ART | EXPO

Cedrix Crespel

06 Juin - 04 Juil 2009
Vernissage le 06 Juil 2009

Un univers trash mais cleen, des femmes sensuels mais un graphisme froid, des talons hauts pour des femmes couchées... Cedrix Crespel tente de cerner le rapport à la femme de sa génération, entre vertige et frustration.

Communiqué de presse
Cedrix Crespel
Cedrix Crespel

Dans un premier temps dessinateur concepteur en bureau d’étude, puis gainier d’art, Cedrix Crespel s’oriente très rapidement vers une expression beaucoup plus créative tels le design, l’architecture d’intérieur, la photo, la musique mais surtout la peinture qu’il a toujours pratiquée. Ce parcours atypique en fait un artiste emblématique d’une génération issue de la culture pop, rock, urbaine, ouverte sur son époque.

Résolument contemporain, son travail absorbe et mélange ces influences, et en tire une énergie et une sophistication surprenantes. Son travail rencontre un écho très favorable en France et s’ouvre actuellement à l’international.

Le travail de Cédrix explore le Féminin contemporain : désacralisé, mais fétichisé à l’extrême, incarné dans une femme-corps sans visage, toujours juchée sur talons aiguilles, à la frontière de l’amante, de la prostituée et de la mère.
Elle est croquée dans ses moments d’abandons sensuels, dans un environnement artificiel, à mi-chemin entre l’univers trop propre d’un décorateur et l’univers glauque d’un hôtel d’un jour.

Les compositions évoquent le plan cinématographique, la lumière d’un David Lynch.
La froideur apparente du regard posé sur elle évoque une certaine photographie contemporaine.
Le trait, très sophistiqué, est préparé en détail sur ordinateur et reproduit à la main d’une façon quasi-mécanique. Impression glacée confirmée par les aplats parfaits, à la glycéro, mais contredite avec ambiguité par le travail énergisant des couleurs.

L’inattendu, l’impression de menace qui rôde, trouve son origine dans la présence incongrue des taches et dans la mise en scène de corps résignés à la traque dont ils sont l’objet. Car «sa» femme semble préparée calmement au combat. Soumise au regard, elle ne l’est pas dans l’absolu, et passe sans complexe du statut de proie à celui de maîtresse. Dans cet univers porno-graphique, elle reste une déesse inaccessible. Brillante, mais intouchable.

«Cédrix Crespel présente une vision du rapport amoureux très emblématique de sa génération : marquée par le sida et les plaisirs virtuels, elle fétichise la femme pour mieux en jouir… de loin. Cédrix est un homme sophistiqué. Tout est maîtrisé et exprimé froidement, tout est transcendé dans des aplats de couleurs (glycéro) très nets, propres, brillants. Une réalisation mécanique qui exclut toute vulgarité. Une vision finalement surprenante, à l’opposé du réalisme trash de bien des artistes-femmes d’aujourd’hui.»

Cécile Dufay.