DANSE | SPECTACLE

Actoral | Ragadawn

05 Oct - 06 Oct 2018

Poétesse et performeuse, avec  Ragadawn, Caroline Bergvall célèbre l'aube et la pluralité des langues. Pièce vocale en plein air, se déroulant au point du jour, de l'obscurité à la lumière, Ragadawn instille un rituel en forme de pont. Entre les époques, les genres et les cultures.

Avec Ragadawn 43°2′ N, l’artiste et poétesse franco-norvégienne Caroline Bergvall livre une performance musicale atypique. Née à Hambourg (grande ville portuaire d’Allemagne), Caroline Bergvall a grandi en Suisse, France, Norvège, Royaume-Uni, ainsi qu’aux États-Unis. Elle vit actuellement à Londres (Royaume-Uni). Un parcours aéré, qui éclaire notamment la force du parti pris de Ragadawn. Une performance vocale conçue pour se déployer à l’extérieur, des dernières heures du jour aux premières lueurs de l’aube. Une composition pour deux voix live et des musiciens, accompagnés d’un chœur de voix enregistrées. Multiplicité des langages, sons de drones électroniques… Ragadawn opère ainsi une jonction entre les crépuscules, par la nuit. Dans les faits, Ragadawn est un processus mobile, au long cours. De lieux en lieux, la performance (de 55 minutes) se déroule le matin, ou le soir. À Marseille, pour Actoral 2018, elle débutera à 6h30 du matin.

Ragadawn de Caroline Bergvall : en plein air, une performance vocale crépusculaire

Ragadawn 56°4′ N (2016) s’était déroulée dans le Port de Tilbury (Angleterre). Suivie par Ragadawn 46°2′ N (2016) à Genève (Suisse) et Ragadawn 57°5′ N (2018) sur l’île de Skye (Écosse). Avec, comme moment précurseur, une première version donnée à Genève et Bodø (Norvège), en 2015. Performance vocale accompagnant le lever du jour, chant lyrique a capella (Peyee Chen) et voix incantatoire ou scandée (Caroline Bergvall)… Caroline Bergvall prolonge ainsi la tradition des cérémonies crépusculaires païennes. Tout en invitant au réveil. Des corps, des esprits, des mentalités contemporaines. Une façon de se reconnecter en douceur, collectivement, avec le temps présent, de l’obscurité à la lumière. Chants d’oiseaux, avions, silence engourdi qui lentement s’éloigne du sommeil : l’aurore est aussi un moment privilégié qu’il est rare de goûter. Loin du réveil forcé ou de l’épuisement insomniaque, Avec Ragadawn, Caroline Bergvall convie les publics à savourer l’aurore d’une oreille attentive.

Ragadawn 43°2′ N : première française de ce râga multilingue célébrant l’aube

Pour Actoral 2018, Ragadawn 43°2′ N fera sa première en France, à Marseille. Un nouvel opus de Ragadawn, toujours en collaboration avec Gavin Bryars — qui a rejoint le projet en 2016. Donnant de l’espace sonore aux dialectes et langages minoritaires, la performance flirte avec l’intime pénombre crépusculaire, jusqu’au plein jour consommé. Toutes activités urbaines et industrielles reprises. Premier volet d’une trilogie nommée Sonic Atlas, Ragadawn parcourt l’Europe. Poésie et performance sonore, habitée par la texture des lieux. Explorant le pouvoir de la langue, de la poésie à l’assimilation, Caroline Bergvall, célèbre également la multiplicité. Les mots et langues se télescopent : dialectes vernaculaires ou nouvellement arrivés. Polyglotte, Caroline Bergvall ne s’enferme pas dans une langue unique. Partageant ainsi le plaisir que peut procurer, en bouche, la prononciation de tonalités nouvelles. Râga du crépuscule, Ragadawn célèbre la beauté des chants et voix multilingues.