ART | EXPO

Première, 23e édition

12 Nov - 14 Jan 2018
Vernissage le 11 Nov 2017

L’exposition « Première, 23e édition » à l’Abbaye Saint-André – Centre d’art contemporain de Meymac, dévoile des sculptures, installations, vidéos et peintures de jeunes diplômés d’écoles d’art de Bourges, Limoges, Clermont-Ferrand et Bordeaux.

L’exposition « Première, 23e édition » à l’Abbaye Saint-André – Centre d’art contemporain à Meymac, présente les œuvres de jeunes diplômés d’écoles d’art. Sculptures, installations, vidéos et peintures sont confrontées pour la première fois au regard de professionnels de l’art et affirment la démarche artistique de leurs auteurs.

« Première, 23e édition » : exposition de jeunes diplômés en art

Comme chaque année, le centre d’art contemporain de Meymac dévoile des nouveaux talents issus des Écoles nationales supérieures d’art de Bourges et Limoges, de l’École supérieure d’art de Clermont Métropole et de L’École d’enseignement supérieur d’art de Bordeaux, sélectionnés par un jury composé de personnalités du monde de l’art.

Accrochée au mur et s’étendant jusqu’au sol sur lequel elle s’étale sur quelques dizaines de centimètres, une large bâche peinte par Salomé Aurat renvoie un paysage marin de vagues venant s’écraser contre des rochers. L’œuvre s’inscrit dans une pratique ouverte à de nombreux médiums qui a pour enjeu central la déconstruction d’images et de formes glanées en extérieur et leur recomposition en atelier.

La sculpture intitulée Meteor, réalisée en céramique sur un support cubique en contreplaqué par Marion Collas participe à une démarche de collecte de vestiges, d’objets qui sont autant d’indices de notre exploration quotidienne du monde. Elle témoigne d’une réflexion artistique autour des thèmes du temps de la mémoire, de la vie et de l’immortalité, des mythes, de la recherche des origines et du rapport entre les êtres et la nature.

Avec l’ensemble de pièces en grès émaillé intitulé Allitération en S, Tristan Dassonville propose un exemple de ses tentatives de traduction des constructions mentales par le travail manuel. Entre bricolage et projection mentale, ces trois pièces murales évoquent des plats oblongs dans lesquels sont sculptés des serpents au corps sinueux.