avide de décloisonnement. Sans enthousiasme ni étonnement naïf : Traum conjugue ainsi désenchantement et sensualité. Une équation résolument actuelle, pour des corps frêles et pourtant infiniment présents.
Un spectacle présenté au Théâtre de la Cité Internationale, dans le cadre de New Settings.

* Texte de Florian Gaité. http://www.dorotheesmith.net/