Cette page a été un peu chahutées en passant de l’ancien au nouveau site, les corrections sont en cours.  
Non classé

Dans l’immobile infini, tout demeure.

02 Août - 28 Août 2011
Vernissage le 28 Juil 2011

Cet été, les œuvres présentées dialoguent dans un cabinet de curiosité où l’histoire naturelle semble s’interroger sur le rôle de la mort. Elles sollicitent un dialogue entre la vie, l’amour et la mort: l’immobile infini, où rien ne change finalement.

Comminiqué de presse
Philippe Favier, Lilian Euzéby, Marina Gadonneix, Philippe Louigrand, Stéphane Kouchian, Frédéric Clavère, France Cadet
Dans l’immobile infini, tout demeure

«Dans l’immobile infini, tout demeure» est une exposition de groupe. Cet été, les œuvres présentées dialoguent dans un cabinet de curiosité où l’histoire naturelle semble s’interroger sur le rôle de la mort.

Philippe Favier présente des œuvres troublantes et malicieuses où les mystères de la mort et autres vanités transporteront le visiteur dans un univers étrange et poétique.
Les œuvres témoignent d’une érudition et d’une virtuosité admirable.

Dans la cour, des arbres morts installés par Lilian Euzéby, sont un clin d’œil aux photos installées à l’étage de Marina Gadonneix . Photographe parisienne lauréate du prix HSBC.

Philippe Louigrand peint des bêtes. Tous ces animaux sont dessinés à l’aide d’un gros pinceau rempli d’encre noire. Les grands papiers de Louisgrand sont installés sur les murs de pierres de l’atelier à l’étage.
Au beau milieu, sur le sol, la girafe morte de l’enfance de Stéphane Kouchian répond d’un sourire à ses congénères sombres et figés.

Dans le petit cellier, France Cadet présente des petits rats découpés en planches anatomiques.
Celles là ne danseront plus…pas même les danses macabres de Favier.
Frédéric Clavère montre ses peintures. Elles sont figuratives, provocantes, remplies de références historiques, sensibles et drôles.

La maison Euzéby se transforme en une petite société étrange des curieux de la nature.
Les œuvres présentées sollicitent un dialogue entre la vie, l’amour et la mort: L’immobile infini, où rien ne change finalement.

Vernissage
Jeudi 28 juillet à 19h.

AUTRES EVENEMENTS Non classé