ART | EXPO

Côté court. Focus

07 Juin - 09 Juin 2013
Vernissage le 07 Juin 2013

Le Festival Côté court offre un «focus» sur l’œuvre du cinéaste Jacques Perconte qui sera présent à toutes les séances, également introduites par Bidhan Jacobs, doctorant en cinéma à Paris 1 et cinéaste. Pour Côté court: «Être accompagné d’un artiste pour découvrir son œuvre est rare et essentiel!»

Jacques Perconte
Côté court. Focus

«Les technologies numériques, programmées par l’armée, l’industrie et la finance, sont coercitives et bridées. Entre les mains généreuses de Jacques Perconte, elles s’abandonnent et révèlent leurs puissances de création. Son aptitude technique lui permet d’en ignorer les usages prescrits pour découvrir les moindres fonctions particulières, leur instabilité dissimulée, qu’il intensifie selon sa sensibilité visuelle.

Les machines sont libérées par des traitements exigeants afin de révéler un monde bouleversant –tel qu’il excède nos sens et notre entendement– dans lequel formes et couleurs, toute en variations raffinées et infimes vibrations, nous élèvent vers la nature, l’amour et la politique. La recherche de la beauté infinie est la révolution à laquelle Jacques Perconte nous convie.» Bidhan Jacobs

— Paysages
Vendredi 7 juin à 20h00

À fleur d’eau, 2009, 2’
Pauillac-Margaux, 2008, 10’
Le Passage, 2009, 6’
Le Soleil de Patiras, 2007, 3’
Impressions, 2012, 48’
Terra Camponès, 2012, 14’
Libres, 2012, 5’

— Du Corps au paysage

Samedi 8 juin à 22h00
Ncorps (corps numériques), 1998, 8’
Esz, 2002, 5’
Xsz, 2002, 5’
Snsz, 2002, 29’30
Isz, 2003, 17’
Uaoen, 2003, 30’

— Dépaysages
Dimanche 9 juin à 17h00
Early Abstractions (Wisz), 2002, 12’
Anticipation, 2012, 1’
Uishet (sans titre n°2), 2007, 14’
Après le feu, 2009, 8’
Aryore da vida, 2013, 10’
Lachaise, 2013, 15’

Programme suivi d’une expérience audiovisuelle live: Dépaysages, 45’

Avec: Jean-Jacques Birgé, instruments électroniques et acoustiques, Antonin-Tri Hoang, sax alto, clarinette basse, Vincent Ségal, violoncelle, Jacques Perconte, films et compressions.

Jean-Jacques a entendu Antonin psalmodier d’étranges incantations lorsqu’il était bébé. Vincent assista à un concert de Jean-Jacques avec Un Drame Musical Instantané lorsqu’il était adolescent. Le trio s’est rencontré en 2011 pour composer la musique d’un documentaire.

Jean-Jacques, initiateur du retour au ciné-concert dès 1976, préfère jouer aujourd’hui avec des films contemporains. Jacques réalise les siens en faisant exploser les couleurs. Les uns et les autres aiment tordre le réel, ils improvisent et proposent au public de se faire son propre cinéma.