ART | EXPO

Nous courons pour rester à la même place

08 Nov - 04 Fév 2017
Vernissage le 08 Nov 2016

L’exposition « Nous courons pour rester à la même place » dévoile à Les arts au mur Arthotèque, à Pessac, six œuvres récentes du plasticien Julien Nédélec. Des sculptures, impression sur tissu et autres installations qui explorent la notion de mesure.

L’exposition « Nous courons pour rester à la même place » présente à Les arts au mur Arthotèque, à Pessac, six œuvres du jeune plasticien Julien Nédélec. Des sculptures, impression sur tissu et autres installations dont le point commun est la notion de mesure.

Les œuvres de Julien Nédélec explorent la notion de mesure

Le titre de l’exposition fait allusion à un passage du roman De l’autre côté du miroir de Lewis Carroll, suite d’Alice au pays des merveilles. Dans cet épisode, Alice et la Reine Rouge sont en train de courir lorsque la première s’étonne de ne pas voir le paysage changer malgré la vitesse de leur course. La Reine Rouge lui répond alors : « Nous courons pour rester à la même place. » L’exposition réunit six œuvres récentes de Julien Nédélec autour de cette hypothèse aux multiples interprétations possibles.

Les six œuvres de Julien Nédélec sont ouvertes à de nombreuses lectures et épousent donc parfaitement l’assertion équivoque de la Reine Rouge. Toutes cependant abordent l’idée de mesure et les façons de penser celle-ci. L’œuvre Flat Earth, composée de trente-et-une formes découpées dans de l’aluminium et recouvertes de laque dans différents tons de bleu, recouvrant les murs de la salle, explore la définition même de la mesure et ce qu’elle recouvre.

Mesurer mais surtout rendre visible l’invisible

Ce sont les outils de la mesure qui sont abordés dans d’autres œuvres. Les sculptures Jacob, assemblage de tasseaux de bois recouverts de laque blanche et Retiens la nuit, haute colonne en bois crantée telle un escalier, et l’installation Le temps zéro, alignement mural de fils de caoutchouc de différentes longueurs, évoquent autant l’ingéniosité des techniques de mesure que leurs limites.

Au-delà des capacités à mesurer la vitesse, la distance ou le temps, les œuvres de Julien Nédélec s’intéressent aussi à la représentation de ce qui est invisible : il s’agit de rendre visible par la représentation. Ainsi dans l’œuvre Missing Time (Le temps qu’il manque), des fragments de chiffres en cristaux liquides s’affichent sur un écran. En concrétisant et en donnant à voir l’invisible, l’infini ou l’inexistant, les images et représentations de Julien Nédélec prouvent qu’elles sont des actes et non de simples abstractions plastiques.