PHOTO

Des natures mortes à l’objet. 1993-2003

PAll Star
@12 Jan 2008

Bilan d’une décennie de travail photographique pour extraire, derrière les choses familières qui nous entourent, leur étrangeté cachée.

Les seize photographies permettent de suivre les dix dernières années du travail d’Yves Trémorin. Durant les cinq premières années dominent les natures mortes composées d’objets simples du quotidien, ensuite les objets sont isolés sur des fonds colorés unis. L’ensemble est présenté de façon non chronologique, ce qui permet une approche plus libre de ces deux périodes.

À sa formation de mathématicien, Yves Trémorin doit la rigueur et la précision des cadrages et de l’éclairage. L’éclairage au flash et le format carré (6 x 6 cm) des négatifs permettent d’associer une grande qualité d’image à une expression toujours sensuelle et d’une extrême délicatesse.

Pour la série Natures mortes (1993), Yves Trémorin s’est imprégné durant plusieurs mois du monde de sa cuisine. Mais dans les images, le quotidien est transfiguré. L’aliment est récurent. Souvent associé aux objets, il rappelle, comme une vanité, que nous sommes faits de chair, putrescibles et mortels, que le temps vient en quelque sorte nous digérer.
Le corps est inscrit dans une sorte de mécanique des fluides fortement symbolique avec le liquide du vin renversé, évoquant le sang; le liquide du niveau de maçon, où l’air cherche vainement l’équilibre de sa respiration ; le liquide dans lequel baigne la Vierge de Lourdes ou les Algues rouges et luisantes qui renvoient clairement le sexe féminin.
L’aliment est aussi ce résidu minuscule de nourriture agrippé à la dent d’une fourchette, cette petite impureté qui matérialise une tension.

En référence à la fameuse « inquiétante étrangeté » de Sigmund Freud, reprise par les Surréalistes, Yves Trémorin confie que « les choses sont à la fois extrêmement familières, on les connaît parfaitement— une cafetière, des fourchettes —, mais en se déplaçant un peu, en les regardant plus longtemps, une autre vision apparaît. Faire émerger quelque chose de la surface a priori connue des choses par la focalisation sur un point et par la diffusion de ce point », tel est le sens de sa démarche.

Dans Natures mortes n°19, l’œil se faufile entre une cocotte-minute et un pichet posé sur une gazinière. Ce parcours est conduit par la profondeur de champ entre des zones de netteté, où la matière s’affirme, et des zones plus floues, où le regard se perd dans la brume lointaine d’une casserole. Un couteau posé se fond dans les sillons de la grille et de ses ombres. Nous sommes dans une nature morte paysagère.

Le point de focalisation ne correspond pas nécessairement au point de netteté de l’image. Il s’agit davantage d’un point d’équilibre. La Vierge de Lourdes immergée dans son bain d’eau bénite est surmontée par quelques bulles qui renvoient avec humour à la bande dessinée. L’allure parfaitement ridicule de cette icône ne traduit aucun anticléricalisme, il s’en dégagerait même une forme de tendresse.

Tendresse encore dans Poupig : un jouet d’enfant et un biberon encore maculé de lait, instrument de maternité du père. Dans White Water, le verre devient le véritable sujet de la photographie : des racines de cactus déroulent leurs arabesques dans l’espace clos d’un vase. Mais c’est la déformation opérée par les parois de verre qui retient l’attention. Le sujet n’est plus l’objet mais la vision que l’on en a.

La photographie Guns G6 représente un revolver comme un bijou, auquel ses volutes et ses ciselures confèrent une élégance ambiguë. Jouet, symbole, instrument de défense ou d’agression, évocation de souvenirs d’enfance ou de fantasmes d’adultes ?

Les photographies d’Yves Trémorin ne racontent pas d’histoires, elles nous font nous interroger sur les objets simples qui nous entourent en révélant leur inquiétante étrangeté.

Paysage bleu, 2002. Tirage Lambda contrecollé et encadré. 40 x 40 cm.
Natures mortes n°17, 1993. Ilfochrome contrecollé et encadré. 62 x 62 x 3,50 cm.
L’algue, 2003. Tirage Lambda, contrecollé et encadré.
Les ailes, 2001. Tirage Lambda contrecollé et encadré. 80 x 80 cm.
Guns-G6, 2000. Ilfochrome contrecollé et encadré. 60 x 60 cm.
Le niveau, 2002. Tirage Lambda contrecollé et encadré. 100 x 100 cm.
Nico, 2002. Tirage Lambda contrecollé et encadré. 80 x 80 cm.
Bug, 2002. Tirage Lambda contrecollé et encadré. 40 x 40 cm.
White water, 1999. Ilfochrome contrecollé et encadré. 100 x 100 cm.
Poupig, P65, 1995. Ilfochrome contrecollé et encadré. 60 x 60 cm.
Poupig P6, 1995. Ilfochrome contrecollé et encadré. 60 x 60 cm.
La Vierge de Lourdes, 2001. Tirage Lambda, contrecollé et encadré. 100 x 100 cm.
Fleur blanche, 2002. Tirage Lambda contrecollé et encadré. 40 x 40 cm.
Natures Mortes N19, 1993. Ilfochrome contrecollé et encadré. 60 x 60 cm.
Natures mortes N29, 1995. Ilfochrome contrecollé et encadré. 60 x 60 cm.
Nature mortes N14, 1993. Ilfochrome contrecollé et encadré. 60 x 60 cm.