PHOTO

Close-up

PRaphaël Brunel
@12 Jan 2008

Après que l’histoire de l’art moderne et contemporain a été réinterprétée au travers du cinéma au Centre Pompidou et du théâtre au MACBA, Martine Aboucaya propose de la confronter aux phénomènes irrationnels de la magie.

La magie repose sur l’intensité du sentiment, du plaisir et de la surprise produits par des effets d’illusion et d’étonnement. L’œuvre d’art, quant à elle, produit chez le spectateur des réactions et des sensations qu’il doit interpréter.
L’art et la magie s’appuient donc sur la crédulité ou la curiosité du spectateur suscitées par la maîtrise d’un dispositif, d’une technique spécifique.

L’exposition collective présentée à la galerie Martine Aboucaya s’organise autour de la magie, plus précisément autour de la pratique du «close-up». Également appelé micromagie ou magie rapprochée, le close-up est une spécialité de la prestidigitation qui consiste à réaliser des tours au plus près du public à l’aide d’accessoires simples, en passant, par exemple, de table en table dans un restaurant.

A partir de cette notion, l’exposition présente des œuvres reposant sur un trucage, une déformation de la réalité, une illusion d’optique. Si la technique occupe une place primordiale dans la production de ces pièces, elle n’est pas fétichisée et ne mobilise que des effets bricolés et élémentaires. Les œuvres réussissent le défi paradoxal d’être le résultat presque exclusif d’un «truc» et de constituer une sorte de degré zéro du dispositif.

Close-up signifiant en français «gros plan», évoque une présence rapprochée, ou qui se rapproche comme dans la vidéo Weg de Marylène Negro. Illustrant à merveille le titre de l’exposition, cette vidéo semble constituée d’un plan fixe d’arbre d’une forêt, d’une photo projetée sur un mur. Mais progressivement, avec une infime lenteur, le cadre de l’image se rétrécit, abandonnant toujours un peu plus la vue précédente dans un hors-champ. Paradoxalement, l’image de départ nous reste en mémoire tandis qu’elle disparaît sous nos yeux.
La vidéo de Damien Odoul, quant à elle, joue avec l’effet de déformation produit par les éléments environnants.

Maïder Fortuné puise dans l’imaginaire enfantin la licorne de sa belle vidéo en noir et blanc. Cet animal légendaire et magique par excellence, d’un blanc immaculé, est progressivement sali et noirci par une pluie censée le nettoyer. La plupart des œuvres exposées joue sur notre étonnement d’enfant et sur notre curiosité. Comment résister à la tentation de regarder par les jumelles désaxées du Stereo de Michael Snow ou à l’intérieur du caisson en bois du Houdini de Berdaguer et Péjus ?

De l’architecture de pilules de Berdaguer et Péjus à celle de lumière de Anthony McCall, des détournements du tirage photographique de Hans-Peter Feldman au crépitement super 8 de Julien Discrit, chaque œuvre recèle un mystère qui pousse le spectateur à l’interroger, à tourner autour et à établir une liste de possibilités. Mais comme en magie, ces petits secrets doivent rester bien gardés sous peine de perdre leur attrait et leur étrangeté. A chacun de tenter de les percer.

Damien Odoul
Kagami Toy, 2003. Vidéo couleur, 2mn.

Berdaguer et Péjus
Amnésic Architecture, 2007. Pilule, cadre en aluminium, serrure.
Houdini, 2007. Sculpture en bois, digicode.

Michael Snow
Stéréo, 1982. 2 photographies polaroïd couleur, boite en plexiglas, carton, papier goudronné, 33xx 39,5 x 30 cm.

Mélanie Counsell
p(w), 2007. Aquarelle sur papier, 125 x 180 mm.
p(x), 2007. Aquarelle sur papier, 125 x 180 mm.
p(y), 2007. Aquarelle sur papier, 125 x 180 mm.
p(z), 2007. Aquarelle sur papier, 125 x 180 mm.

Angela Detanico et Rafael Lain
Ano Zero, 2007. Film d’animation noir et blanc, sans son, 2 mn.

Hans-Peter Feldmann
Chien, 2007. Papier photographique noir sur plexiglas encadré.
Moon, 2007. Photographie tirée sur tissu, papier photographique noir.

Julien Discrit
Athanor, 2007. Sculpture en bois, plexiglas, projecteur et film super 8.

Maïder Fortuné
Licorne, 2005. Vidéo, 7 mn.

Anthony McCall
Line Describing a Cone, 1973. Film 16 mm noir et blanc sans son, 30 mn.

Marylène Negro
Weg, 2007. Vidéo couleur, son, 24’40 mn.