DANSE | SPECTACLE

Le corps du Ballet national de Marseille

25 Fév - 25 Fév 2017

Dans le cadre du festival « Les Hivernales » 2017, Emio Greco et Pieter Scholten présentent Le corps du Ballet national de Marseille, un spectacle qui souligne les rapports entre corps individuels et corps collectif, en mettant avant une approche contemporaine du corps de ballet.

Toute première création d’Emio Greco et Pieter Scholten en tant que directeurs récemment nommés du Ballet national de Marseille, Le corps du Ballet national de Marseille se veut certainement une pièce fondatrice. Elle marque d’abord la rencontre concrète d’Emio Greco et Pieter C. Scholten avec la troupe du Ballet national de Marseille et constitue le premier moment d’une collaboration étroite entre institutions puisque ces derniers dirigent désormais à la fois le Ballet national de Marseille et leur propre compagnie l’ICK Amsterdam. Les danseurs des deux compagnies sont ainsi réunis en une seule et même troupe dont il importe d’emblée d’assurer la cohésion pour former un nouveau ballet, le Ballet national de Marseille, comme l’indique clairement le titre du spectacle : Le corps du Ballet national de Marseille.

Le corps du Ballet national de Marseille : un acte de naissance

Le corps du Ballet national de Marseille  représente donc l’acte de naissance d’une nouvelle institution dont Emio Greco et Pieter C. Scholten ont pris la direction un peu plus de deux ans auparavant. Mais, a-t-on pu souligner, cette pièce peut être aussi considérée comme un lien symbolique avec l’ensemble d’une population, sa sensibilité et son histoire : « Je souhaite que le BNM soit une troupe d’individus avec lesquels on arrive à un travail audacieux, dans un renouvellement constant qui crée une attraction avec le public. C’est une culture populaire dans le bon sens du terme. Roland Petit a osé des formes qu’il a mis côte à côte, il a créé des virages. Nous, c’est une autre histoire, mais on veut un Ballet de recherche qui ne perd pas le contact avec son public », précise Emio Greco.

Le corps du Ballet national de Marseille est plus largement l’expression de l’intention qui anime Emio Greco et Pieter C. Scholten car ces derniers tiennent à ouvrir une perspective contemporaine sur cette formation classique qu’est le ballet. Il ne s’agit nullement d’inviter nombre de chorégraphes actuels à venir créer ou transmettre une pièce mais fonder un corps de ballet répondant véritablement à une pensée et une pratique chorégraphiques contemporaines. Ainsi importe-t-il de s’interroger sur la nature même du corps de ballet tout en recueillant l’héritage de ce type de formation.

Le corps du Ballet national de Marseille

Une telle perspective semble nettement perceptible dès l’ouverture du spectacle puisque la totalité des danseurs du Ballet national de Marseille sont présents sur scène, enchaînant combinaisons et figures pour mettre en avant, de manière volontairement démonstrative, la capacité technique de la troupe à faire corps.

Les danseurs se déplacent frénétiquement sur le plateau, s’immobilisent bras en cercle, multiplient les élévations, les entrechats, et les sauts, avant de s’effondrer ensemble au sol. Parfois, deux danseurs se dérobent à se grand mouvement collectif pour faire des arabesques ou réaliser des échappés sur pointes. Mais cette volonté d’exister distinctement, individuellement, ne saurait perdurer puisque des duos se forment et se fondent dans un ensemble plus vaste et harmonieux, le corps du ballet lui-même.

Puis viennent finalement les évocations significatives des moments de l’histoire chorégraphique du Ballet national de Marseille, parmi lesquelles, les créations de Roland Petit. Le corps du Ballet national de Marseille revient alors à ses origines.