ART | EXPO

Imadi Mungo

26 Jan - 26 Fév 2019
Vernissage le 26 Jan 2019

L’exposition « Imadi Mungo » à la galerie parisienne Art : Concept dévoile de nouveaux dessins de Corentin Grossmann : des compositions colorées qui reflètent un univers surréaliste ouvert sur l’imaginaire où les échelles, les hiérarchies et la logique sont renversées.

L’exposition « Imadi Mungo » à la galerie Art : Concept, à Paris, nous invite à plonger, par le biais de ses dessins, dans l’univers parallèle imaginé par Corentin Grossmann.

« Imadi Mungo » : l’Imago mundi de Corentin Grossmann

Le titre de l’exposition, « Imadi Mungo » offre un clin d’œil au livre de cosmographie intitulé Imago mundi, publié en 1410 par Pierre d’Ailly, un théologien français. Cet ouvrage, qui compilait les connaissances cosmographiques du XVe siècle, constitua une référence pour les navigateurs partis vers les antipodes en quête de terres inconnues. La pratique artistique de Corentin Grossmann poursuit en effet à sa façon la recherche de ces explorateurs : comme eux, elle poursuit l’idée de territoires qui demeurent à découvrir.

Un monde où sont renversées toute échelle et toute logique

Les dessins que Corentin Grossmann développe depuis une dizaine d’années, ouvrent des portes sur un monde où sont renversées toutes les règles qui gouvernent le nôtre : les échelles, la logique, les hiérarchies. Dans ses compositions colorées s’entremêlent plantes et animaux, humains et formes inconnues, aliments et fragments de corps, dans un dérèglement complet de la perception. Œuvre ouverte, l’art de Corentin Grossmann ne se rattache à aucun repère spatial, temporel ou culturel.

Les dessins de Corentin Grossmann : une échappatoire pour l’imaginaire

L’exposition présente deux grands dessins verticaux dans lesquels on retrouve les caractéristiques du dessin de Corentin Grossmann. Leur grain travaillé à l’extrême, tel un pointillisme du minuscule, nous fait pénétrer dans l’infiniment petit, tout en conférant à ces visions un aspect cotonneux, indistinct, qui renforce leur aura fantastique. On devine dans ces compositions l’influence de la peinture médiévale et de la pré-Rennaissance, et du surréalisme, autant que celle des dessins animés japonais, des jeux vidéos et de la 3D. Comme ces images faisant exister des mondes dans un cosmos fictionnel, ceux de Corentin Grossmann constituent une échappatoire pour l’imaginaire vers un territoire infini où la métamorphose l’emporte sur l’évolution et la coexistence sur la hiérarchie.