ART | EXPO

Dessins et peintures

25 Mai - 08 Juil 2017

L’exposition « Dessins et peintures » à la galerie marseillaise Porte Avion présente des collages et impressions d’Anne-James Chaton. Des œuvres non dénuées d’humour dans lesquelles l’artiste étudie notre rapport à l’art et aux documents du quotidien.

L’exposition « Dessins et peintures » à la galerie Porte Avion, à Marseille, rassemble des œuvres plastiques d’Anne-James Chaton, des collages et des impressions à travers lesquels il interroge notre rapport aux œuvres d’art.

Anne-James Chaton revisite les Beaux-Arts à travers collages et reproductions

L’exposition réunit deux des projets récents d’Anne-James Chaton. Le premier prend la forme de collages réalisés à partir de dessins extraits des quatre mille volumes de la collection Que-sais-je ? des éditions P.U.F. Ces collages sont thématiques : celui intitulé Srebrenica est composé de divers dessins de crânes humains qui forment un amoncellement, certains d’entre eux étant reproduits plusieurs fois.

En ayant comme source ces courts livres qui ont été consultés par des générations d’étudiants, les collages d’Anne-James Chaton évoquent des exercices préparatoires et renvoient ainsi aux bases de l’enseignement des Beaux-Arts. C’est la même démarche d’imitation du geste du sculpteur ou du peintre classique préparant par le dessin l’œuvre future que l’on retrouve dans le la pièce Le monde, 1957. Ce large collage mural reprend l’édition de 1957 du dictionnaire Le Littré en lui ôtant toutes ses illustrations.

« Dessins et peintures » : une exploration de notre rapport à l’art

Le deuxième projet d’Anne-James Chaton est consacré quant à lui à la peinture. Cette série intitulée Muséographies utilise des tickets d’entrée de musées sur lesquels sont reproduits des tableaux. Chaque œuvre reproduit par impression numérique un portrait figurant sur un ticket aux dimensions du tableau original et adopte le titre de celui-ci. Ainsi, qualité médiocre de la reproduction effectuée pour le ticket est mise en lumière par l’agrandissement qui fait apparaître sa pixellisation, tandis que les informations figurant sur le ticket telles que la date, le lieu et le prix de l’exposition ou encore le code barre, sont reproduites en filigrane.

Ainsi se confondent dans une même œuvre la portée symbolique de l’art et son accessibilité matérielle, l’œuvre et ses conditions d’exposition. A travers cette série, Anne-James Chaton poursuit son analyse des documents pauvres et de ce qu’ils révèlent de notre rapport à l’art et aux graphes du quotidien, et des supports de la mémoire individuelle et collective.