DANSE | SPECTACLE

Cités danse connexions #2. Iskio. Soi

02 Fév - 05 Fév 2017

Dans le cadre du programme « Cités danse connexions #2 », Suresnes cités danse présente deux duos : Iskio de Johanna Faye et Saïd Lehlou, et Soi de Si’Mhamed Benhalima et Kevin Mischel. Deux spectacles qui questionnent l'identité et l'altérité.

Le programme « Cités danse connexions #2 » de cette édition 2017 de Suresnes cités danse propose de découvrir deux duos : Iskio et Soi.

Le premier, Iskio, est chorégraphié et interprété par Johanna Faye et Saïdo Lehlou dit Darwin. Tous deux issus du b-boying ou break dance, Johanna Faye et Saïdo Lehlou ont eu l’occasion de faire nombre d’expériences artistiques allant de la danse hip-hop à la danse contemporaine. Ainsi Johanna Faye a-t-elle pu notamment collaborer avec des chorégraphes tels Amala Dianor et Sébastien Ramirez. Saïdo Lehlou, quant à lui, a participé à divers projets chorégraphiques dirigés par Mickaël Le Mer, Norma Claire, ou encore Constanza Macras.

Deuxième duo, Soi est chorégraphié et interprété par Si’Mhamed Benhalima et Kevin Mischel. Versé dans le popping, ce dernier a pour partenaire Si’Mhamed Benhalima, ancien champion d’Europe de break dance. Kevin Mischel a collaboré avec les chorégraphes Dominique Boivin et Hiroaki Umeda et participé à Divines, un film de Houda Benyamina. Simhamed Benhalima, quant à lui, a aussi participé à Divines et dansé pendant plus de dix ans dans les spectacles de José Montalvo. Dans Soi, tous deux se proposent d’explorer les thèmes de l’identité et de l’altérité.

Iskio : vers un nouveau langage

Dans Iskio, Johanna Faye et Saïdo Lehlou sont guidés par cette intention première : rechercher un « nouveau langage » susceptible d’exprimer la défaillance de la parole lorsque celle-ci se heurte au silence. Dans une telle situation, comment est-il alors possible de communiquer ? Tentant de répondre à cette interrogation, les deux interprètes fondent leur duo sur le postulat selon lequel « le corps ne ment pas et que nous dansons ce que nous sommes. » Par delà le langage, peut ainsi s’engager une conversation singulière faite de gestes, purement corporelle, qui tente de saisir le rapport à soi et à l’autre. Comment se perçoit-on, et perçoit-on autrui, dans cette immédiateté à soi ? Comment les corps communiquent-ils pour faire de la danse un moyen de connaissance privilégié ?

Soi : identité et altérité

Deuxième duo présenté par Si’Mhamed Benhalima et Kevin Mischel, Soi se déroule dans un décor surréaliste et prend à bras le corps le thème d’une double confrontation, à la fois avec soi-même et autrui. Entre duos et oppositions, les deux interprètes tentent d’instaurer une communauté d’affinités. Soi met en scène les inévitables rapports dialectiques du « je » et du « nous », lesquels ne peuvent se rencontrer qu’au travers de l’acceptation de la présence de chacun.